-2013-

             • SEATAG 2.13 : Deux nouvelles tortues suivies
             • Gaïa la tortue verte flechée
             • Suivi des pontes par le Parc National sur l'îlet Kahouanne
             • Caline, la tortue verte suivie depuis 2002
             • Une tortue imbriquée change de site de ponte
             • La commune d'Anse Bertrand s'engage pour réduire la pollution lumineuse
             • Sauvetage : Pompiers et Kap'Natirel mobilisés
             • M.Gros sauve une tortue
             • Formation au suivi des pontes
             • Sauvetage d'une tortue olivâre à Sainte-Anne
             • Argos : SEATAG 2.13 (Mise à jour 29/07/2013)
             • Etude du succès de reproduction
             • Témoignage d'un sauvetage
             • Les premiers gagants sont...
             • Concours : qui découvrira la première ponte?

-2012-

             Stand à la semaine de l'environnement
             Vers de nouvelles mesures conservatrices pour les sites de ponte de l'archipel

             Animations Nord Basse-Terre, saison 2012
             Animation sur le thème des espèces protégées de Guadeloupe avec des élèves du collège A. Macal de St François
             La petite mangouste indienne, menace pour les tortues marines : appel à témoins
             Une rencontre exceptionnelle à Malendure
             De nouveaux panneaux de sensibilisation
             De nouvelles couleurs pour présenter les espèces visibles autour de l'archipel
             Baguée il y a 12 ans au Nicaragua, elle revient pondre à Marie-Galante
             Témoignage : les agents de la Réserve Naturelle de Saint-Martin sauvent une tortue
             A la découverte des pontes de tortues marines       
             Des tortues sur les plages : Que faire ?
             Formation au suivi des pontes de tortues marines
             Inauguration de panneaux sur la plage de l'autre bord au Moule

             De belles photos

             Témoignage : les tortues Luth préfèrent-elles pondre en public ?
             L'association Le Gaiac vous invite aux "Nuits des tortues marines"
       Témoignage : projet annuel sur les tortues marines pour les CE1 de Fonds Cacao à Capesterre-Belle-Eau
            
Une Karet dans une mare
            
Remise à l'eau d'une tortue verte, Sainte Claire
            
La remise à l'eau d'une tortue verte
            
Journée éco-citoyenne organisée par Le Gaiac
            
Remise à l'eau d'une tortue verte
            
Sauvetage de 2 tortues vertes (témoignage)
            
Remise à l'eau de 2 jeunes tortues imbriquées après 3 mois de détention illégale
Captures accidentelles de tortues marines dans les engins de pêche : où en est-on ?

-2011-

             Journées Tortues Marines
             Résultats concours dessins et photos

             Le retour des tortues vertes en Nord Basse-Terre
             La réserve de Saint-Martin s'investit
             Le programme
             Concours photos
             Attaque mortelle de chien : la 2ème de l'année à Trois-Rivières
             Pentecôte à Petite-Terre : Découverte des tortues marines
             Une luth en plein jour
             20 ans ça se fête!
             Assassinat           
             Gaulettes
             Sensibilisation
             Retours de bagues tortue luth

-2010-

             Financeurs
             Une tortue "mare-in"
             La Gazette des Karets
             Nouvelle tortue verte au centre de soin
             Tortue verte fibropapillomatosée
             • Le Réseau Tortues Marines Guadeloupe endeuillé
             • Protocole de suivi des pontes : nouvelle version téléchargeable
             • Nuit des tortues marines à Ste-Rose le 15 mai 2010
             • Une tortue imbriquée retrouvée en difficulté à Anse-Maurice

             • Formation 2010 des gardes de Petite-Terre au suivi des pontes
             • Formation Suivi des pontes 2010
             • Tortue imbriquée dans un bassin
             • Tortues marines et EDD à Basse-Terre


-2009-

           • Anse-Bertrand s'engage pour les tortues marines
           • Un film sur les actions du Réseau et les tortues marines
           • Recrudescence du braconnage
          
Fins des suivis pour les écovolontaires de Kap Natirel
           • La tortue verte vue par "Doris"
           • Equipe Nord Grande-Terre
          
Lancement des suivis de Kap Natirel au pic de ponte
           • Deuxième édition de la Fête de la Nature en Guadeloupe
           • Brève: une tortue martiniquaise au centre de soins
           • Brève : une tortue capturée par une ligne de traîne à Terre de Bas
           • Lâcher à Terre-de-Bas : quelques photos
           • Sauvetage en mer d'une tortue luth
           • Annonce de remise à l'eau : lundi 13 avril 2009 à Terre-de-Bas
           • Animations pour la semaine du Développement durable

           • La rencontre du Widecast à St-Kitts
           •
Brève: les tortues marines à la page
           • Mini-reportage sur le kit pédagogique

           •
Une exposition sur les tortues marines à l'Aquarium de la Guadeloupe

-2008-
             • Sauvetage d'une jeune imbriquée à Vieux-Bourg
             • Des animations en compagnie de "stars de la plongée"
             • Le "bilan des pertes" s'alourdit à Marie-Galante
             • Brève: quand les tigres mangent des tortues marines
             • Désorientation, tout le monde en alerte
             • La mairie de Port-Louis s'engage....
             • Une tortue peut en cacher une autre
             • Fête de la nature: la mascotte retrouvée morte deux jours plus tard
             •
Présentation du kit pédagogique sur les tortues marines
            
L'Express des Iles soutient le RTMG
             • Semaine du Développement Durable
             • Sauvetage d'une tortue luth
             • Protocole INA Scuba : les nouvelles recrues
             • Deux nouvelles tortues libérées pour de nouveaux bénévoles
             • "La Gazette des Karet" de janvier 

-2007-
             • Remise à l'eau : cadeau de Noël pour 100 écoliers
             • Falbala suivie par Balise Argos
             • Etude tortue imbriquée en alimentation (Houmeau, 2007)

             • Saison de ponte à St-François (1er semestre 2007)

             • Action Corail 2007

             • Les bénévoles de Marie-Galante observent un étrange phénomène
             • La Gazette des Karets de décembre
             • Semaine du développement durable
             • Eko des Kawann n°13
             • Recherche tortues baguées

             • Nouvelle étude
             • Les clubs de plongée et les apnéiste s'engagent

-2006-
             • La gazette des Karet n°3
             • Témoignage d'un club de plongée (Eden plongée)
             • Remise à l'eau de tortues marines

             • Découvrez les tortues
             • Tortue luth à Vieux-Habitants
             • Etude technique : habitat terrestre des tortues marine
             • Lâcher de 2 tortues (mars 2006)
             • Diagnostic écologique des sites de ponte

-2005-
             • Protection des sites de ponte
             • Logo du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe
             • Bilan de la saison de ponte 2005
             • Points négatifs

-2013-

SEATAG 2.13 : Deux nouvelles tortues vertes suivies par satellite

Jeudi 24 octobre 2013, plage dite de « Petit Malendure », l’équipe est au rendez-vous fixé à 7 heures.

Une caisse de bois a été installée dans le sable, prête à accueillir les tortues qui seront plus tard capturées par l’équipe de pêcheurs professionnels à la senne. Le ciel est chargé, et l’équipe impatiente de commencer. Les saintoises arrivent, les visages s’éclairent. La phase de capture, va pouvoir commencer.

L’objectif de la journée est de poser deux balises satellites sur des tortues vertes s’alimentant dans la baie, afin de mieux connaître leurs déplacements et comportements en plongée, dans le cadre du programme SEATAG 2.13.

Un premier coup de senne se solde par un échec : les tortues de la baie, pourtant nombreuses, ont échappé à cette tentative, sous la pluie battante. Le second sera plus fructueux, après un repérage en palmes-masque-tuba par les membres du Réseau présents. 3 tortues sont alors capturées : deux seront mesurées, pesées puis remises à l’eau rapidement, sous les yeux des enfants tout juste arrivés. L’autre, de taille raisonnable pour recevoir une balise satellite, sera placée dans la boîte tandis que les pêcheurs tentent un troisième coup de senne. Un des bénévoles capturera manuellement la tortue, de taille adéquate.

Les manipulations peuvent commencer vers 11h30 : une première balise est posée sur « Loanne », tortue de 47 kg pour 71,5 cm de longueur courbe de carapace (CCL). La seconde équipera « Robinson », individu de 48 kg pour 72 cm de CCL. Après séchage des dispositifs, les tortues seront baguées puis pesées, avant de rejoindre la mer vers 14h sous les yeux du public présent en nombre, parmi lequel des élèves de l’école hospitalière du CHU de Pointe-à-Pitre et du collège de Gourdeliane (Baie-Mahault).

Ces derniers avaient participé en février dernier, au concours de dessins pour inspirer le logo de l’opération.

« Loanne » et « Robinson » ont transmis leurs premières localisations.

Grâce à ces balises, les profondeurs et durées de plongée sont enregistrées, et la position de l’animal est transmise quand il fait surface, si la détection des satellites est bonne. Si la durée de vie des batteries le permet, les balises pourront émettre plusieurs mois, voire une année, si aucun aléa ne vient contrarier leur adhérence à la carapace de leur hôte. La balise de « Gourdeliane », par exemple, posée à Petite-Terre en mai dernier, n’avait transmis des informations que pendant trois mois (carte). La tortue a été revue par un des gardes de la Réserve depuis, sans sa balise, mais impossible de dire ce qui s’est passé. Cette perte est d’autant plus dommage que la récupération des balises permet d’accéder aux données enregistrées dans le dispositif, et de recycler l’appareil après un simple changement de piles !

Les transmissions de ces deux nouvelles « balisées » sont rapportées sur ce site à la page "suivez les tortues". Espérons qu’elles apportent autant sinon plus d’informations, que les deux individus équipés en 2010 à Malendure, analysées dans le cadre de la soutenance de Master d’Eric Delcroix, tenue en septembre dernier (rapport).

Pour en savoir plus sur les objectifs du projet complet, téléchargez ici le dossier de presse de l’opération.

Merci à tous les partenaires techniques et financiers, aux bénévoles, et à tous les supporters présents ou à distance, de ce projet « à suivre »

 

Visionner le reportage du journal télévisé de Guadeloupe 1ère (25 octobre 2013)

Sophie BEDEL/Kap'Natirel/RTMG

A.LeMoal/KapNat
Fermeture de la senne
Cliquez pour agrandir

A.LeMoal/KapNat
Eugène Philogène Marin-Pêcheur
Cliquez pour agrandir

S.Bedel/KapNat
Collage d'une balise
Cliquez pour agrandir

S.Bedel/KapNat
Tortues équipées
Cliquez pour agrandir

A.LeMoal/KapNat
Dernier ponçage
Cliquez pour agrandir

S.Bedel/KapNat
Retour à la mer
Cliquez pour agrandir

S.Bedel/KapNat
Retour à la mer
Cliquez pour agrandir

S.Bedel/KapNat
Retour à la mer
Cliquez pour agrandir

A.LeMoal/KapNat
Retour à la mer
Cliquez pour agrandir

A.LeMoal/KapNat
Retour à la mer
Cliquez pour agrandir
A.LeMoal/KapNat
Retour à la mer sous les regards des lauréats du concours
Cliquez pour agrandir
A.LeMoal/KapNat
Retour à la mer
Cliquez pour agrandir
A.LeMoal/KapNat
Logo du projet
Cliquez pour agrandir
A.LeMoal/KapNat
Opération couverte par les médias
Cliquez pour agrandir
A.LeMoal/KapNat
Tortue de sable avec sa balise
Cliquez pour agrandir
A.LeMoal/KapNat
Elèves de l'école hospitalière du CHU
Cliquez pour agrandir
A.LeMoal/KapNat
Elèves du collège Gourdeliane
Cliquez pour agrandir
S.Bedel/KapNat
Equipe de terrain
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

Gaïa la tortue verte flêchée à Saint-Martin

Tortue verte flêchée
Cliquez pour agrandir


Arrivée à l'aérport
Cliquez pour agrandir


Arrivée chez le vétérinaire
Cliquez pour agrandir


Tortue pansée
Cliquez pour agrandir


Préparation pour la résine
Cliquez pour agrandir


Préparation pour la résine
Cliquez pour agrandir


Pose de la résine
Cliquez pour agrandir


Pose de la résine
Cliquez pour agrandir


Pose de la résine
Cliquez pour agrandir


Remise à l'eau
Cliquez pour agrandir

Gaia sur le sable de Malendure
Cliquez pour agrandir

Retour dans la mer
Cliquez pour agrandir

 

L’histoire de Gaïa a commencé le dimanche 25 août, quand Julien Chalifour, chargé de mission scientifique au sein de la réserve naturelle de Saint-Martin retrouve au niveau de Baie-orientale une jeune tortue verte dont la carapace est transpercée par une flèche d’un fusil harpon de chasse sous-marine, probablement lié à un acte de braconnage.

Luttant pour respirer et essayant de se maintenir à la surface de l’eau, cette jeune tortue est très affaiblie. Rapidement prise en charge par Claire Saladin, vétérinaire du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe (RTMG) pour Saint-Martin, l’état de santé de la rescapée se stabilise malgré un poumon perforé.

En l’absence de moyens matériels spécifiques, il est jugé nécessaire le rapatriement aérien de Gaïa sur la Guadeloupe, où le vétérinaire Frédéric Leveque également membre du RTMG, doit réaliser une cœlioscopie et une endoscopie afin de vérifier l’intégrité des organes viscéraux.

En l’absence d’organes impactés par le passage de la flèche, Gaïa est libérée de celle-ci le lundi 26 août à 22h. Les trous de la carapace ont ensuite été comblés par de la résine.

Après trois semaines d’observation et de convalescence, la tortue est apte à regagner la mer des caraïbes.

Mardi 17 septembre à 9h, Gaia a ainsi pu rejoindre ses cousines présentes au large de la plage de Malendure à Bouillante.

Sous les yeux émerveillés d’une centaine d’élèves de la commune, de membre du réseau et de curieux, la jeune tortue verte à parcourue vivement les 15 mètres de sable qui la séparait de l’eau.

Cet évènement a été animé par le Réseau Tortues Marines Guadeloupe, représenté par l’Association Evasion Tropicale, la réserve naturelle de Saint-Martin et l’ONCFS.

Certain d’entre vous croiserons peu être son chemin sur les herbiers de Malendure, à moins qu’elle reprend la direction du nord vers les eaux de Saint-Martin.

Comme si vous y étiez : vous prouvez retrouver sur le lien suivant le reportage de Guadeloupe première sur la remise à l’eau de Gaïa (à partir de 22 minutes et 30 seconde de reportage).

http://pluzz.francetv.fr/videos/jt_guadeloupe_,89154633.html

Antoine Chabrolle/ONCFS/RTMG

 

 

Affiche de la remise à l'eau

Haut de page
haut de page

 

Etude du succès de reproduction : stage de Master 2

Après 21 ans de protection et la mise en place d’un programme de restauration des tortues marines de Guadeloupe, les effectifs de femelles nidifiant sur les plages guadeloupéennes et notamment ceux de Petite Terre sont bien connus. En effet, depuis plusieurs années les gardes de la réserve accompagnés des bénévoles de différentes associations réalisent un suivi des pontes. Ainsi, on sait que deux espèces de tortues marines pondent sur les plages de Petite Terre : la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata) et la tortue verte (Chelonia mydas). Cependant, le succès de ces pontes et les effectifs de jeunes quittant le nid ne sont pas évalués.

Dans le cadre de mon Master 2 Gestion de la Biodiversité à l’Université Toulouse 3, je réalise un stage de six mois (mars à septembre 2013) sur le succès de reproduction durant la saison de ponte 2013. Ce stage est co-encadré par Eric Delcroix, animateur du Réseau Tortues Marines Guadeloupe et coordinateur du plan de restauration (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), et Marion Diard, chargée de mission scientifique de la réserve (Association ti-tè).

La réserve naturelle de Petite Terre est un endroit idéal pour réaliser une telle étude car le littoral est préservé des menaces anthropiques (aménagements, introduction d’espèces, circulation de véhicules) qui peuvent occasionner un dérangement lors de la ponte et la destruction des nids. Cela permettra d’obtenir des résultats en conditions naturelles. L’objectif premier du stage est de mettre en place un protocole qui permet d’évaluer le nombre de jeunes tortues quittant le nid et d’identifier les facteurs influençant le succès de reproduction. L’objectif à plus long terme est d’appliquer ce protocole testé à Petite Terre à l’ensemble de la Guadeloupe.

L’étude prend en compte à la fois le succès de ponte des adultes et le succès à l’émergence. Les paramètres pouvant affecter la ponte des adultes sont relevés (accessibilité des plages, érosion). Lorsqu’une montée de tortue n’aboutit pas à la ponte, la cause de l’échec est supposée et lorsqu’il y a ponte, les nids sont localisés par triangulation. Après avoir respecté la période d’incubation, les nids sont déterrés et le nombre d’œufs éclos, non éclos (infertiles, embryons développés ou non) et prédatés avant éclosion sont comptés. Le taux de réussite de chaque nid est ensuite calculé. Afin d’identifier les facteurs influençant le taux de réussite, plusieurs paramètres sont pris en compte tels que le type de substrat et la profondeur, le couvert végétal ou encore la température du sable.

 

Armelle MASSON /ONCFS/Stagiaire

photo : Delcroix
Plage de ponte de Terre-de-Haut Petite-Terre
Cliquez pour agrandir

Photo : Delcroix
Emergence d'une tortue verte
Cliquez pour agrandir

Photo : Ass.Kap'Natirel
Ponte d'une tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

Suivi des pontes par le Parc National sur l'îlet de Kahouanne

Situé à 1,5 kilomètre au nord de la Basse-Terre, l’Ilet Kahouanne est connu comme étant un site de pontes des tortues imbriquées et vertes.

Dans le cadre du protocole mis en place par Parc National de Guadeloupe (PNG) pour le suivi des pontes des tortues marines, 5 nuits de suivi ont été réalisées fin août 2013.

Afin de surveiller les 100 mètres de l’unique plage de ponte de l’Ilet, des équipes composées de 4 personnes, comprenant deux agents du pôle marin du PNG assistés pour chaque nuit de deux bénévoles de l’association du Gaïac ou de Kap’Natirel, ont débarqué chaque soir afin d’effectuer les patrouilles.

Ils ont eu la grande surprise de constater de nombreuses activités de tortues marines.

Les équipes ont ainsi pu baguer 14 tortues (10 imbriquées et 4 vertes) et assister à 5 émergences d’imbriquées.

Cette mission met en évidence l’importance de ce site de ponte et la nécessité de suivre régulièrement la petite plage de l’Ilet Kahouanne, accessible qu’en bateau.

Félicitation aux 20 personnes qui ont ainsi pu participer à cette mission d’août 2013.

Antoine Chabrolle (ONCFS) d’après le récit de Claude Lefebvre (Agent du Parc national de la Guadeloupe '' Pôle Marin '')

photo : PNG
Marquage d'une tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Photo : PNG
La plage de ponte de Kahouanne
Cliquez pour agrandir


Emergence de tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

CALINE, une tortue verte suivie depuis 2002

La tortue verte CALINE (avec comme bagues actuelles FWI 7476 et BD FWI 3134) a été baguée en 2002 sur la plage des Galets (Capesterre de Marie-Galante) avec la bague FWI 1406. Elle a été revue 2 fois en 2005 (changement des bagues) et de nouveau cette année le 8 août 2013 toujours sur la même plage. CALINE est donc la tortue verte qui enregistre la plus longue période de suivi en Guadeloupe (13 ans). Cette tortue n’a été observée que sur cette plage.

 

Information transmise par Alexandra LE MOAL/Kap’Natirel/RTMG

photo : L.malglaive/AEVA
Tortue verte en train de reboucher
Cliquez pour agrandir

Photo : E.Delcroix/ONCFS
La plage des Galets (vue du Sud)
Cliquez pour agrandir

Photo : E.Delcroix/ONCFS
La plage des Galets (vue du Lagon)
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

Une imbriquée change de site de ponte entre 2009 et 2013

Le soir du 30 juillet, une tortue imbriquée a été observée en ponte sur le site  de 3 îlets à Marie Galante. Lors de la lecture de ses bagues, l’équipe présente (Dany Moussa et Stacy Beaugier)  a eu le plaisir et la surprise de voir les lettres WH à la place du « classique » FWI (identifiant des Antilles françaises). Mais d’où peux donc provenir cette tortue? Par l’intermédiaire de Julia Horrocks, responsable des données bagues pour le Widecast, réseau chargé de la conservation des tortues marines dans la  caraïbe, nous avons été informé que  cette imbriquée  a été  baguée  en ponte le 19 juillet 2009 sur la plage de Hilton Beach à Barbade (à près de  400 km Marie-Galante). Ce type d’observation n’est pas courant étant donné que les tortues imbriquées sont considérées comme «  fidèles » à leur site de ponte, même si Julia Horrocks nous confie qu’elle constate de plus en plus d’échanges entre les sites de pontes, mais jamais aussi loin.

Plus d’information sur le programme tortues marines de la Barbade http://www.barbadosseaturtles.org

Océane BEAUFORT/Kap’Natirel/RTMG & Eric DELCROIX/ONCFS/RTMG

Haut de page
haut de page

 

La commune d'Anse Bertrand s'engage pour réduire la pollution lumineuse

La plage de la Chapelle située sur la commune d’Anse Bertrand accueille chaque année plusieurs pontes de tortue imbriquée (Karet) et de tortue verte. Cette plage, de part sa configuration est propice à la montée de ces espèces entre avril et octobre.

Malheureusement, il a été constaté début juillet 2013 par des membres et bénévoles du RTMG, le fonctionnement de l’éclairage d’une partie de la plage de nuit, par des spots lumineux qui pourraient être source de désertion du site par les tortues marines et de désorientation des femelles et des nouveau-nés.

Cette pollution lumineuse générée par des spots installés lors d’un championnat de surf organisé sur la plage est signalée depuis 2009 à l’ONCFS par les bénévoles du RTMG de Nord Grande-Terre.

Des échanges avec la Mairie avaient permis de mettre en place en juillet 2009 un disjoncteur équipé d’une minuterie arrêtant l’éclairage à partir de 21h30.

Cependant, il a été constaté aussi bien en 2010, 2011 et 2012 que ces spots continuaient à éclairer la plage tout ou partie de la nuit.

Suite à notre mobilisation en juillet 2013, une nouvelle minuterie positionnée dans une armoire sécurisée a été mise en place par les services municipaux, arrêtant l’éclairage à partir de 20h.

Nous tenons à remercier la Mairie d’Anse-Bertrand d’avoir répondu favorablement à notre demande et espérons que la solution technique mise en place va s’inscrire dans la durabilité pour les saisons de pontes à venir.

Une preuve supplémentaire, s'il en fallait une, de l'importance des bénévoles dans le plan de restauration des tortues marines, pour constater sur le terrain les entraves à la conservation de ces reptiles, et de l'efficacité de la concertation menée par l'ONCFS.

 

Plus d'infos sur les sites de pontes :

- Guide technique prise en compte des tortues marines sur les plages

- Référencement des sites de ponte

 

Antoine CHABROLLE /ONCFS/RTMG

photo : A Le Moal
Eclairage sur la plage de la Chapelle
Cliquez pour agrandir

Photo : A. Le Moal
Eclairage du Parking jouxtant la plage
Cliquez pour agrandir

Photo : A. Le Moal
Eclairage sur la plage de la Chapelle
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

Tortue désoriéntée : Sauvetage réussi

L’équipe de Kap Natirel a effectué sa deuxième intervention de l’année à Marie-Galante sur une tortue désorientée.

Dans la matinée du vendredi 12 juillet 2013, Mme Deborah FRANTZ trouve une tortue imbriquée sur sa propriété située au nord de la sucrerie de Grande-Anse (entre Grand-bourg et Saint-Louis). A 9h55 l’équipe de Kap Natirel est tenue informée par le biais de Moïse CHASSELAS (pompier professionnel et bénévole pour l’association Ecolambda) et se rend aussitôt sur les lieux. La tortue se trouvait dans une petite mare avec une profondeur d’eau proche des 60 cm.

A l’arrivée des pompiers, l’intervention a pu commencer : deux personnes sont rentrées dans la mare pour trouver la position exacte de la tortue. Effrayée et désorientée, la tortue est sortie de la mare en deux à trois coups de pattes. A sa sortie, d’autres personnes l’attendaient avec un hamac. Utilisé comme une civière, ce hamac a permis de ramener la tortue rapidement au bord de la mer. Une fois posée sur la plage, la tortue a retrouvé une énergie incroyable et est repartie très rapidement en mer, signe de bonne santé.

Un grand merci à Mme FRANTZ pour son appel, déclenchant une intervention rapide et efficace des pompiers de Grand-Bourg et de l’équipe de Kap Natirel, permettant à la tortue de retrouver son milieu naturel avant 10h30.

Entre les secteurs de Grande-Anse et de Trois-ilets, les interventions sur des tortues égarées sont fréquentes (5 interventions pour Kap Natirel l’an dernier entre juillet et août). Les femelles viennent pondre sur les plages, puis repartent dans la mer. Parfois, il arrive que ces femelles s’enfoncent trop profondément dans le sous-bois. Elles peuvent alors trouver des mares ou grosses flaques formées après de fortes pluies qu’elles confondent avec la mer. Même si ces milieux sont aquatiques, les tortues marines ne sont pas adaptées pour y survivre. Il est alors nécessaire d’intervenir pour remettre les tortues égarées dans leur milieu naturel : l’océan.

 

Océane BEAUFORT /Ass. Kap'Natirel/RTMG

photo : N.Breand
Mare en arrière plage
Cliquez pour agrandir

Photo : N.Bréand
La tortue respire
Cliquez pour agrandir

Photo : N.Bréant
La tortue sort d'elle même de la mare
Cliquez pour agrandir

photo : N.Bréand
Transport vers la mer
Cliquez pour agrandir

photo : N.bréand
Retour à la mer
Cliquez pour agrandir

photo : A.Chabrolle
L'équipe de sauvetage
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

Une tortue imbriquée a eu de la chance

Comme chaque matin, Jean GROS (Brigadier de la police municipale du Moule) va voir ses bœufs pâturant dans une prairie localisée sur le littoral entre Port-Louis et Anse Bertrand, du côté de Goguette. Ce mardi 25 juin, il distingue avec étonnement une forme arrondie et inhabituelle qui arpente la pâture. En se rapprochant, il reconnaît immédiatement une tortue Karet animée, complètement perdue à plus de 500 mètres du rivage. Rapidement, il téléphone aux pompiers, aux gendarmes, à l’Aquarium et à l’ONCFS pour obtenir les instructions nécessaires afin de porter assistance à la tortue désorientée. Une fois le signalement fait, son frère Léo vient lui prêter main forte pour charger la tortue dans le coffre de sa voiture afin de la déposer à quelques mètres du rivage. Ils ont tous deux le plaisir de voir la tortue regagner la mer en toute quiétude.

Jean et Léo Gros ont pu identifier la zone de ponte de la tortue, qui lors de son retour à la mer, a très probablement confondu les pâtures humides éclairées par la pleine lune de ces derniers jours, avec la mer. Cette escapade champêtre aurait pu lui couter la vie sans l’intervention de ses bien-veilleurs.

Jean n’avait pas revu de tortue Karet depuis plus de 10 ans, et se rejouit des actions réalisées en faveur de la protection des tortues marines en Guadeloupe.

Un sauvetage similaire avait eu lieu presque au même endroit le 16 septembre 2010 par Justin dit Zindien.

Les tortues marines sont toutes protégées. Avant toute intervention de sauvetage, il est nécessaire de prévenir les autorités (Police, gendarmerie, ONCFS 0590 99 23 52 ou le centre de soin basé à l’Aquarium de Guadeloupe 0590 90 92 38).

En cette saison des pontes et d’émergences vous pouvez rencontrer des tortues sur nos plages. Si elles ne sont pas en danger, il est préférable de les observer à une distance raisonnable pour ne pas les perturber. Si elles sont en difficulté (désorientées par des lumières, présentes sur la route ou autres lieux inhabituels), merci de prévenir les pompiers ou les gendarmes qui relaieront l’information aux membres du Réseau Tortues Marines Guadeloupe.

Témoignage recueilli par E.DELCROIX/ONCFS/RTMG

photo : E.DELCROIX
Tortue imbriquée égarée dans une pâture

Haut de page
haut de page

 

Formation 2013 au suivi des pontes

Comme chaque année depuis 4 ans, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) dispense une formation de suivi des tortues marines destinée aux membres du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe.

Pour cette année 2013, 18 acteurs du RTMG (issus des réserves naturelles de Petite Terre et de Saint Martin, du Parc National de Guadeloupe, la collectivité de Saint Martin, ou impliqués dans le réseau tortues ou des associations telles qu’Eco-Lambda, Plouff ou Evasion tropicale) ont participé à ce stage qui s’est déroulé sur trois sessions, du 11 au 19 juin dernier sur les plages de Marie-Galante.

Suivant les pas ou la lumière rouge d’ Eric Delcroix, c’est par petits groupes de 6 personnes que les stagiaires ont parcouru durant trois jours des plages de pontes de tortues marines, aussi bien de nuit pour les suivis nocturnes, qu’au petit matin pour les comptages des traces.

Cette formation réalisée grâce au soutien financier de l’Europe, de la DEAL, de la Région et de l’ONCFS a pour vocation de former des patrouilleurs à repérer et identifier des traces de tortues marines, interpréter des activités de tortues sur les plages, et d’approcher en toute discrétion une tortue marine en action de ponte afin de pouvoir pratiquer différentes manipulations (mesure de la carapace, baguage ou contrôle des bagues existantes, prélèvement de tissus, …).

Durant l’ensemble de la formation, plus de 80 activités de tortues imbriquées (Eretmochelys imbricata) ont été relevées, permettant le baguage de 5 tortues et le contrôle de 14 femelles. Certain(e)s se souviendront sans doute longtemps de cette nuit du 15 au 16 juin, où 14 tortues ont été comptabilisées sur la même plage.

A l’issue de cette formation, des demandes d’autorisation de manipulation des tortues marines seront transmises à la DEAL par l’ONCFS pour l’ensemble des stagiaires.

Pour cette saison de ponte 2013, le RTMG remercie les patrouilleurs expérimentés et déjà habilités à manipuler des tortues marines, d’accompagner la « promotion 2013 » qui doit parfaire l’interprétation d’activités de tortues, mais surtout l’écoute, l’approche et les gestes de manipulation d’une tortue en activité de ponte.

Nous tenons à remercier l’ensemble des stagiaires pour leur implication et leur bonne humeur, et leur souhaitons d’agréables suivis sur les plages à la recherche d’activité de tortues marines, qui peuvent faire l’objet de témoignages sur le site du RTMG.

 

Antoine CHABROLLE/ONCFS/RTMG

photo : E.Delcroix
Croix sur la trace comptée
Cliquez pour agrandir

Photo : S.Lacas
Interprétation de l'activité de ponte
Cliquez pour agrandir

Photo : A.Chabrolle/ONCFS
Interprétation de l'activité de ponte
Cliquez pour agrandir

photo : A.Chabrolle/ONCFS
La première équipe
Cliquez pour agrandir

photo : E.Delcroix
L'équipe sur le terrain
Cliquez pour agrandir

photo : A.Chabrolle
Lecture d'une trace
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

Sauvetage d'une tortue olivâtre à Sainte-Anne

Mercredi 12 juin 2013, une tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea) est observée en difficulté près de la plage des Raisins Clairs à Saint François, par des bénévoles du Réseau Tortue Marine Guadeloupe (RTMG) alertés par un promeneur, sans que l’on puisse lui porter secours. Le dimanche 16 juin, un baigneur repère en fin de matinée une tortue marine en détresse à proximité du rivage de la plage de Galbas à Sainte Anne. Cette dernière est rapidement récupérée, positionnée dans un bac de rétention mis à disposition par un vétérinaire (docteur Olivier Ibéné), puis stockée provisoirement au club de planches à voiles, dans l’attente d’être prise en charge par le RTMG. Arrivée sur les lieux, Sophie Lacas, responsable locale du RTMG pour les secteurs Gosier/Sainte Anne, constate que la tortue présente une carapace brune très arrondie, ainsi qu’un bec fort. D’autres critères viennent confirmer qu’il s’agit bien d’une tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea) d’une longueur de 61 cm de carapace. L’absence du membre antérieur gauche confirme qu’il s’agit bien de l’individu repéré quelques jours auparavant à Saint François. L’animal amaigrie ( 19 kg) et épuisée a également une lésion à la patte antérieure droite.

En milieu d’après midi, la tortue est récupérée par Alain Calais du centre de soin hébergé à l’Aquarium de Guadeloupe où elle sera soignée.

Les radiographies effectuées lundi 17 juin par le vétérinaire Fréderic Levêque, confirment la présence d’une luxation de la nageoire antérieure droite au niveau du coude. L’absence du membre antérieur gauche (blessure cicatrisée) est probablement la conséquence de l’emmêlement du membre dans une palangre (longue ligne de pêche de surface).

Après quelques calamars ingurgités, la tortue a retrouvé une certaine vitalité. Une première opération réalisée le jeudi 20 juin 2013, a permis d’intervenir sur la luxation et de positionner en plus une petite plaque en inox sur le plastron pour consolider une fêlure. Une seconde opération consistant à la mise en place d’une plaque en inox pour rigidifier le membre antérieur droit, doit être réalisée ces prochaines semaines.

La convalescence de cette tortue devrait durer plusieurs mois avant qu’elle puisse être relâchée dans son milieu naturel.

Les observations de tortues olivâtres (Lepidochelys olivacea) sont rares le long de nos côtes Guadeloupéennes. Les 3 observations réalisées ces 12 dernières années concernent exclusivement de tortues dérivantes, blessées par des engins de pêche.

En atlantique Ouest, les zones de reproduction les plus proches sont situées en Guyane et au Surinam.

Nous félicitons de nouveau les différents acteurs du RTMG qui ont participé au sauvetage de cette tortue olivâtre et lui souhaitons un bon rétablissement.

Pour en savoir d’avantage…

Antoine CHABROLLE/ONCFS/RTMG

photo : S.Lacas
Zoom sur la tête
Cliquez pour agrandir

Photo : S.Lacas
Prise en charge par le centre de soin
Cliquez pour agrandir

Photo : A.Chabrolle/ONCFS
La tortue au centre de soin
Cliquez pour agrandir

photo : A.Chabrolle/ONCFS
La tortue au centre de soin
Cliquez pour agrandir

photo : S.Bedel/Kap'Natirel
Pose d'une plaque sur le plastron
Cliquez pour agrandir

photo : S.Bedel/Kap'Natirel
La tortue et le vétérinaire
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

SEATAG 2.13 : Pose d'une balise Argos à Petite-Terre
photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

Photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

Photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : malglaive
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Malglaive
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Delcroix
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

photo : Ass.Kap'Natirel
Argos 2013
Cliquez pour agrandir

Dernières nouvelles : Après plusieurs signalements par des baigneurs dans le lagon de Petite-Terre, GOURDELIANE a été observée en fin de journée du 21 juin par Julien Athanase (garde de la Réserve) et Nathalie (Eco-volontaire Tité) au niveau de la balise jaune actuellement à l'entrée du lagon. Elle était en compagnie de trois autres tortues vertes en alimentation sur un herbier. La balise GPS est toujours correctement fixée.

 

Téléchargez la carte des déplacements

Téléchargez le communiqué de presse    

Haut de page
haut de page

 

Etude du succès de reproduction : stage de Master 2

Après 21 ans de protection et la mise en place d’un programme de restauration des tortues marines de Guadeloupe, les effectifs de femelles nidifiant sur les plages guadeloupéennes et notamment ceux de Petite Terre sont bien connus. En effet, depuis plusieurs années les gardes de la réserve accompagnés des bénévoles de différentes associations réalisent un suivi des pontes. Ainsi, on sait que deux espèces de tortues marines pondent sur les plages de Petite Terre : la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata) et la tortue verte (Chelonia mydas). Cependant, le succès de ces pontes et les effectifs de jeunes quittant le nid ne sont pas évalués.

Dans le cadre de mon Master 2 Gestion de la Biodiversité à l’Université Toulouse 3, je réalise un stage de six mois (mars à septembre 2013) sur le succès de reproduction durant la saison de ponte 2013. Ce stage est co-encadré par Eric Delcroix, animateur du Réseau Tortues Marines Guadeloupe et coordinateur du plan de restauration (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), et Marion Diard, chargée de mission scientifique de la réserve (Association ti-tè).

La réserve naturelle de Petite Terre est un endroit idéal pour réaliser une telle étude car le littoral est préservé des menaces anthropiques (aménagements, introduction d’espèces, circulation de véhicules) qui peuvent occasionner un dérangement lors de la ponte et la destruction des nids. Cela permettra d’obtenir des résultats en conditions naturelles. L’objectif premier du stage est de mettre en place un protocole qui permet d’évaluer le nombre de jeunes tortues quittant le nid et d’identifier les facteurs influençant le succès de reproduction. L’objectif à plus long terme est d’appliquer ce protocole testé à Petite Terre à l’ensemble de la Guadeloupe.

L’étude prend en compte à la fois le succès de ponte des adultes et le succès à l’émergence. Les paramètres pouvant affecter la ponte des adultes sont relevés (accessibilité des plages, érosion). Lorsqu’une montée de tortue n’aboutit pas à la ponte, la cause de l’échec est supposée et lorsqu’il y a ponte, les nids sont localisés par triangulation. Après avoir respecté la période d’incubation, les nids sont déterrés et le nombre d’œufs éclos, non éclos (infertiles, embryons développés ou non) et prédatés avant éclosion sont comptés. Le taux de réussite de chaque nid est ensuite calculé. Afin d’identifier les facteurs influençant le taux de réussite, plusieurs paramètres sont pris en compte tels que le type de substrat et la profondeur, le couvert végétal ou encore la température du sable.

 

Armelle MASSON /ONCFS/Stagiaire

photo : Delcroix
Plage de ponte de Terre-de-Haut Petite-Terre
Cliquez pour agrandir

Photo : Delcroix
Emergence d'une tortue verte
Cliquez pour agrandir

Photo : Ass.Kap'Natirel
Ponte d'une tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

Sauvetage

Témoignage du club de plongée CNBT (Gourbeyre) issu de la liste de diffusion du CNBT

« Bonjour à tous. Moment d'émotion vendredi dernier, lors de la plongée du
CNBT à Trois-Pointes. Emmanuelle et Thierry (?) à la manœuvre. La tortue
s'en est tirée avec quelques blessures dues au filet mais elle est
repartie sans problème...
Guy »

La tortue imbriquée été prise dans un filet de fond du type trémail, elle a eu la chance d’être repérée par les plongeurs pour être libérée avant une éventuelle noyade. Félicitation pour ce sauvetage et longue vie à la tortue.

E.DELCROIX/ONCFS/RTMG

photo : Nicole  Van Laere CNBT
Sauvetage par les plongeurs du Club CNBT
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

Et les premiers gangants sont...

L’association Le Gaïac avec Yolande et Patrick :

L’observation de la première ponte de tortue imbriquée n’a pas trainée, elle a été observée le 1 er mars, jour du premier comptage officiel sur plusieurs plages du Nord Basse-Terre. Ce sont les membres de l’association Le Gaïac, Yolande et Patrick Parmentier, qui ont observé sur Grande Anse Deshaies une trace et un nid de tortue imbriquée. Même si cette espèce pond tous les mois de l’année, le début de la saison des pontes pour l’imbriquée, débute officiellement le 15 avril. Une imbriquée en avance qui n’a pas été loupée par nos valeureux bénévoles sur un secteur où elle n’est pas la plus présente.

L’association Titè avec Julien Athanase et kap’Natirel avec Edmond :

Le 2 mars, lors du comptage sur les plages sur Petite-Terre, Julien accompagné d’Edmond ont pu noter la première ponte de tortue verte de la saison sur une des plages de Terre-de-Haut. Petite-Terre constitue le 2 ème site le plus important pour la ponte de cette espèce et chaque année quelques rares pontes sont observées entre février et mai, avant le gros de la saison qui débute au 1 er juillet. Une verte pressée de pondre qui fait honneur à la Réserve Naturelle des Ilets de Petite-Terre.

Sincères félicitations aux gagnants

Il reste la première ponte de luth à trouver. Ca ne devrait pas tarder, les premières ont été notées en Martinique. A qui la prochaine victoire ?


E.DELCROIX/ONCFS/RTMG

photo : Parmentier
Bénévoles du Gaïac
Cliquez pour agrandir

Photo : Parmentier
Trace et nid de la tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Photo : Petite-Terre
L'équipe de Petite-Terre devant la trace de tortue verte
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

Qui découvrira la première ponte de la saison 2013?

A l'initiative de plusieurs membres du Réseau Tortues Marines, un concours simple et amusant est lancé afin de mobiliser les troupes et impliquer l'ensemble de la population dans la recherche des pontes de tortues marines sur nos îles. Le concours est simple, il suffit de trouver et de prouver la première ponte pour chacune des espèces. Jeu ouvert à tous.

télécharger le règlement

E.DELCROIX/ONCFS/RTMG

photo : E.DELCROIX
Trace Tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Photo : M.DEBORDE
Trace de tortue luth
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

 

-2012-

Stand à la semaine de l'environnement

Les 8, 9 et 10 novembre dernier, le réseau est allé à la rencontre d’un large public à Destreland, à l’occasion de la semaine de l’environnement organisée par le Comité de Tourisme des Iles de Guadeloupe. Fort est de constater que les tortues marines gagnent de plus en plus le coeur des familles, des enseignants, des professionnels de la mer ou de l’environnement.

Il est même à noter plusieurs signalements spontanés d’actes de braconnage, reflétant une prise de conscience générale de la nécessité de protéger ces espèces menacées.

Ensemble, poursuivons nos efforts !

photo : N.Defaux
Le stand du Réseau à Destreland
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Vers de nouvelles mesures conservatrices pour les sites de ponte de l’archipel

Depuis les débuts de la conservation des tortues marines en Guadeloupe, la question de la protection des sites de ponte est considérée comme un enjeu prioritaire, du fait notamment de l’anthropisation galopante du littoral.

Si celle-ci semble plutôt raisonnée aujourd’hui, elle demeure une problématique prioritaire du plan d’actions, et les réflexions menées doivent se baser sur des outils régulièrement mis à jour.

La production d’un nouveau document de travail est une des missions de Marion Brunel, en stage à l’ONCFS (octobre 2012- mars 2013) au cours d’une année de césure dans son cursus d’école d’ingénieur (AgroParisTech).

Elle travaillera à la « Mise en place d’une stratégie opérationnelle de protection réglementaire des sites de ponte sur l’archipel guadeloupéen ». Qui dit stratégie, dit élaboration d’un canevas de priorités, soit la classification des plages et des solutions envisageables selon différents critères liés à leur état écologique, leur fréquentation par les usagers et les tortues et leurs statuts juridiques actuels et potentiels, en se basant sur l’atlas des sites de ponte de l’archipel guadeloupéen (Guilhem Santelli et al., 2011) et les données récentes récoltées.

Pour ce faire, Marion réalise actuellement une enquête auprès des gestionnaires du littoral et membres du Réseau Tortues Marines Guadeloupe et commencera prochainement le diagnostic écologique des sites qui n’ont pas encore été évalués au cours des années précédentes.

L’objectif d’ici mars est d’établir une déclinaison de mesures réglementaires et/ou contractuelles, sous la forme d’un document d’orientations, applicables sur les différents sites concernés, qui devrait être portée ensuite à connaissance des gestionnaires du littoral et des élus de l’archipel.

 

photo : RTMG

Anse Loquet
Cliquez pour agrandir

Photo :Polaris pour RTMG

Typologie des plages de ponte
Cliquez pour agrandir

Photo :RTMG

Anse Poulain
Cliquez pour agrandir

 

Haut de page
haut de page

 

Animations NORD BASSE TERRE, saison 2012

Plusieurs animations ont ponctué la saison des pontes des tortues marines en Nord Basse-Terre, animations axées sur la sensibilisation à la protection de ces animaux.

Cécile Lallemand, responsable au Gaïac sur le suivi des pontes sur le Nord Basse Terre a mené toutes ces animations avec brio, touchant ainsi un public nombreux.

La chance, lors de plusieurs de ces soirées, a souri à quelques participants, puisqu’ils ont pu admirer la ponte de tortue luth, d’autres ont encouragé des nouveau-nés de luth à regagner la mer.

photo : P.Parmentier/Le Gaïac
Cécile Lallemand animant la nuit des tortues marines
Cliquez pour agrandir
Photo : P.Parmentier/Le Gaïac
Un tortillon luth rejoignant la mer
Cliquez pour agrandir

Une saison 2012 qui restera riche en observations : luths montant de jour comme de nuit, et fait rare sur nos plages la montée de trois tortues luths en moins de deux heures sur la même plage ! Un festival !!!!

Cécile a également organisé une semaine de découverte du patrimoine naturel de Sainte Rose « Laliwondaj Sentwòz » en partenariat avec la commune. Plusieurs animations ont eu lieu dont la nuit des tortues marines avec la conteuse Suzy Ronel. Soirée magique qui restera gravée dans les mémoires tant le cadre se prêtait bien au conte sur les tortues. Cette semaine de découverte sera reportée en 2013.

Merci à Cécile, merci aux bénévoles du Gaïac, et merci aux tortues qui sont venues en nombre sur nos plages cette année

Y. & P. Parmentier /Ass.Le Gaïac/RTMG

 

photo : P.Parmentier/Le Gaïac
Ponte de Jour à Cluny
Cliquez pour agrandir

Photo : P.Parmentier/Le Gaïac
Suzy Ronel
Cliquez pour agrandir

 

 

Photo : P.Parmentier/Le Gaïac
Flora, la voyageuse
Cliquez pour agrandir

 

Haut de page
haut de page

 

Animation sur le thème des espèces protégées de Guadeloupe avec les élèves du collège A. MACAL de Saint François

Le 23 octobre dernier, une classe de troisième du collège Alexandre Macal de Saint François s’est rendue sur le littoral de Port Louis pour découvrir les richesses naturelles protégées de Guadeloupe. Accompagnés d’Eric Delcroix (ONCFS), Laurent Malglaive (AEVA) et Thierry Guthmuller (Kap Natirel), les élèves ont pu découvrir les problématiques des tortues marines, des oiseaux et de leur environnement. Cette intervention a été réalisée dans le cadre du projet européen pédagogique COMENIUS, initialisé par Madame Cécile Meilhan, enseignante au collège. Le but est de réaliser, en anglais, un catalogue sur les espèces protégées de l’archipel, de le partager et d’échanger avec d’autres écoles européennes : en Espagne, Italie, Suède, Pologne, Hongrie, Estonie, Bulgarie et Turquie. Investis pour 2 ans dans ce projet, les élèves participeront de plus au nettoyage de la plage des Raisins Clairs à Saint François le 14 novembre prochain. Une conférence, ainsi qu’une exposition sur le thème des tortues marines sera présentée au CDI dans le courant du mois de novembre.

ONCFS/RTMG

 

photo : E.Delcroix

Cliquez pour agrandir

Photo :E.Delcroix

Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

 

La petite mangouste indienne, menace pour les tortues marines: appel à témoins

Inscrite sur la liste des 100 espèces parmi les plus envahissantes au monde, la Petite Mangouste indienne (Herpestes javanicus ssp) a été introduite en Guadeloupe en 1888 pour lutter contre les rats qui ravageaient les plantations. Devenu rapidement une menace pour la faune locale, ce mammifère vif et rusé est mis en cause dans la raréfaction de plusieurs petits reptiles et oiseaux nichant au sol ou près du sol.

La mangouste s’attaque aussi aux nids des tortues marines, pouvant prélever tous les oeufs d’une ponte en à peine 3 jours. Depuis son éradication sur l’Ilet Fajou en 2001, aucune ponte détruite n’a été observée.

Cette année, il est avéré que la mangouste est responsable de la disparition d’une dizaine de nids de tortues imbriquées sur le secteur de Port Louis et une suspicion de prédations est à noter sur le secteur de Saint François.

Des études complémentaires sont à réaliser afin de déterminer l’impact exact de la mangouste sur la population de tortues marines de Guadeloupe.

Vos observations permettront de réaliser un premier état des lieux de la menace qu’elle représente. Selon vous, la mangouste s’est-elle attaquée au nid juste après la ponte, pendant les 2 mois d’incubation ou à l’émergence ?

Merci de transmettre au réseau toute observation de prédation de nids voire de nouveau-nés en remplissant le tableau Microsoft® Excel prévu à cet effet, ainsi que vos photos éventuelles.

Merci pour vos contributions.

Contact : eric.delcroix@oncfs.gouv.fr

ONCFS/RTMG

 

Fichier de signalement mangoustes

Télécharger - Excel (9 Ko)


photo : A.Goyeau

Trace de patte
Cliquez pour agrandir

Photo :A.Goyeau

Nid excavé par une mangouste
Cliquez pour agrandir

 

Haut de page
haut de page

Une rencontre exceptionnelle à Malendure

Une tortue caouanne (Caretta caretta) a été observée en septembre dernier par le club PPK Plongée (www.ppk-plongee-guadeloupe.com) sur la pointe de Malendure en Sud Basse Terre. L’archipel guadeloupéen se situerait sur une voie de migration de cette espèce. Des caouannes immatures, nées en Floride, s’alimenteraient dans l’Atlantique Est et rejoindraient l’Atlantique Ouest au stade subadulte en passant notamment par les Petites Antilles. Toutefois il n’est pas à exclure que les eaux de l’archipel soient des zones d’alimentation secondaires pour cette espèce. Les observations sont rares et se font généralement en haute mer.

Cette caouanne de Malendure a la particularité d’avoir une blessure cicatrisée sur la carapace. A-t-elle été blessée sur nos côtes pour s’y réfugier et s’y alimenter ensuite?

Depuis combien de temps est-elle là? A-t-elle déjà repris sa route en direction du Nord pour se reproduire?

Toutes vos observations seront précieuses pour suivre son évolution. N’hésitez pas à nous envoyer vos photos, dates et lieux de contact à l’association Kap’Natirel, animatrice du Réseau INA Scuba sur l’archipel guadeloupéen. (kapnatirel@tortuesmarinesguadeloupe.org / 0690 84 64 51)

Description de l’espèce à la page tortues marines et fiche détaillée sur le site DORIS.

A.Le Moal//RTMG

photo : Club de plongée PPK
Tortue caouanne
Cliquez pour agrandir

Photo : PPK Plongée
Tortue caouanne
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

De nouveaux panneaux de sensibilisation

A l’occasion des 20 ans de la protection des tortues marines en Guadeloupe, L. Malglaive et T. Guthmuller (association AEVA) et E. Delcroix (ONCFS) ont planché sur la réalisation de 2 nouveaux panneaux illustrés de sensibilisation « mobiles » réalisés par Kloro Médias. Les thèmes abordés sont : les menaces pesant sur les tortues marines et les moyens d’agir (« ensemble, agissons pour préserver les tortues ») et les diverses actions menées par le Réseau en Guadeloupe. Imprimés sur un matériau souple, léger et résistant, ils sont idéaux pour les animations en classe comme sur site et sont à la disposition des enseignants et associations de l’archipel. Ils viennent s’ajouter aux 2 panneaux édités en 2010, portant l’un sur les 3 espèces en ponte, l’autre sur le cycle de vie des tortues marines. Le panneau sur les espèces a été par ailleurs édité sous forme d’affiches pour une diffusion plus large. Elles sont disponibles auprès de l’ONCFS et de la plupart des associations du Réseau.

N’hésitez pas à les demander !

ONCFS/RTMG

photo : Kloro Médias
Les 3 espèces pondant en Guadeloupe
Cliquez pour agrandir

 

 

Photo : Kloro Médias
Le Cycle de vie
Cliquez pour agrandir

 

 

Photo :  Kloro Médias
Menaces et moyens d'agir
Cliquez pour agrandir

 

De nouvelles couleurs pour présenter les espèces visibles autour de l'archipel

Après bientôt 10 ans de bons et loyaux services, la brochure présentant les tortues marines de l’archipel et le programme de conservation a été remaniée tant en photos que dans les textes, pour arborer un « look » plus moderne (réalisation : Polaris). Imprimée en 10 000 exemplaires, elle contient notamment les consignes en cas de rencontre avec ces espèces protégées, et les moyens de les différencier. Elle sera distribuée au gré des animations effectuées par les membres du Réseau Tortues Marines Guadeloupe et dans les points de passage partenaires (Aquarium, Cabinets vétérinaires, associations, clubs de plongée, offices de tourismes…).

 

ONCFS/RTMG


Plaquette du programme tortues marines : recto
Cliquez pour télécharger la plaquette


Plaquette du programme tortues marines : verso
Cliquez pour télécharger la plaquette

 

Haut de page
haut de page

 

Baguée il y a 12 ans au Nicaragua, elle revient pondre à Marie-Galante

Incroyable, une tortue imbriquée juvénile, baguée en 2000 au Nicaragua suite à une capture dans un filet sur le site Pearl Cayes, a été vue en ponte le 12 juillet 2012 à Marie-Galante. A l’époque elle mesurait 51,1cm aujourd’hui 91cm, elle a toujours ces deux bagues (les fameuses INCONEL) et est en pleine forme. C’est la première tortue baguée sur un site d’alimentation au Nicaragua qui est revue en ponte, vous imaginez la joie des nicaraguayens.

Lors de l’étude génétique de cette tortue, elle avait été identifiée avec l’haplotype majoritaire de Marie-Galante (EiA009). Cette tortue a survécu 12 ans au Nicaragua après son baguage et naviguée sur 2500km (pour revenir pondre sur son site de naissance (dans quelques semaines se sera 2500km pour retourner au Nicaragua). En espérant que les filets de fond de la Guadeloupe et les braconniers n’auront pas raison de cette tortue dont l’histoire est plus que MAGNIFIQUE.

Pour l’anecdote, 2 tortues imbriquées baguées à Maire-Galante avaient été pêchées et mangées au Nicaragua (2006 et 2007), celle-ci a eu plus de chances. Nos tortues imbriquées sont exceptionnelles, elles font de merveilleux voyages et servent de connecteur universel entre les nations.

Félicitation à Océane de Kap’Natirel pour cette observation, Merci à Karen Eckert (Widecast), Karen Bjorndal et Cynthia Lagueux (Nicaragua) qui ont permis en moins de 6 heures d’avoir toutes les informations sur cette tortue baguée H4826. Longue vie aux tortues marines.


E.Delcroix/ONCFS/RTMG

photo : E.Delcroix/ONCFS
Plage de ponte de Marie-Galante
Cliquez pour agrandir

Photo : E.Delcroix/ONCFS
Tortue imbriquée en ponte
Cliquez pour agrandir

Photo : Google Earth
Le grand voyage Nicaragua/Marie-Galante
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Témoignage : Les agents de la Réserve Naturelle de Saint-Martin sauvent une tortue verte

« La personne nous a déclaré avoir récupéré une tortue en détresse vers 9 :00 le 6 juillet lors de sa promenade avec ses chiens le long de la baie, cette dernière était affaiblie et emmêlée dans un morceau de filet dérivant. Il a pu la libérer et la charger pour l'emmener au niveau de la Ferme aux Papillons le long de la Saline d'Orient.

Une fois sur place nous avons constaté que la tortue verte (45-50 cm de carapace) était certes affaiblie, mais encore réactive, non-blessée et commençait à présenter des indice de déshydratation. Une fois l'absence de blessure et de bague confirmée, nous avons décidé de la prendre en charge avec Franck et Steeve autorisés à manipuler les tortues, pour la conduire au plus vite dans l'eau au niveau de la plage du Galion.

Dès sa remise à l'eau, la tortue s'est montrée encore plus réactive et  a commencé à nager. Nous avons donc décidé de la relâcher sous notre surveillance afin de s'assurer qu'elle soit bien en mesure de s'orienter et de respirer normalement.

Après une 15aine de minute, nous avons pu constater que cette dernière arrivée à s'immerger complètement et à remonter respirer normalement tout en se dirigeant droit vers le large.

Nous avons donc estimé que le sauvetage était une réussite et avons  quitté les lieux. »

J.Chalifour/RN Saint-Martin/RTMG

photo : J.Chalifour/RN SxM
Remise à l'eau de la tortue verte par les agents de la Réserve
Cliquez pour agrandir

Photo : J.Chalifour/RN SxM
La tortue verte regagne le large
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

A la découverte des pontes de tortues marines

L’Office du Tourisme de Marie-Galante, en partenariat ave l’association Eco-Lambda, vous propose du 15 juin au 15 septembre de découvrir la ponte des tortues marines avec un guide compétent et expérimenté. Vous pourrez ainsi observer les tortues marines sans risque de les perturber et de compromettre la ponte. Les structures s’engagent à respecter un cahier des charges strict qui permet de ne pas déranger les tortues marines.

L’observation d’une tortues marines, espèces protégées, est délicate il est fortement recommandé de passer par des structures compétentes pour profiter de ces moments magiques. Ne devenez pas malgré vous un perturbateur en compromettant la ponte par un comportement inadapté (groupe important et bruyant, utilisation de lampes, toucher une tortue, photographier une tortue,…). Ce type de comportement peut-être sanctionné au même titre que le braconnage. La police de l’environnement veille à l’application de l’arrêté de protection.

Pour découvrir les tortues marines dans les meilleurs conditions, contacter l’Office du Tourisme de Marie-Galante 0590 97 56 51 ou sur info@ot-mariegalante.com

 

E.Delcroix/ONCFS/RTMG


Consignes d'observation
Cliquez pour télécharger les consignes

Haut de page
haut de page

Des tortues marines sur les plages : Que faire?

Rien d’anormal de trouver des tortues marines en cette période sur nos plages. En effet, nous sommes au pic de la saison des pontes. Elles peuvent venir sur toutes les plages de notre archipel, de préférence la nuit, pour pondre.

  • Si vous observez une tortue marine qui vient pondre sur la plage, nous vous invitons à l’observer à une distance respectable et surtout de ne pas l’éclairer ou la toucher. Vous pouvez prévenir le Réseau Tortues Marines (0690 542 811) qui essayera de dépêcher une équipe sur place et donnera les consignes.
  • Si la tortue est en difficulté (se dirige sur une route à cause de l’éclairage), il est urgent d’intervenir pour la survie de la tortue. Il faut prévenir le RTMG (0690 542 811 ou contacter un membre du RTMG proche de chez vous) ou les pompiers qui se dépêcheront sur le site et donneront les consignes.
  • Si vous observez une émergence (sortie des nouveau-nés du sable), n’intervenez pas laissez les regagner la mer seuls et surtout n’éclairez pas au risque de les désorienter (transmettez l’information par téléphone ou e-mail). S’il y a des chiens errants maintenez-les à distance. Si les nouveau-nés ne se dirigent pas vers la mer, il faut prévenir d’urgence le RTMG (0690 542 811 ou contacter un membre du RTMG proche de chez vous) ou les pompiers qui se dépêcheront sur le site et donneront les consignes.

Les membres du Réseau Tortues Marines interviennent le plus souvent de manière bénévole, nous essayons d’assurer une veille téléphonique, mais nous ne pouvons pas garantir une réponse immédiate. Appelez le plus rapidement possible et de manière systématique lorsqu’une tortue ou des nouveau-nés sont en difficultés. Lorsque la ponte ou l’émergence se passe bien, vous pouvez nous transmettre l’information le lendemain par téléphone ou e-mail.

Les tortues marines sont des espèces protégées, les toucher et les déranger sont interdits, seuls quelques personnes habilitées peuvent les manipuler. Dans le cas d’une urgence, vous aurez peut-être à titre dérogatoire la possibilité d’intervenir si aucune personne ne peut se déplacer rapidement.

Profitez bien de ce spectacle magnifique.

E.Delcroix/ONCFS/RTMG


Plaquette du programme tortues marines : Découvrez de nombreuses informations
Cliquez pour télécharger la plaquette

Haut de page
haut de page

Formation au suivi des pontes de tortues marines

Du 12 au 21 juin, 15 membres du Réseau Tortues Marines Guadeloupe ont pu être formés au suivi scientifique des pontes de tortues marines par le coordinateur du programme. La formation s’est déroulée en 3 cycles de 3 nuits par groupe de 5 sur différentes plages de ponte de Marie-Galante. Les plages de pontes ont été arpentées matin et nuit dans la joie et la bonne humeur. Les tortues étaient au rendez-vous.

La formation a permis de donner des bases solides pour assurer le suivi et renforcer les équipes déjà actives. Les stagiaires ont pu apprendre à repérer une tortue la nuit, à l’approcher sans la déranger et à exercer différentes manipulations (baguage, mesure, prélèvement de tissu,…), mais également à réaliser un comptage traces et à interpréter les activités de ponte. 15 nouvelles personnes vont pouvoir ainsi demander leur autorisation de manipulation de tortues marines et ainsi apporter de nouvelles compétences dans les différentes équipes (L’ONCFS se chargera de transmettre les demandes auprès de la DEAL). Les personnes habilitées et expérimentées depuis plusieurs années assureront encore leur encadrement sur le terrain pour affiner et perfectionner les techniques de suivi des pontes. Il n’y a rien de tel que l’expérience pour se perfectionner et assurer un suivi tout en limitant le dérangement des tortues marines.

Une formation du même type sera proposée en 2013. Cette formation a pu être réalisée grâce au soutien financier de l’Europe, de la DEAL, de la Région et de l’ONCFS.

Télécharger la présentation de la formation 2012 (18Mo)

 

E.Delcroix/ONCFS/RTMG

photo : J.Chalifour/RN SxM
Manipulation d'une tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Photo : J.Chalifour/RN SxM
Comptage traces
Cliquez pour agrandir

Photo :  E.Delcroix/ONCFS
Interprétation d'une activité de ponte
Cliquez pour agrandir

Photo :  J.Chalifour/RN SxM
Tortue nouvellement baguée
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Inauguration de panneaux sur la plage de l’autre bord au Moule

Au cours de l’année scolaire les collégiens du Moule (5 ème D, 5 ème I et 3 ème I de la SEGPA) se sont mobilisés avec leur équipe enseignante autour d’un projet tortues marines. Ils ont été aidés par Laurent et Thierry, bénévoles du RTMG basé à Saint-François. Ce projet se concrétise par la pose de plusieurs panneaux sur la plage de l’autre bord. Ces panneaux présentent les tortues marines qui pondent sur cette plage, ainsi que les consignes pour les préserver (message en créole et anglais). 2 silhouettes grandeur réelle ont été également fabriquées et posées sur le site. Le 7 juin, les panneaux ont été inaugurés en présence des collégiens, des enseignants, de quelques membres du RTMG et du Principal du collège. Les collégiens sont fiers de leur réalisation et deviennent ainsi les meilleurs ambassadeurs de la protection des tortues marines sur leur commune. Tout simplement bravo.

De nombreuses idées ont déjà émergées pour poursuivre ce projet l’année prochaine.

E.Delcroix/ONCFS/RTMG

photo : E.Delcroix/ONCFS
Panneaux et silhouette
Cliquez pour agrandir

Photo : E.Delcroix/ONCFS
Panneau
Cliquez pour agrandir

Photo :  E.Delcroix/ONCFS
Discours d'inauguration
Cliquez pour agrandir

Photo :  E.Delcroix/ONCFS
Présentation des panneaux par les collégiens
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

De belles photos

Laurent SAGNIMORTE, bénévole actif du Réseau Tortues Marines, nous fait partager ces plus beaux clichés de tortues marines. Il nous invite à découvrir son diaporama et sa galerie photos. Bravo l’artiste.

Cliquez ici pour accéder au diaporama

Cliquez sur la galerie que vous souhaitez visionner

Galerie 1 Galerie 2 Galerie 3

Haut de page
haut de page

Témoignage : Les tortues luth préfèrent-elles pondre en public?

Ce mardi 8 mai, le public, dont de nombreux touristes,  sur Grande Anse Deshaies  a  eu  une surprise de taille vers midi. Une tortue luth de 1,47m de longueur de carapace (300 à 400 kg) est venue pondre sur la plage. Phénomène rarement observé puisque les tortues préfèrent venir la nuit. Après l'appel de personnes témoins de la scène, la gendarmerie prévient le réseau des tortues marines de Guadeloupe par l’intermédiaire de son coordinateur. Ce qui a permis aux bénévoles du Gaïac, association du RTMG basée à Sainte Rose, en charge du suivi des pontes de tortues marines du Nord Basse Terre de venir sur place afin de baguer, mesurer la tortue et répondre aux nombreuses questions des personnes présentes. Durant le temps de la ponte, environ 2 heures LUTECE ainsi baptisée par ses admirateurs a été régulièrement arrosée par les enfants, ravis. Moment exceptionnel qui a pris fin avec le retour à l'eau de LUTECE.

Le 11 mai, deuxième surprise : une autre tortue luth monte sur la Plage de la Perle aux environs de 17 heures ! Plus petite : 1,37m elle étonne à nouveau un public ravi . Baptisée : PERLE par les personnes présentes elle a été également baguée et mesurée par les mêmes bénévoles du Gaïac

Le 15 mai : nouvelle intervention  vers 18 h des bénévoles du Gaïac sur une tortue luth à Anse des Isles . Cette fois çi la tortue n'a pas pu pondre.

Ces montées en pleine journée sont exceptionnelles et n'avaient pas été observées depuis 2008. La tortue luth Dermochelys coriacea est la plus grande espèce de tortue. Elle est entièrement protégée, elle même, ses œufs et ses sites de ponte. L'Association le Gaïac organise  des animations publiques, sur inscription, pour le suivi des pontes de tortues marines. La première animation a permis aux inscrits d'admirer une ponte de tortue luth. Pour tout contact : legaiac@orange.fr.

Merci à tous ceux qui permettent de faire circuler les informations.

Y.Parmentier/Le Gaïac/ RTMG

photo : Parmentier/Ass. Le Gaiac
La tortue Lutèce sur Grande Anse
Cliquez pour agrandir

Photo : Parmentier/Ass. Le Gaiac
Retour à la mer de Lutèce
Cliquez pour agrandir

Photo :  Parmentier/Ass. Le Gaiac
Luth à Anse des Isles
Cliquez pour agrandir

Photo :  Parmentier/Ass. Le Gaiac
Balayage de la tortue Perle
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

L'association Le Gaïac vous invite aux "Nuits des Tortues Marines"

Comme chaque année, l'association Le Gaïac, membre du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe, organise "Les Nuits des Tortues Marines" sur le secteur du Nord Basse-Terre. Il s'agit d'une animation tout public qui vise à découvrir les tortues marines et les actions menées par l'association en faveur de leur protection. Vous découvrirez comment se déroule une patrouille de nuit, partirez à la recherche des traces...et vous aurez peut-être la chance de rencontrer ce mystérieux animal sur la plage, nous sommes en pleine saison des pontes pour les tortues Luth !

Le premier rendez-vous est donné ce vendredi 18 mai à partir de 19 heures.

Si vous souhaitez participer, merci de nous contacter pour vous inscrire, les places sont limitées.
D'autres dates seront programmées, nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

Venez nous rejoindre pour connaître et protéger les tortues marines !

--
Cécile Lallemand
Association Le Gaïac
0690 32 22 52

photo : Ass.Kap'Natirel
Retour à la mer d'une tortue luth
Cliquez pour agrandir

Photo :L.Bouveret
Ponte de jour
Cliquez pour agrandir

Photo : L.Bouveret
Ponte
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Témoignage : Projet annuel sur les tortues marines pour les CE1 de Fonds Cacao à Capesterre-Belle-Eau

Dans le cadre de leur projet annuel sur les tortues marines, les CE1 de Mr Deroin de l'école Léonce Minatchy à Fonds Cacao sur la commune de Capesterre-Belle-Eau ont pu participer à différentes activités grâce à l'association Kap Natirel et à l'Ecole de la Mer :

  • Lors du carnaval de l'école en février, un costume « tortue » a été confectionné en classe. Un grand succès lors du défilé dans les rues de Fonds Cacao!
  • Puis les apprentissages en classe ont commencé et ont débouché par une intervention de Sophie Bédel et Olivia Giuliani de l'association Kap Natirel.
  • Fin mars, sortie à la plage de Sainte Claire à Goyave : lâcher d'une tortue verte soignée à l'aquarium, nettoyage de la plage et réalisation de tortues avec les matériaux locaux ( sable, palmes, coquillages, bois... ).
  • Le 1er mai, sortie à la plage de Malendure à Bouillante : nage avec les tortues vertes en palme-masque-tuba. Un moniteur spécialisé, Antoine Maetracci de AnBaDloLa, encadrait les élèves pour qui c'était une grande première!
  • Pour finir, écriture d'un conte antillais sur les différentes espèces de tortues : « Ma tortue de coeur ».

Bref, un projet très riche et inoubliable pour les élèves comme pour leur maître!!!

Article rédigé par J.Deroin

photo : J.Deroin
La Découverte des tortues marines
Cliquez pour agrandir

Photo :J.Deroin
Déguisement tortues
Cliquez pour agrandir

Photo : J.Deroin
Nettoyage de plage de ponte
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Une Karet dans une mare

Le 3 avril 2012, Madame France Lise Moeson aperçoit une grosse tortue immobile dans une mare qui s’assèche proche du littoral sur la commune de Grand-Bourg (Maréchal). Cette tortue s’avère être une tortue Karet et elle signale sa présence à plusieurs membres du Réseau Tortues Marines pour tenter de la sauver. Deux membres actifs du Réseau sur Marie-Galante, Moïse et Monique, se rendent sur les lieux pour faire le bilan : la tortue est vivante mais il faudra mobiliser du monde pour la sortir de cette mare. Les pompiers sont sollicités et se rendent sur les lieux pour prêter main forte à cette opération de sauvetage. L’épaisseur de boue ne rend pas facile l’extraction de la tortue, toutefois elle est sortie et transportée en hamac-civière jusqu’au bord de l’eau. Après un diagnostic, la tortue semble apte à reprendre le large, baguée et accompagnée par l’ensemble de l’équipe de sauvetage, la tortue imbriquée regagne la mer.

photo : M.Charriau/EcoLambda
La Karet dans la mare
Cliquez pour agrandir

Photo :M.Charriau/EcoLambda
Transport en hamac civière
Cliquez pour agrandir

Photo : M.Charriau/EcoLambda width=
Retour à la mer
Cliquez pour agrandir

Cette femelle Karet est probablement dans cette mare depuis plusieurs mois, elle se serait égarée après sa ponte et aurait confondu la mare qui en fin d’année 2011 était pleine d’eau, avec la mer. Le littoral ouest marie-galantais accueille plusieurs centaines de pontes par an de tortue Karet. Sur certaine portion du littoral, les tortues peuvent facilement être désorientées après la ponte car les zones agricoles, souvent inondées en saison des pluies, et les mares sont très visibles à cause de la faible épaisseur du cordon de végétation. Ces prairies humides et ces mares sont confondues avec la mer, ce sont des cas de désorientation naturelle favorisée par la dégradation du cordon de végétation.

Sur Marie-Galante, vous pouvez contacter Moïse (0690 37 17 57) ou Monique (0690 65 60 90) si vous observez une tortue en difficulté ou les pompiers (18) qui interviennent très régulièrement sur des opérations de sauvetage.

Merci à France Lise Moeson pour son appel, aux pompiers pour leur précieuse aide et efficacité et aux membres du Réseau Tortues de Marie-Galante.

 

Eric Delcroix/ONCFS/RTMG

Haut de page
haut de page

Remise à l'eau d'une tortue verte, Sainte Claire

La deuxième des tortues vertes trouvées en mer le 12 février dernier a pu rejoindre la mer ce matin, sous les yeux quelque peu inquiets des enfants venus de 3 écoles (Lézarde à Petit-Bourg, Bourg de Baillif et Fonds-Cacao, CBE), sur la plage de Ste-Claire à Goyave.
Il faut dire que cette jeune patiente du centre de soins a perdu une patte avant dans le filet dans lequel elle a été découverte piégée, et qu'il était difficile pour elle d'avancer sur le sable.
Une fois dans l'eau, elle a fait preuve d'une grande agilité, laissant un sourire d'espoir sur les lèvres des élèves, des agents communaux et des représentants du Maire également présents pour assister à cette remise en liberté.
Les enfants ont ensuite entrepris de nettoyer la plage, avant un atelier "tortues en sable" et le retour dans leurs écoles respectives en début d'après-midi. Pour la plupart, le thème des tortues marines restera à l'honneur en classe jusqu'à la fin de l'année scolaire, dans le cadre de projets pédagogiques menés avec Kap Natirel ou le Parc National.

Merci à la commune de Goyave pour son accueil, aux enfants pour leurs œuvres éphémères, ainsi qu'aux enseignants et animateurs pour leur participation.

Sophie Bedel/Kap'Natirel/RTMG

photo : S.Bedel/KapNatirel

Cliquez pour agrandir

Photo :S.Bedel/KapNatirel

Cliquez pour agrandir

Photo :S.Bedel/KapNatirel

Cliquez pour agrandir

photo : S.Bedel/KapNatirel

Cliquez pour agrandir

Photo :S.Bedel/KapNatirel

Cliquez pour agrandir

Photo : S.Bedel/KapNatirel

Cliquez pour agrandir

Photo : S.Bedel/KapNatirel

Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

La remise à l'eau d'une tortue verte

Les honneurs pour un retour à la mer le 12 mars 2012 sur la plage de la Datcha. Merci à la commune du Gosier et aux équipes enseignantes et notamment à celle du collège Bambuck. Quelques photos de ce merveilleux moment.

photo : S.Bedel/KapNatirel
Cliquez pour agrandir

Photo :S.Bedel/KapNatirel
Cliquez pour agrandir

Photo : S.Bedel/KapNatirel
Cliquez pour agrandir

photo : S.Bedel/KapNatirel
Cliquez pour agrandir

Photo : S.Bedel/KapNatirel
Cliquez pour agrandir

Photo : S.Bedel/KapNatirel
Cliquez pour agrandir

photo : S.Bedel/KapNatirel
Cliquez pour agrandir

Photo : S.Bedel/KapNatirel
Cliquez pour agrandir

Photo : L.Malglaive/AEVA
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Journée Eco-citoyenne organisée par Le Gaïac

L’association « Le Gaïac » vous invite à une journée éco-citoyenne pour la protection des tortues marines le dimanche 25 mars 2012 à partir de 8 heures sur la plage de Petit Cluny à Sainte-Rose.

L’association Le Gaïac est membre du réseau tortues marines de Guadeloupe et assure le suivi des pontes sur le secteur du Nord Basse-Terre. Elle organise cette manifestation en partenariat avec l’association La Boule Verte, qui porte un projet de chantier d’insertion orienté vers la protection de l’environnement et la valorisation des sites naturels.

Au programme de la journée :

-         Découverte d’un site de pontes de tortues marines

-         Exposé sur les tortues marines et leur cycle de vie

-         Nettoyage de plage pour préserver les sites de pontes

-         Animations et jeux pour enfants

Cliquez pour télécharger
L'affiche
Cliquez pour télécharger

Haut de page
haut de page

Remise à l'eau d'une tortue verte

Lundi 12 mars 2012 à 10:00 l'une des deux tortues vertes récupérées début février en difficulté dans le petit cul-de-sac marin par les agents du PNG est prête à regagner son milieu naturel. Elle partira de la plage de la DATCHA dans le bourg du Gosier en compagnie de nombreuses écoles.

Cliquez pour télécharger
L'affiche
Cliquez pour télécharger

Haut de page
haut de page

Sauvetage de 2 tortues vertes (témoignage)

Olivier OETTLY et Alan LE BOUT, agents au PNG, nous font partager leur sauvetage

« Tout commence dans le lagon de Fajou vers 12h15 alors que nous sommes en train de verbaliser un jet ski (interdit en cœur de parc).

Nous recevons un appel de Nadège GANDILHON qui nous signale la présence d'une baleine à bosse en danger dans le Petit Cul de Sac marin au large de Petit Bourg. Nous partons donc pour la zone (40 minutes de trajet) où nous cherchons avec l'Aquarium le cétacé en détresse ; apparemment elle serait prise dans un bout avec des bouées. Pendant cette recherche je vois un objet flottant non identifié d'environ un mètre de diamètre, mais nous décidons de nous concentrer sur la recherche du cétacé et laissons tomber l'ofni. Une demi-heure plus tard le bateau de l'aquarium trouve la baleine et après quelques minutes le bout avec les trois bouées est coupé. La baleine s'en va libérée de son fardeau flottant.

Nous retournons alors vers Pointe à Pitre et coup de chance malgré la mer formée j'aperçois à nouveau l'ofni, il s'agit d'un filet de pêche abandonné et enroulé sur lui même avec heureusement quelques petits flotteurs maintenant le tout en surface.

Détail qui compte puisqu'une tortue verte était piégée dans ce filet par sa nageoire avant droite, les flotteurs ont donc empêchés la noyade.

Malheureusement le filet a fait un garrot à la base de sa nageoire, le reste a nécrosé et était déjà tombé quand nous l'avons récupérée. Néanmoins très vivace nous décidons de l'amener au centre de soin basé à l'aquarium. En chemin nous croisons la gendarmerie qui a également trouvé une tortue verte qui elle était très affaiblie. Nous voilà donc avec deux spécimens dans le bateau qui nous déposons quelques minutes plus tard au centre de soin »

Propos d’Olivier recueillis par Eric DELCROIX

Les deux tortues vertes sont toujours au centre de soin, le soigneur et le vétérinaire sont optimistes quant aux chances de réhabilitation des animaux et à leur remise en milieu naturel.

photo : PNG
Tortue verte sauvée de la noyade
Cliquez pour agrandir

Photo : PNG
Tortue verte fraichement amputée
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Remise à la mer de deux jeunes tortues imbriquées après 3 mois de détention illégale

Mercredi 11 janvier 2012, deux jeunes tortues imbriquées ont été remises à la mer depuis la plage de Viard (Petit-Bourg). Cette remise à la mer a été faite par l’Aquarium qui héberge le centre de soin et l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage qui coordonne le programme.

Ces deux tortues ont été récupérées dans un radeau de sargasses au large de Petit-Bourg en septembre 2011 et détenues en captivité pendant 3 mois en bassine chez des particuliers. Le 14 décembre ces deux tortues ont été amenées à l’Aquarium pour une prise en charge.

Les tortues ont eu le temps de développer des carences, l’une d’elle présente des déformations importantes de la carapace et elles se sont surtout habituées aux humains pour manger. Les soigneurs du centre de soin ont pendant 1 mois travaillé pour déshabituer les tortues marines de l’homme et les amener à chercher leur nourriture seules. En forme et considérées comme « autonomes » les tortues âgées de 4 mois ont été remises dans leur milieu naturel afin de reprendre le cycle « normal de leur vie », même si elles auraient déjà du être à plusieurs centaines de kilomètres de la Guadeloupe.

La détention de tortue marine en captivité est un délit passible de 15 000€ d’amende et d’1 an de prison. De plus, le maintien en captivité de nouveau-nés tortue est néfaste d’un point de vue sanitaire (carence, développement de maladie,…) ce qui compromet leur survie en milieu naturel, voire risque de contaminer leurs congénères. Les tortues nouvellement nées partent pour 1 à 2 ans de voyage en pleine mer, avant de s’établir sur une zone côtière ; empêcher cette migration a des conséquences.

Une tortue lorsqu’elle est en difficulté ou blessée doit être prise en charge par le centre de soin (0590 90 92 38), celui-ci ou des personnes habilitées peuvent être prévenues via les pompiers ou les gendarmes. Il est impératif que les nouveau-nés en difficulté regagnent la mer le plus rapidement, même si elles sont la proie de nombreux prédateurs. En laissant faire la nature, nous donnons plus de chances aux populations de tortues marines de se maintenir et de se renforcer qu’en intervenant de manière trop importante.

Eric Delcroix, ONCFS/RTMG

photo : E.DELCROIX/ONCFS
Tortues imbriquées âgées de 4 mois
Cliquez pour agrandir

Photo :E.DELCROIX/ONCFS
Quelques pas sur la plage avant un nouveau départ en mer
Cliquez pour agrandir

Photo : E.DELCROIX/ONCFS
Remise à l'eau par le soigneur de l'Aquarium et du centre de soin
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Captures accidentelles de tortues marines dans les engins de pêche : où en est-on ?

Un problème de longue date

A l’occasion des 20 ans de la protection des tortues marines en Guadeloupe, un bilan des connaissances acquises et des actions en matière de limitation des menaces a été exposé le 12 novembre à la Médiathèque du Lamentin.

Si les populations en mer et en ponte semblent ne plus diminuer à l’échelle de l’archipel, cette bonne nouvelle est nuancée par la fragilité de ce résultat (la faible taille des populations notamment)et la nécessité de poursuivre les efforts d’étude et de protection, si l’on veut espérer maintenir ces espèces autour de l’archipel, notamment parce qu’ il existe toujours des menaces importantes face auxquelles des solutions restent à mettre en œuvre ou à trouver

Les captures accidentelles dans les filets de pêche représentent la plus importante d’entre elles. Chaque année, on estime à environ un millier le nombre de tortues qui meurent dans ces engins autour de l’archipel et des travaux pour trouver des techniques alternatives sont en cours depuis 2007.

Mais proposer des moyens de réduire l’impact de la pêche sur les populations de tortues marines sans pénaliser les marins-pêcheurs est une démarche complexe qui prend du temps.

En effet, les paramètres à prendre en compte sont nombreux (caractéristiques des engins, lieux de calée, spécificités locales, espèces ciblées, période de l’année…) et il est essentiel de collaborer avec les principaux intéressés (les pêcheurs !) pour proposer des modifications techniques ou réglementaires qui sont acceptables et efficaces sur le long terme.

Suite à l’enquête réalisée en 2003 par Eric Delcroix, l’actuel coordinateur du programme tortues marines (ONCFS), des pêches expérimentales visant la réduction du nombre de captures de tortues marines sans perte de rendement pour les pêcheurs, ont été mises en œuvre en Martinique et en Guadeloupe, dans le cadre de la thèse de Laurent Louis-Jean (OMMM/EPHE Perpignan).

Grâce à ce travail, l’association Kap Natirel qui a réalisé les pêches expérimentales pour la Guadeloupe, a noué des relations privilégiées avec des pêcheurs volontaires dès 2007. Elles ont conduit notamment à former deux pêcheurs à la manipulation (baguage, mesure et réanimation) des tortues marines, devenus « ambassadeurs » de la question auprès des autres marins-pêcheurs et des instances en charge des orientations relative à la pêche en Guadeloupe (Affaires maritimes, Comité régional des pêches…)

Forte de ces collaborations, l’association a souhaité poursuivre la réflexion en mettant en place un nouveau projet collaboratif ; les pêcheurs volontaires sont au cœur de l’étude, et remplissent un carnet comptabilisant les tortues capturées par coup de pêche en fonction des engins utilisés et de différents éléments (temps et site de calée). Ce projet pilote a débuté en octobre 2011 et concerne les communes du Sud Basse-Terre pour cette première année. Il est financé grâce au soutien de la Fondation de France, de la Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale, de la Fondation pour la Nature et l’Homme (Ex- Nicolas Hulot) et le Port Autonome de Guadeloupe.

photo : C.JEUFFROY
Folle en action de pêche
(Photo : Claire JEUFFROY)
Cliquez pour agrandir

Photo : C.JEUFFROY
Tortue imbriquée prise dans la folle
(Photo : Claire JEUFFROY)
Cliquez pour agrandir

Photo : C.JEUFFROY
Tortue imbriquée prise dans la folle
(Photo : Claire JEUFFROY)
Cliquez pour agrandir

Un exemple de « l’hécatombe » aux Saintes

Si le problème n’est pas nouveau donc, les récentes captures successives (plus de 20 en quelques semaines) et multiples (jusqu’à 6 individus dans un même filet) aux Saintes depuis octobre ont suscité un vif émoi chez les plongeurs notamment, et une réunion avec les pêcheurs saintois a été envisagée pour le mois de décembre.

Entre temps, constatant les dégâts qu’elle engendrait, Cédric du club de plongée Les Pisquettes, aidé d’un Gendarme de Terre-de-haut ont retiré une folle à lambi, calée sur le site de « La Vierge » le 21 novembre. Ce filet à larges mailles était à l’abandon (absence de bouées de marquage, filet coincé dans le récif) depuis longtemps au regard de l’état du cadavre de la tortue, permettant sur le plan légal, de le mettre « hors d’état de nuire ». Il faut rappeler que pour ces filets, la réglementation n’impose aucun temps maximal de calée ; ils peuvent donc rester plusieurs jours sans être remontés, et les tortues prises accidentellement n’ont presqu’ aucune chance de s’en sortir.

Dans ce contexte, Kap Natirel a donc été décidé de se rendre aux Saintes (23 et 24 novembre) pour rencontrer les pêcheurs, mais aussi les différents « observateurs du milieu marin », afin de mieux cerner les spécificités locales de la problématique, et préparer au mieux la réunion à venir.

Les échanges ont été riches (pêcheurs , professionnels du tourisme, gendarmes, …) et il semble qu’une majorité de saintois soient déterminés à agir et participer à la réduction de l’impact des folles (les autres types de filets sont, d’après les témoignages, peu problématiques par rapport aux tortues et par ailleurs très peu utilisés aux Saintes).

Entre autres pistes, a été proposé par les pêcheurs notamment:

  • D’interdire les folles à lambi en dessous de 30 m de fond (la bande côtière de 0 à 30 mètres étant privilégiées par les tortues vertes et imbriquées) et/ou sur certaines zones connues pour abriter un nombre important de tortues marines.
  • D’autoriser seulement la pêche en apnée pour le lambi, en contrepartie d’un réajustement et/ou d’une prolongation de la période de pêche
  • De réduire la hauteur des filets et le nombre de flotteurs, pour « coucher » davantage les filets et réduire la surface pêchante en hauteur.

Autant de propositions qui pourront être débattues lors de la réunion avec les deux associations de marins-pêcheurs des Saintes et Eric Delcroix le coordinateur du programme à laquelle l’office de tourisme et les maires des Saintes seront conviés.

Car le constat alarmant de ces dernières semaines s’accompagne a priori d’une bonne nouvelle : d’après les chiffres issus du protocole INAScuba rempli par les clubs de plongée saintois, c’était bien aux Saintes jusqu’à aujourd’hui que l’on rencontrait le plus de tortues en plongée. Et il est important que ceux qui valorisent cette destination touristique, participent à la réflexion engagée pour que la (légère) tendance à l’augmentation ne s’inverse pas (la semaine du 21 novembre, aucune tortue vivante vue sur les sites par Claire Jeuffroy, monitrice de plongée qui (re)connaît précisément les tortues de chaque site et considère que « depuis début octobre, on en voit seulement 1 sur 5 en moyenne. Moi , j’ai plutôt l’impression que la tendance est à la diminution » conclut-elle).

Ensemble, poursuivons nos efforts !

Merci à tous ceux qui contribuent, par leurs conseils et points de vue à faire avancer la réflexion autour de la réduction de l’impact des filets sur les tortues marines en Guadeloupe, avec une attention toute particulière aux pêcheurs qui nous font confiance.

Rédaction : Kap’Natirel


Cliquez pour agrandir

Photo : S.Poupin
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

-2011-

 

Les journées Tortues Marines à la médiathèque du Lamentin : quelques photos

Du 8 au 18 novembre ce sont plus de 1000 enfants sensibilisés et plus de 300 personnes qui ont visité l'exposition à la médiathèque du 9 au 12 novembre

photo : KapNatirel
Cliquez pour agrandir

Photo : KapNatirel
Cliquez pour agrandir

Photo : KapNatirel
Cliquez pour agrandir

photo : KapNatirel
Cliquez pour agrandir

Photo : KapNatirel
Cliquez pour agrandir

photo : S.Poupin
Cliquez pour agrandir

Photo : S.Poupin
Cliquez pour agrandir

Photo : Poupin
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Résultats du concours dessins et photos

Catégorie: 3 à 6 ans (dessin)

cliquez

Alexandre Desgrange, 5 ans,
1er

Sébastien Kiavue, 5 ans
2ème

Noam Denon, 5 ans
3ème
Oxana Etienne, 6 ans
3ème

Catégorie: 7 à 11 ans (dessin)


Jorgy Belenus, 7ans
1er

Remy Ricolin, 7ans
2ème

David Calimia
3ème

Catégorie: +12ans (dessin)


Manuel Armaos, 14Ans
1er

Gary, Ricgh, Jonathan, Yowel, IMA Karukera
2ème

Haut de page
haut de page

Catégorie: Photos


G. Torrent

P-Y. Pascal

L. Sagnimorte
G. Torrent L. Sagnimorte P. Garnero
Haut de page
haut de page

Le retour des tortues vertes en Nord Basse-Terre

Le 28 août 2010 à 23h30, une tortue verte mesurant un mètre dix de longueur et prénommée « Claire de Lune », arrive sur la plage de Cluny à Sainte-Rose. Sa présence ravie les bénévoles de l’association Le Gaïac en pleine action sur le terrain. « Cela faisait plusieurs années que nous n’avions pas recensé de pontes de tortues vertes sur cette plage » signale Fortuné Guiougou, Président de l’association. En effet, la plage de Cluny est réputée « majeure » pour les pontes de tortues luth mais à moindre mesure pour les autres espèces de tortues marines présentes sur le littoral de Guadeloupe (tortues vertes et tortues imbriquées). Le retour de cette espèce protégée est une satisfaction pour l’ensemble des membres du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe. « Nous constatons l’efficacité de nos actions mais aussi de meilleurs succès de pontes grâce aux aménagements réalisés » témoignent Yolande et Patrick Parmentier bénévoles actifs de l’association le Gaïac. En 2007 des enclos ont été installés par l’Office National des Forêts afin de permettre à la végétation de recoloniser le site. L’objectif était double, créer une barrière végétale entre la route et la plage mais aussi recréer un milieu favorable à l’accueil des tortues vertes et imbriquées car celles-ci privilégient des zones végétalisées pour leurs pontes. Ainsi entre 2010 et 2011, plus d’une dizaine de tortues vertes ont pondu avec succès sur Cluny. L’association Le Gaïac remercie tous ses bénévoles pour leur implication.

Cécile Lallemand
Association Le Gaïac

Photo : Parmentier/Le Gaiac
Tortue verte en ponte
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

La réserve naturelle de Saint-Martin s'investit pleinement dans le plan de restauration

Depuis 2008, avec l'arrivée de la chargée de missions scientifiques, et la validation du plan de gestion en 2009, la RNN de Saint-Martin s'est engagée aux côtés des autres membres du RTMG en faveur de la protection des tortues marines et de leurs habitats.

En 2009, un suivi des pontes de tortues marines était mis en place sur les sites classés en réserve ainsi que sur des plages ayant été identifiées, après diagnostic, comme site important de pontes. Ce suivi, basé sur un protocole de comptages traces, était réalisé sur une dizaine de sites par les agents de la réserve naturelle. L'année suivante, la rnn a oeuvré à la création d'un réseau de bénévoles pour lui venir en aide dans cette mission précise, afin de garantir la pérennité du suivi sur l'ensemble des sites couverts. En 2010 et 2011 ce sont ainsi une quinzaine de bénévoles qui ont été formés et accompagnés dans la mise en oeuvre du protocole. ce suivi a permis de montrer que l'activité de ponte sur Saint-Martin était relativement importante (112 traces en 2009, 121 en 2010) notamment sur les sites de Tintamarre et des Terres Basses.

En parallèle, la RNN a formé les clubs de plongée de la partie française au protocole INASCUBA de suivi des tortues en alimentation. Sur les 8 clubs formés par la RNN, deux s'impliquent activement dans ce suivi et permettent d'affiner les connaissances sur la fréquentation des sites de plongée par les tortues marines.

La RNN travaille conjointement avec Nature, le gestionnaire du Marine Park côté hollandais : les deux AMP ont soumis un projet commun à Earthwatch project pour standardiser les protocoles et optimiser les suivis fundation

En mars 2011, la RNN a présenté à la Collectivité et à la Préfecture, avec l'aide d'Eric Delcroix de l'ONCFS, son diagnostic des sites de ponte qui avait débuté mi-2008.

Pendant un an, la chargée de missions scientifiques a arpenté l'ensemble des plages de la partie française afin de leur attribuer une note habitat selon différents critères (couverture végétale, présence de lumière, de constructions, tassement du sable). Des préconisations d'aménagement ont également été rédigées pour accompagner ce diagnostic de l'état des plages de Saint-Martin en tant qu'habitat des tortues marines. Ce travail a permis à la RNN d'être intégrée au COPIL de la rédaction du nouveau PLU de la Collectivité. par ailleurs les agents de cette dernière ont été informés de l'existence de sessions de formation à l'aménagement des sites de ponte.

Des panneaux d'information sont en cours de réalisation pour être posés sur certains sites considérés comme majeurs.

La RNN a continué son rôle de sensibilisation cette année auprès du grand public lors de l'arrivée massive de sargasses pour prévenir le nettoyage des plages déraisonné. Suite à l'intervention d'un particulier sur un site, la RNN a communiqué dans les quotidiens de l'île sur la nécessité de faire appel à son expertise technique dans ces cas précis, et rappelé que la loi punit les destructions des habitats de tortues marines.

Enfin, comme chaque année depuis 2009, la RNN poursuit son action d'éducation à l'environnement auprès des scolaires, notamment à l'aide des mallettes pédagogiques distribuées par le réseau. En plus des 50h en moyenne d'intervention en classe et/ou sur sites prévues chaque année, la rnn a distribué les mallettes à une dizaine d'établissements scolaires.

A l'occasion des 20 ans de protection des tortues marines, la réserve prévoit, outre ses actions annuelles, la diffusion de films pédagogiques à destination du grand public et des scolaires.

 

Article rédigé par Pauline Malterre / Réserve Naturelle de Saint-Martin

photo : E.Delcroix/ONCFS
Locaux de la réserve
Cliquez pour agrandir

Photo :E.Delcroix/ONCFS
L'équipe sur Tintamarre avec des journalistes
Cliquez pour agrandir

Photo : E.Delcroix/ONCFS
Dégradation du site de ponte Baie aux Prunes par la construction d'une maison
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Le programme officiel des journées Tortues Marines

Du 9 au 12 novembre 2011 nous avons le plaisir de vous convier aux journées Tortues Marines organisées à la médiathèque du Lamentin dans le cadre de l'anniversaire des 20 ans de la protection des tortues marines dans la région Guadeloupe. Le 12 novembre 2011 est le temps fort de ces journées avec notamment l'après-midi dédié au bilan de 20 ans d'actions. Nous vous invitons à découvrir le programme et surtout à nous rejoindre pour fêter cet évènement comme il se doit.

Cliquez pour télécharger
Le programme officiel
Cliquez pour télécharger

Haut de page
haut de page

Concours photos

Le 2 octobre 1991, les tortues marines sont devenues espèces protégées sur le territoire de la Guadeloupe.
Pour fêter cet anniversaire et dans le cadre du programme d'actions dédié a cet évènement , est ouvert du 2 au 22 octobre 2011, un concours de dessins ou collages (pour les 3 à 16 ans) et de photos (à partir de 16ans), sur le thème des tortues marines en Guadeloupe dont le règlement figure en P.J.

Les sujets sont libres (protection, espèces, menaces, biologie, sous l’eau ou sur terre). Les participants doivent envoyer leurs contributions à : concours20ans@tortuesmarinesguadeloupe.org . N'hésitez pas à diffuser l'information à votre entourage.

Règlement du concours téléchargeable ci-dessous

Cliquez pour télécharger
Réglement concours
Cliquez pour télécharger

Haut de page
haut de page

Attaque mortelle de chien : la 2ème tortue imbriquée meurt sur Trois-Rivières

Le mercredi 25 août, la plage de Grande-Anse Trois-Rivières, où se situe le local de l'association Kap Natirel a de nouveau été le théâtre d'une macabre découverte.
Une femelle imbriquée, non baguée et mesurant 79 cm de CCL, a été tuée par un ou plusieurs chiens alors qu'elle essayait de pondre, comme cela avait été déjà été le cas fin juillet.
La population de tortues marines en nidification sur le site, déjà faible, risque d'être fortement atteinte, si ces attaques de chiens continuaient.
Les riverains sont invités à attacher leurs animaux, a minima la nuit en saison des pontes, soit de mars à novembre pour éviter la perte de nouveaux individus, protégés rappelons-le, depuis 20 ans en Guadeloupe.

(3 femelles tortues imbriquées mortes en 2 ans sur la plage de Grande Anse Trois-Rivières suite à des attaques de chiens errants ou divaguants : Données RTMG)

 

Article rédigé par Sophie Bédel Ass.Kap'Natirel

photo : S.Bedel/KapNat
Tortue imbriquée morte sous les crocs des chiens
Cliquez pour agrandir

Photo :S.bedel/KapNat
Campagne du Conseil Régional Guadeloupe
Cliquez pour agrandir

Photo : L.Pertuisel/KapNat
Evacuation de la tortue
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Pentecôte à Petite-Terre : Découverte des tortues marines

Les associations Ti tè et Kap'Natirel en partenariat avec l'ONF vous invite à découvrir leur programme d'activités proposé lors du week-end de la Pentecôte. Les tortues marines seront à l'honneur dans le cadre des 20 ans de leur protection.

Cliquez pour télécharger
Affiche
Cliquez pour télécharger

Cliquez pour télécharger
Programme
Cliquez pour télécharger
Haut de page
haut de page

La nature en fête : une tortue luth monte en pleine journée sur la plage de Grande Anse, Trois-Rivières

Mercredi 18 mai 2011, journée d’ouverture de la Fête de la Nature, une tortue luth a décidé de venir pondre en pleine journée sur la plage de Grande Anse, à Trois-Rivières. L’équipe de Kap Natirel, dont le local se situe sur cette plage, a été prévenue de ce spectacle rare par téléphone dès la montée de la tortue, vers 13h30. Après avoir creusé un premier cylindre, la tortue s’est déplacée à plusieurs reprises sur la plage avant de repartir à l’eau sans avoir pondu. Bien que l’ensemble des personnes présentes soient restées très respectueuses face à cette espèce protégée, leur nombre important a pu déranger la tortue. Juste avant qu’elle ne rentre dans l’eau, un membre de l’association s’est approché de la tortue afin de lire les bagues qui luisaient au soleil (FWI3624, FWI3558). Le baguage est un outil efficace pour obtenir des informations sur les déplacements saisonniers des tortues marines. La tortue, prénommée Gaby, a été baguée le 19 mars dernier en Martinique par nos collègues de l’association Kawan basée au Lorrain. Elle est un bel exemple de « l’infidélité » des tortues luth à un site de ponte dans une même saison.

Ce déplacement entre deux îles éloignées de quelques centaines de kilomètres nous démontre tout l’intérêt du plan de restauration des tortue marines commun aux Antilles françaises.

 

Article rédigé par Lise Pertuisel Ass.Kap'Natirel

photo : S.Bedel/KapNat
Tortue luth
Cliquez pour agrandir

Photo :S.bedel/KapNat
Tortue luth
Cliquez pour agrandir

Photo : L.Pertuisel/KapNat
Lecture des bagues
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

20 ans de protection des tortues marines en Guadeloupe : ça se fête !

La conférence de presse du 19 mai 2011 organisée à l'Aquarium de la Guadeloupe en présence de Monsieur Benito-Espinal, parrain de l'opération, lance officiellement le 20ème anniversaire de la protection des tortues marines en Guadeloupe. L'ensemble des membres du Réseau Tortues Marines Guadeloupe soutenu par leurs partenaires financiers vous propose un programme d'activités riche tout au long de l'année. Découvrez le dès à présent.

Cliquez pour télécharger
Dossier de presse
Cliquez pour télécharger

Cliquez pour télécharger
Programme
Cliquez pour télécharger

Haut de page
haut de page

Une tortue verte assassinée

Dimanche 10 avril 2011, une tortue verte a été volontairement harponnée par la flèche d’un fusil de chasse sous-marine. La tortue a été retrouvée vivante, mais gravement blessée au fond de l’eau sur un site de plongée sur Deshaies. Le Club de Plongée « Nautica Plongée », membre du Réseau Tortues Marines Guadeloupe, basée à Petite-Anse a découvert la tortue vers 12:00. L’alerte a aussitôt été donnée et le soigneur, Alain Calais, du centre de soin géré par Karet et hébergé à l’Aquarium de Guadeloupe a pu se rendre sur place pour rapatrier la tortue. La flèche a percé la carapace, perforé un poumon et altéré plusieurs autres organes, elle décèdera dans la nuit de dimanche à lundi.

Protégée depuis 20 ans, le Réseau Tortues Marines œuvre pour que ces espèces ne disparaissent pas. En 2011, année des 20ans de la protection, un accent particulier est mis en communication pour rappeler la réglementation de 1991 et de 2005. Cet acte porte à mal les résultats positifs obtenus ces dernières années et nous amène à trouver des solutions pour renforcer la surveillance des sites sensibles au braconnage.

Ce délit est passible de 15 000€ d’amende et d’1 an de prison ferme. Les forces de police se mobilisent pour retrouver le coupable.

La tortue pesait 11 kg et mesurait 47cm de carapace, son age est estimé entre 5 et 10 ans. Alors qu'elle avait réussi à survivre à ces prédateurs naturels importants les premières années, elle aurait pu se reproduire dans une quinzaine d’années pour assurer la survie de l’espèce.

Un acte de braconnage datant de 2009 passera en jugement le 12 avril 2011. Un chasseur avait été pris en flagrant délit par les douanes alors qu'il avait fléché une tortue verte sur Deshaies.

Les actes de braconnage peuvent être signalés à la Gendarmerie (17) ou au SMPE (0590 99 23 52)

Article rédigé par Eric DELCROIX

photo : E.Delcroix/ONCFS
Tortue verte fléchée morte
Cliquez pour agrandir

Conception : Kap Natirel
Affiche
Cliquez pour agrandir

Photo : E.Delcroix/ONCFS
Carapace perforée
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Les marie-galantais s’investissent pour protéger les tortues marines : Des idées innovantes, des perspectives intéressantes.

Le célèbre site de pontes de Trois-Ilets bénéficie d’une attention toute particulière de l’ONF, du GEQ multiservices de Marie-Galante et du Conservatoire du littoral (CdL) en amont de la saison pour protéger les tortues qui viendront y pondre. En 2010, plusieurs tortues se sont retrouvées sur la route jouxtant la plage, certaines se sont égarées et ont pu être remises à l’eau, mais certaines se sont fait écraser. Ce phénomène de désorientation s’est accru par un cordon de végétation altéré par des conditions difficiles (grandes marées, sécheresse, fréquentation,…), la présence d’une route en bitume très proche (en période de grosse lune et surtout lors des pluies la surface de la route devient très lumineuse et est confondue avec la mer) et l’augmentation du nombre de tortues (plus il y a de tortues, plus le risque augmente).

Pour faire face à cette nouvelle menace, l’ONF gestionnaire du site a développé, en partenariat avec le CdL et l’ONCFS, une technique innovante qui permettra de bloquer physiquement les tortues en arrière plage, de les réorienter vers la mer, de limiter la visibilité de la route et de renforcer le cordon de végétation. Cette technique s’appelle les fascines, largement utilisées pour la restauration des berges de rivières, mais se nomme également les gaulettes sur Marie-Galante qui étaient largement utilisées dans l’habitat traditionnel. Jean-Louis Mailland s’est inspiré des gaulettes pour développer une solution pour faire face à la désorientation des tortues.

Actuellement plusieurs jeunes marie-galantais du GEIQ multiservices encadrés par l’ONF sont en train d’installer l’équivalant de 800m linéaire de fascines construites en partie avec du Saint-Domingue tressé entre des pieux de gommier rouge (qui prendront racine). Ces travaux devraient être finis pour début mai et sauveront la vie de plusieurs femelles venues pondre.

Cette technique innovante pourra, si elle fait ses preuves (ce qui devrait être le cas), être utilisée sur différents sites comme barrière, enclos de régénération et technique de re-végétalisation. Cette technique contribuera à la lutte contre des espèces végétales invasives, comme l’acacia de Saint-Domingue, grâce à sa valorisation. Le savoir-faire développé par les jeunes marie-galantais pourrait s’exporter sur l’ensemble de la région …les tortues marines contribueraient-t-elles au développement de nouvelles activités économiques ?

Merci à l’ONF, membre du RTMG.

Article rédigé par Eric DELCROIX

photo : E.Delcroix/ONCFS
Imbriquée sur la route
Cliquez pour agrandir

photo : S.Guyot/CdL
Construction des fascines par le GIEQ
Cliquez pour agrandir

Photo : ONF
Fascines finies
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Supports de sensibilisation et de communication

Le nouveau T-Shirt pour les membres du Réseau est arrivé, il permet d’être identifié sur le terrain lors des suivis sur les plages ou lors d’opérations de sensibilisation. Portons-le pour faire parler de nous et susciter de nouvelles vocations. Un autocollant associé.

Un poster de sensibilisation rappelle la réglementation portant sur les tortues marines et leurs habitats. Ce poster est diffusé massivement par l’association Kap’Natirel et les autres membres du Réseau. Face à une recrudescence du braconnage, une piqûre de rappel n’est pas du luxe.

Un autocollant de sensibilisation destiné aux usagers des plages afin que les véhicules roulant sur le sable et dans les forêts d’arrière plage, lieux de ponte des tortues marines, ne soient plus que de mauvais souvenirs. De nombreux efforts ont été faits, poursuivons-les.

Supports financés par le l’Union Européenne (FEDER), la DIREN, le Conseil Régional et l’ONCFS

Conception : Kap Natirel
Le Tee-Shirt
Cliquez pour agrandir

Conception : Kap Natirel
Affiche
Cliquez pour agrandir

Conception : Kap Natirel
Autocollant
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

Retours de bagues tortue luth

Les premières tortues luth ont été baguées en 2003 sur l'archipel guadeloupéen. Un peu plus de 40 femelles ont été baguées ou observées avec des bagues provennant d'autres pays. 10 données d'échanges de site de ponte, soit au cours d'une même saison, soit au cours de différentes saisons ont pu être enregistrées sur notre territoire. Une synthèse est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous. Cette synthèse alimentera, un rapport régional sur la ditribution des tortues luth dans le Nord-Est de la Caraïbe.

Document téléchargeable

Cliquez pour télécharger le document (125 Ko)

 

-2010-

Financeurs

Les mises à jour de l’actualité du Réseau Tortues Marines Guadeloupe sont financées par 

 


Une tortue « mare-in »

Mercredi 1 er octobre dans l’après-midi, un agriculteur marie-galantais a eu le bon réflexe d’avertir Moïse Chasselas, de l’association Ecolambda, qu’une tortue marine se trouvait dans une mare en arrière plage au niveau de l’Anse Balai à Marie-Galante. A son tour, Moïse a appelé en renfort l’équipe Kap Natirel, présente sur place pour la dernière session de suivis au pic de ponte.

Ensemble, ils se sont rendus sur place pour aider la femelle désorientée à retrouver la mer. Il s’agissait d’une tortue imbriquée adulte de 86 cm, qui a été baguée à gauche (FWI 5418).

Ces cas de désorientations de femelle ne sont pas rares. Cet été, près d’une dizaine de tortues imbriquées se sont retrouvées égarées dans les champs, dans des fossés ou sur la route. En effet, en absence d’un cordon de végétation suffisamment dense en arrière-plage, les femelles peuvent confondre, avec le reflet de la lune par exemple, la route ou les mares avec la surface de la mer, qu’elle cherche à rejoindre après la ponte. Les lumières artificielles sont également source de désorientation, pour les adultes comme les nouveau-nés au moment de l’émergence (sortie du nid).

En tous cas, cette intervention coordonnée est une preuve supplémentaire que le Réseau Tortues Marines Guadeloupe fonctionne. Merci à l’agriculteur marie-galantais pour son appel, à Moïse pour son engagement et à tous les particuliers qui contribuent, année après année, à nous aider à mieux connaître et conserver les tortues marines de l’archipel.

Note : toutes les tortues observées dans des mares ne sont pas des tortues marines, et ne nécessitent pas d’intervention du Réseau. Il existe en effet en Guadeloupe plusieurs espèces de tortues palustres (d’eau douce) dont les mares et ravines sont l’habitat naturel.

 

 

Article rédigé par Kap'Natirel

photo : Kap Natirel
Imbriquée dans la mare

Cliquez pour agrandir

photo : Kap Natirel
Transport

Cliquez pour agrandir

photo : Kap Natirel
Retour à la mer

Cliquez pour agrandir

La Gazette des Karets en ligne : Bulletin de liaison du Réseau Tortues Marines Martinique

Découvrez toute l’actualité martiniquaise en téléchargeant la Gazette des Karets, ce numéro relate notamment l’arrestation d’un braconnier.

 

Document téléchargeable
Cliquez pour télécharger le document (500 Ko)

Une nouvelle tortue verte au centre de soin

Le 27 août en début de soirée, des riverains de la plage de Cayenne (Capesterre Belle Eau) signalent aux pompiers la découverte d’une tortue en difficulté sur la plage. Aussitôt prévenu, le coordinateur fait un premier bilan par téléphone. Au regard de l’état de la tortue et de l’heure tardive, il est demandé de maintenir la tortue dans une bassine avec un fond d’eau de mer en maintenant la tête hors de l’eau (à l’aide d’une cale). Une équipe est dépêchée sur les lieux le lendemain matin afin de faire un bilan plus précis. Il s’agit d’une jeune tortue verte montrant un état d’épuisement avancé, il est décidé de l’apporter rapidement au vétérinaire. Ce dernier diagnostique une infection bactérienne avancée, liée à l’épuisement de la tortue, ainsi que de sérieux signes d’affaiblissement. Les premiers traitements effectués, la tortue est amenée au centre de soin. Quelques jours après, elle a pu être alimentée à l’aide d’une sonde.

Grâce aux bons reflex des riverains, la tortue a pu être prise en charge. Merci à toute l’équipe de sauveteurs qui ont bichonné la tortue pendant une nuit, ils espèrent la revoir partir en mer prochainement. Elle a été baptisée pour l’occasion Sugar.

Photo : E.Delcroix/ONCFS

Tortue verte dans une bassine d'eau de mer
Cliquez pour agrandir

Photo : E.Delcroix/ONCFS

L'équipe de jeunes sauveteurs
Cliquez pour agrandir

Tortue verte fibropapillomatosée

Le 13 août en fin d’après-midi, Guy des VTT des mers signale une tortue marine vivante en grande difficulté au niveau de l’embouchure de Gaschet et en informe le Réseau. Au regard de l’urgence, Guy reçoit l’accord de l’ONCFS pour la ramener à quai afin qu’elle puisse être diagnostiquée. Aussitôt une bénévole du Réseau habilitée au transport, Frantz, est sollicitée pour récupérer la tortue à Vieux-Bourg et l’amener jusqu’à la clinique vétérinaire du Dr Frédéric Leveque. A 19h, la tortue arrive en Clinique et elle est prise en charge. Le diagnostic est malheureusement rapide, la tortue verte est atteinte à un niveau irrécupérable de fibropapillomatose. La tortue n’a pas pu s’alimenter pendant plusieurs semaines, le plastron est perforé par un os à cause de son extrême maigreur. Le vétérinaire et le coordinateur s’accordent pour euthanasier la tortue afin d’abréger ses souffrances. Des prélèvements de tumeurs ont été faits, la tortue a ensuite été congelée afin qu’elle puisse être autopsiée prochainement.

Les observations de tortues vertes avec de la fibropapillomatose augmentent autour de notre archipel et plusieurs tortues en sont mortes. Prochainement un bilan sera rédigé pour faire le bilan de la répartition de ce virus. Des prélèvements de tumeurs seront réalisés afin d’être analysés.

Photo : E.Delcroix/ONCFS

Tortue verte atteinte de la fibropapillomatose
Cliquez pour agrandir

Photo : E.Delcroix/ONCFS

Injection pour l'euthanasie
Cliquez pour agrandir

Le Réseau Tortues Marines Guadeloupe endeuillé

Nous avons appris ce Week-end la disparition brutale de Sophie Guilloux-Glorieux, une des membres les plus actives du Réseau Tortues Marines, âgée d’une quarantaine d’années et mère de 2 jeunes enfants. Investie dès la première heure pour la conservation des tortues marines, elle a donné énormément d’énergie sur l’île de Marie-Galante au service des gens et de l’environnement.

Nous avons une pensée émue pour ses deux enfants et son mari auxquels nous envoyons nos plus sincères condoléances.

Sophie, tu resteras à jamais dans nos cœurs.

Le 17 juillet 2010

Sophie baguant une tortue imbriquée sur 3 îlets.
Cliquez pour agrandir

Sophie sensibilisant la population marie-galantaise
Cliquez pour agrandir

Protocole de suivi des pontes : nouvelle version téléchargeable

La nouvelle version du protocole de suivi de la dynamique des populations de tortues marines en ponte sur l'archipel guadeloupéen et Saint-Martin est téléchargeable sur le lien ci-dessous.
Ce document est le fruit d'une longue réflexion entre les acteurs du suivi des pontes, le coordinateur du programme et le Professeur Marc Girondot. Il explique les objectifs du suivi, les méthodes, ainsi que le protocole (Sites, période et fréquence de comptage). Une version papier peut être demandée à eric.delcroix@tortuesmarinesguadeloupe.org.

 

Protocole telechargeable
Cliquez pour télécharger le document (4Mo)


Nuit des tortues marines à Ste-Rose le 15 mai

La première NUIT DES TORTUES MARINES de la saison 2010, aura lieu
le samedi 15 mai à 20 heures sur la plage de Petit-Clugny à Sainte-Rose.

Au programme de la soirée :

- exposé sur les différentes espèces de tortues marines

- présentation des actions de protection menées par l'association Le Gaïac
et les membres du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe

- patrouille nocturne sur les plages du Nord Basse-Terre à la recherche des traces de tortues


Venez nombreux découvrir et protéger les tortues marines !

Renseignement au 0690 32 22 52 ou par mail à legaiac@orange.fr

L'affiche de l'évènement
Télécharger l'affiche au format pdf (211 Ko)

Une tortue imbriquée retrouvée en difficulté à Anse-Maurice

Le 9 mai, une jeune tortue imbriquée (longueur carapace = 19,5cm, âge estimé 2 à 3 ans) est retrouvée amorphe à l’Anse Maurice par Sophie et ses amis venus profiter de la plage. La tortue réagit peu et après une tentative de remise à l’eau, elle constate que la tortue tourne en rond et n’arrive pas à sonder. Elle appelle la DIREN, puis les pompiers vers 11h00 qui aussitôt préviennent Eric DELCROIX, qui après avoir pris des nouvelles par téléphone, se dépêche sur place avec une caisse de transport pour un rapatriement vers le centre de soin.

En attendant le transfert, la tortue a été maintenue à l’ombre dans une petite caisse avec un fond d’eau de mer.

La tortue a été transportée en début d’après-midi, dans une caisse avec des linges humides, vers le centre de soin où elle sera prise en charge jusqu’à son rétablissement.

Il est possible que l’état de la tortue soit lié à un stress, peut-être du à une capture accidentelle dans un engin de pêche.

Encore une fois, le Réseau a bien fonctionné, un grand merci aux pompiers qui relayent très régulièrement l’information tortue marine.

Merci Sophie et ses amis pour leurs bons réflexes!

Si vous observez une tortue en difficulté appelez les pompiers ou l’Aquarium (0590 90 92 38) ou le coordinateur du programme (Eric DELCROIX 0690 542 811). Des consignes vous seront données avant l’intervention de personnes habilitées.

 

Article rédigé par Eric DELCROIX - ONCFS

photo : E.Delcroix/ONCFS
Dernier au revoir avant le départ vers le centre de soin

Cliquez pour agrandir

photo : E.Delcroix/ONCFS
Tortue imbriquée amorphe

Cliquez pour agrandir

photo : E.Delcroix/ONCFS
Tortue au centre de soin

Cliquez pour agrandir


Formation des gardes de Petite-Terre au suivi des pontes : Les tortues vertes sont de la partie

Le 26 et 27 avril, Eric DELCROIX a profité du début de la saison des pontes et de l’arrivée de nouveaux gardes pour faire une formation sur Petite-Terre. Ces îlets sont un lieu de ponte très accueillant pour les tortues imbriquées et les tortues vertes. Le suivi a débuté dès 2001 par comptage traces et a permis de dénombrer entre 150 et 200 pontes par an.

Le suivi sur ce site est important, les plages font parties de celles sélectionnées dans le cadre du protocole de suivi de la dynamique des populations. Sur Terre-de-Bas, 6 à 7 comptages par mois sont prévus entre février et novembre et sur Terre-de-Haut 3 comptages sur cette même période. Des suivis de nuit sont organisés entre juin et septembre avec le renfort de l’association Kap’Natirel.

Au cours des 2 jours, seules des anciennes traces de tortues imbriquées et de tortues vertes ont été repérées sur les 2 îlets. Elles ont servi de support pour apprendre à interpréter les traces (Espèces, succès de ponte, datation,…). Aucune observation lors de la surveillance nocturne sur Terre-de-Haut.

Toutefois, 2 émergences de tortues vertes ont été observées (dates de ponte estimées : 1-5 mars) et il a été possible de faire le taux de réussite sur le nid à voûte à cabrit (94,5% = super succès à l’éclosion). L’autre taux de réussite sera fait par les gardes un peu plus tard.

Ces anciennes traces et ces émergences témoignent que l’activité tortue marine est riche en ce début d’année sur Petite-Terre, notamment pour les vertes. Ces pontes de tortue verte entre février et avril restent un mystère : s’agit-il de pontes « accidentelles » ou bien d’une véritable « petite-saison » avant le « gros de la saison » entre mi-juillet et mi-octobre.

Pour les équipes de terrain actives dès mars, vos données sont importantes et notamment celles concernant les vertes (même si généralement c’est la période où nous cherchons des luths). L’accumulation de données en début de saison nous permettrons certainement de mieux comprendre la saison des pontes chez la tortue verte. La génétique pourrait également apporter des informations.

our ceux et celles habilité(e)s, n’hésitez pas à prélever des échantillons de tissus sur les tortues vertes en ponte tout au long de l’année ou éventuellement sur les embryons morts.

 

Article rédigé par Eric DELCROIX - ONCFS

photo : E.Delcroix/ONCFS
Equipe de Petite-Terre à la recherche de traces

Cliquez pour agrandir

photo : E.Delcroix/ONCFS
Nid de tortue verte

Cliquez pour agrandir

photo : E.Delcroix/ONCFS
Emergence de tortue verte

Cliquez pour agrandir


Formation au suivi des pontes de tortues marines : inscrivez-vous !

Entre le 18 juin et le 3 juillet 2010, 25 personnes pourront être formées au suivi des pontes de tortues marines.

Formation initiale ou formation de recyclage, elle est ouverte à tous ceux et celles qui souhaitent rejoindre les membres actifs du Réseau ou approfondir leur savoir-faire.

Formation sur Marie-Galante, dans un cadre idyllique, financée dans le cadre du PO convergence 2007-2013 avec le soutien de l’Europe, de la Région Guadeloupe, de la DIREN et de l’ONCFS.

Apprentissage du marquage par bague.
Cliquez pour agrandir

Mesure courbe de la carapace (CCL)
Cliquez pour agrandir

Plus d’informations dans le courrier téléchargeable ici ou auprès d’Eric DELCROIX eric.delcroix@developpement-durable.gouv.fr

Une tortue imbriquée dans un bassin à Vieux-Bourg : une étrange histoire

 

Ce n’est pas la première fois qu’une tortue se retrouve dans le bassin de Vieux-Bourg, sauf que cette fois ci, ce ne sont pas les personnes qui l’y ont mise qui ont alerté les membres du Réseau comme lors de la capture accidentelle du 20 octobre 2008 (lire l'artice ici).

Après près de 48h passées dans le bassin, une riveraine soucieuse de l’avenir de la tortue prévient le coordinateur du programme pour signaler sa présence et l’éventuel risque de braconnage. En effet, des rumeurs courent sur le fait que des tortues capturées en mer sont parfois conservées dans ce bassin avant d’être découpées (rumeur non confirmée). Les agents de l’ONCFS se sont immédiatement déplacés sur zone le 7 octobre 2009 afin de remettre la tortue à la mer ou au centre de soins si son état de santé l’avait nécessiter. La tortue a pu être sortie du bassin grâce à une senne improvisée avec le soutien de riverains, la tortue imbriquée en bonne santé a été mesurée et baguée avant sa remise à l’eau à l’aide d’un bateau mis à disposition par un pêcheur (CCL : 66cm ; bagues FWI 4537/FWI 4550).

Il reste toutefois à élucider le mystère de l’arrivée de la tortue dans ce bassin : tentative de braconnage ou souhait d’aider la tortue ?

Si une tortue est en difficulté et qu’elle nécessite des soins, il est important d’avertir en amont les forces de police comme l’ONCFS ou la gendarmerie, avant son transport. En effet, sans l’aval des forces de police cet acte pourrait être considéré comme du braconnage. Il serait dommage qu’une personne souhaitant aider une tortue soit prise pour un braconnier.

 

Article rédigé par Eric DELCROIX - ONCFS

 

photo:ONCFS 2009
Tortue imbriquée

Cliquez pour agrandir

 

photo:ONCFS 2009
Le bassin de Vieux-Bourg
Cliquez pour agrandir

 

Les tortues marines au coeur d'un projet au développement durable (EDD), Circonscription de Basse-Terre

Dans le cadre d’un projet intitulé « Jardin de terre, Jardin de mer », KAP Natirel intervient aux côtés des enseignants du 1er degré pour sensibiliser leurs élèves aux problématiques liées à l’environnement marin.

C’est dans ce cadre que le mercredi 14 octobre 2009, de 8h30 à 12h, s’est tenue une conférence à l’auditorium de Basse-Terre auprès de quelques 200 enseignants.

Cet évènement était présidé par Christophe DASSEUX, inspecteur de l’Education Nationale pour la circonscription de Basse-Terre.

Deux intervenants se sont succédés: Henri JOSEPH, docteur en pharmacognosie (volet "jardin de terre"), et Sophie LANDRY pour KAP Natirel (volet "jardin de mer").

Le docteur Joseph a mis en avant la richesse de la pharmacopée traditionnelle guadeloupéenne, et a abordé en particulier les bienfaits des plantes alimentaires, pleines de vertus et pourtant de moins en moins en vogue dans les cuisines.

Sans transition aucune (il est rappelé que la viande ou les oeufs de tortues marines n'ont aucune vertu médicinale ou aphrodisiaque et leur consommation est par ailleurs strictement interdite), Mlle Landry a développé les différentes problématiques de conservation du milieu marin, en se basant sur la fragilité d’un animal emblématique des eaux de l’archipel : la tortue marine.

La présentation a été introduite par un film d’une quinzaine de minutes sur les actions du Réseau Tortues Marines Guadeloupe et les menaces pesant sur ces animaux. Un diaporama présentant les interactions entre récifs, herbiers, et mangroves, a ensuite été présenté, pour permettre aux enseignants de considérer les trois principaux écosystèmes marins de la Guadeloupe comme autant de parcelles à entretenir et surveiller, avec leurs élèves pour jardiniers!

 

Merci à Nadine CHRISTON, chargée de mission EDD à l’académie, Nadine VIEL-FISCHER et Alice MARIE, personnes-ressources pour l’EDD sur la circonscription de Basse-Terre, pour cette belle initiative.

Un grand merci également à la SARA, pour son soutien à la diffusion du film .

 

-2009-

Anse-Bertrand: La Chapelle moins éclairée en saison des pontes

 L'anse La Chapelle, située sur la commune d'Anse Bertrand est un site de ponte de tortues marines. Tortues imbriquées et tortues vertes y viennent régulièrement déposer leurs oeufs, de mai à novembre.

 

Depuis le dernier championnat de surf organisé sur la plage, plusieurs spots (pas de surf, mais des luminaires!) éclairaient la mer et la plage toute la nuit, ce qui est source de dérangement pour les femelles, comme pour les nouveaux-nés (voir aussi les archives 2008).

 

Les bénévoles du Nord Grande-Terre (voir aussi article ci-dessous) ont tôt fait de signaler la menace à l'ONCFS, qui a rédigé un courrier à l'intention de la mairie, en avril 2009.

Une rencontre avec la commune a été organisée, et les élus ont offert une oreille attentive à la cause des tortues marines: depuis le 15 juillet, un disjoncteur arrête les éclairages sur La Chapelle à partir de 21h30.

 

Depuis cette date, plusieurs montées de femelles ont été observées sur la plage, alors qu'aucune n'avait été constatée pendant la période d'éclairage.

 

Une preuve supplémentaire, s'il en fallait une, de l'importance des bénévoles dans le plan de restauration des tortues marines, pour constater sur le terrain les entraves à la conservation de ces reptiles, et de l'efficacité de la concertation menée par l'ONCFS.

 

Un grand merci aux élus d'Anse-Bertrand pour leur engagement.

 

photo: Hélène Brault

La Chapelle, 2009.
Cliquez pour agrandir

 


Un film sur les tortues marines en Guadeloupe soutenu par la SARA

Lors de la saison des pontes 2008, les bénévoles du Réseau Tortues Marines Guadeloupe ont accueilli pendant les patrouilles de nuit, un journaliste venu réaliser une séquence de quelques minutes illustrant les actions de Kap Natirel, et en particulier le projet "Ansanm, Ansanm an nou sové toti"*.

De Fajou à Marie-Galante en passant par St-François ou les Saintes (pour les images sous-marines), le reporter a enregistré suffisamment de moments forts, pour lui donner envie d'en faire un documentaire de 14 minutes. Une première partie aborde la biologie et le cycle de vie des tortues marines, une deuxième, les menaces et les actions mises en oeuvre par le Réseau pour tenter d'y pallier.

La SARA, partenaire du projet de sensibilisation, a été séduite par les images, et la perspective de les utiliser comme support pédagogique.

Ainsi, grâce à son soutien financier, Kap Natirel va pouvoir acquérir les droits de diffusion dans les écoles et lors des manifestations environnementales auxquels l'association participe (Fête de la Nature, Semaine de l'environnement, Journée Mondiale des Océans...).

Les guadeloupéens vont donc avoir autant d'occasions supplémentaires d'être informés sur la protection de ces espèces menacées, patrimoine naturel à préserver.

Un merci tout particulier à la SARA pour ce soutien, et à tous les partenaires humains et financiers du projet.

Séquence de tournage à St-François, 2008.
Cliquez pour agrandir

Lacher de tortue imbriquée


* Ce projet de sensibilisation a pour outil principal le kit pédagogique développé en 2007 et 2008, et éditée en 200 exemplaires à destination des écoles élémentaires de l'archipel. Un CD-Rom viendra prochainement s'ajouter aux 24 activités pédagogiques existantes, de même que 5 nouvelles activités (1er trimestre 2010).

.voir aussi les autres archives pour de plus amples détails sur ce projet.

 

Recrudescence du braconnage

Alors que le Réseau Tortues Marines Guadeloupe fête ses 10 ans, que les sympathisants se font de plus en plus nombreux, et que les actions menées portent progressivement leurs fruits, les menaces pesant sur les tortues marines constituent plus que jamais un combat à mener avec l’aide de tous.

Parmi elles, le braconnage semble en recrudescence et inquiète les membres du Réseau.

A chaque fois, le signalement de ces constats/flagrants délits permet de mettre en place les moyens nécessaires à la limitation et la punition du braconnage.

Depuis le début de la saison des pontes 2009, de nombreux cas de pillage de nids et d’enlèvement de femelles venues pondre ont été constatés sur l’ensemble de l’archipel, et notamment : à la Pointe des Châteaux sur des nids, le long du littoral sud de Port-Louis, sur la plage de la Chapelle à Anse-Bertrand et sur celle de Grande- Anse à Marie-Galante.

Ce dernier cas (nos photos) a été observé le 29 août 2009 au matin, par des randonneurs, membres du Réseau.

La tortue, une femelle imbriquée de 92 cm (longueur courbe de la carapace), a été trouvée attachée « ventre en l’air » par les quatre pattes dans la forêt littorale. Elle avait par ailleurs la patte avant droite prisonnière d’un filet de pêche, dont le ou les braconniers (vu la taille de l’animal, il paraît surprenant qu’un seul homme puisse retourner une tortue vivante) se sont servis pour immobiliser la tortue.

Un couteau laissé sur place porte à croire que le(s) braconnier(s) s’apprêtaient à la découper avant d’être surpris par les promeneurs, ou l’avaient abandonnée là pensant revenir plus tard dans la journée, pour pouvoir procéder discrètement à son écarissage.

Une fois détachée et remise « à l’endroit », la tortue a heureusement pu recouvrer ses esprits et rejoindre la mer. La bague posée sur sa patte gauche permettra de la reconnaître si la femelle est observée à nouveau, en mer ou en ponte.

La capture de tortues marines, quel qu’en soit le but (consommation, élevage, fabrication d’objets…), est interdite en Guadeloupe depuis 1991.

Ce délit est passible de 9 000€ d’amende et de 6 mois d’emprisonnement (code de l’environnement).

Même si aujourd’hui, il y a plus de tortues marines sur notre archipel qu’il y a 20 ans, les effectifs sont considérés comme très nettement insuffisants pour présumer de la conservation des espèces. Ces animaux restent fortement menacés et leur augmentation nécessite une application stricte de la loi, ainsi qu’une protection de leurs habitats, dont font partie les plages.

photo : photo:S.Pedurthe/KN 2009
Tortue imbriquée

Cliquez pour agrandir

 

S.BEDEL/KN 2009
Remise à l'eau
Cliquez pour agrandir

 

Fins des suivis pour les écovolontaires de Kap Natirel

Retour à la mer de Patayo, une tortue luth à St-François .
Cliquez pour agrandir

Du 1er juin à la mi-septembre, dix écovolontaires se sont succédés au sein de l'équipe de suivi du pic de ponte de l'association Kap Natirel. Tous les 10-15 jours, les changements de secteurs étaient l'occasion de découvrir de nouvelles plages, et de nouveaux enjeux de préservation (circulation de véhicules sur les plages, braconnage, échouages, destruction de la végétation...).

Formés à la lecture des traces et à la manipulation des tortues marines, ces jeunes passionnés sont rapidement devenus des guides de choix, pour toutes les personnes qui sont venus découvrir le travail du Réseau sur les plages.

Au total, ce sont plus de 100 suivis de nuit et 150 comptages de traces (le matin) qui ont été réalisés par les écovolontaires et les encadrants (Alexandra Le Moal et Sophie Bédel), sur 7 secteurs (Fajou, Petite-Terre, Marie-Galante, la Côte-au-vent, le Nord Grande-Terre, le Sud Grande Terre et le Nord Basse-Terre), en soutien aux bénévoles locaux.

Un article sur les données recoltées par Kap Natirel sera prochainement mis en ligne.

Pour beaucoup de bénévoles du Réseau, les suivis continuent jusqu'à fin novembre :

Bon courage à eux, et merci à tous pour le temps passé sur les plages!

Brève : la fiche de la tortue verte est en ligne sur le site DORIS

DORIS est un programme visant à décrire les espèces marines (fiches téléchargeables en ligne), mis en place par la FFESSM.

Nous souhaitions profiter de la mise en ligne de la fiche de la tortue verte, pour saluer cette belle initiative, et faire connaître le site DORIS, alimenté par des plongeurs passionnés.

Retrouvez la fiche de la tortue verte (Chelonia mydas), dont le correcteur scientifique n'est autre qu'Eric Delcroix, coordinateur du programme Tortues Marines Guadeloupe, en cliquant ici.

Les bénévoles du Nord Grande-Terre, par Céline Lannier.

L’équipe Nord Grande Terre du Réseau Tortues Marines patrouille sur les plages d’Anse Bertrand (plage de La Chapelle, Anse Laborde) et de Port-Louis (de la plage du Souffleur à la Pointe Sable vers le sud et de la plage du Souffleur à la Pointe Plate vers le nord).

Ces plages sont en régression mais les tortues imbriquées et vertes sont au rendez-vous, avec de nombreuses pontes, excepté sur la plage du Souffleur elle-même.

Le Réseau Tortues Nord Grande Terre compte huit bénévoles permanents, actifs et très sympas ! Nous nous retrouvons chaque mois au local d’Eden Plongée dans la bonne humeur, pour faire le point sur les patrouilles du mois et fixer le planning du mois suivant. Quelques personnes supplémentaires participent aux patrouilles, mais ne viennent malheureusement pas aux réunions, qui sont pourtant d’agréables moments d’échanges.

Alain Goyeau, le coordinateur, s’occupe (entre autres) des plannings. Les patrouilles sont organisées tous les quatre jours, voire tous les deux jours pendant la période la plus propice aux pontes. Les bénévoles parcourent les plages et notent les nouvelles traces, nouveaux nids et les éclosions. Quelques personnes sont habilitées à ouvrir les nids après éclosion pour estimer le nombre de bébés tortues éclos et à baguer les femelles qui pondent, quand on a la chance d’en trouver une sur son nid ! (comme ci-contre en 2008, plage du Souffleur)

En plus du comptage des pontes (nids, traces…), les membres du Réseau Tortue Nord Grande Terre veillent à la qualité des sites de ponte en informant les responsables du réseau sur les dégradations environnementales, comme l’éclairage excessif des plages. Ils sont également tous concernés par les problèmes de braconnage, malheureusement récurrents dans ce secteur.

L’accueil et l’ambiance sont très bons au sein du Réseau Tortues Nord Grande Terre, et les personnes du secteur motivées pour s'investir peuvent contacter Alain Goyeau pour de plus amples renseignements".

Article rédigé par Céline Lannier, bénévole du Réseau Tortues Marines,secteur Nord Grande Terre.


Plage du Souffleur, 2008.
Photo: Fanny Delcroix

Témoignage des écovolontaires de Kap Natirel :

Premier mois de suivi au pic de ponte

Le suivi des tortues 2009 a démarré, avec une équipe d’écovolontaires très motivés ! Composé en majorité de filles, le groupe a tout d’abord découvert les plages à patrouiller, les tortues marines bien sûr, mais aussi les moustiques, les pieds écorchés et les averses tropicales, sans oublier les paysages, le créole, la faune et la flore locales.

Les suivis de nuit à Marie-Galante ont permis d’observer une trentaine de tortues en ponte.

On retiendra tout particulièrement Diwane, la première imbriquée observée par les sentinelles de Kap Natirel. Celle-ci a eu la merveilleuse idée de pondre de jour, le premier matin de formation. Elle a donc offert aux écovolontaires la possibilité d’appréhender dans des conditions idéales les méthodes d’approche et de manipulations. (Il est rappelé que toutes ces manipulations sont soumises à autorisation, les tortues marines étant des espèces protégées).

A noter également, Aïchi, première tortue luth baguée à Marie-Galante, depuis la mise en place des suivis (Marie-Galante n’est pas un site de ponte coutumier des tortues luth). Après avoir pondu, elle est repartie à l’eau, à la lumière de l'astre nocturne, sous les regards émerveillés des bénévoles de Marie-Galante (association Ecolambda) et 8 écovolontaires présents ce soir là.

Retour en Guadeloupe continentale pour la deuxième quinzaine de juin, et suivi de nuit sur les plages de l’Ilet Fajou (pour la deuxième campagne*) au sein de la Réserve Naturelle du Grand Cul-de-Sac Marin (devenu coeur de Parc), dans "l’enfer" des moustiques. "Tenue de cosmonaute" et moustiquaire de tête sont de rigueur pour ne pas se changer instantanément en "framboise", sous la piqûre des insectes.

Par Marion Bourrasseau et Sophie Landry, écovolontaires 2009.

* Le rapport 2008 des suivis à Fajou, rédigé par Aude Berger pour le Parc National, est en téléchargement dans la bibliothèque (rubrique documents disponibles).

 

Merci à Air France pour son soutien
Télécharger le diaporama au format pps (1,64 Mo)

 

 

 


Aïchi, première tortue luth baguée à Marie-Galante

Cliquez pour agrandir

 

photo : S.BEDEL/Kap Natirel width=
Départ pour Fajou

Cliquez pour agrandir

 


Rapport Fajou 2008

 

Fête de la Nature, édition 2009

Les 16 et 17 mai prochains, c’est la Fête de la Nature

 A cette occasion, de nombreuses animations sont proposées par les associations et organismes de gestion/protection de la nature en Guadeloupe : 

- le vendredi 15 en soirée : une conférence (oiseaux endémiques) et une sortie naturaliste (tortues marines),

- le samedi 16  : des stands d’informations et animations à Vieux Fort, de 9 heures à 16 heures (milieu marin et littoral, eau, artisanat... - cf programme),

- le dimanche 17 : trois sorties naturalistes (oiseaux ou orchidées) en Basse-Terre et en Grande-Terre. 

Venez nombreux !

Programme d'animations
Télécharger le document au format pdf (280 Ko)


Affiche

Cliquez pour agrandir

 

Brève: une tortue martiniquaise au centre de soins

Jeudi 16 avril 2009, une jeune tortue (11 cm de carapace) a été transférée, grâce au soutien d'Express des Iles, au centre de soins de l'Aquarium de la Guadeloupe.

La petite imbriquée avait été signalée quelques jours plus tôt au réseau martiniquais (via la brigade du littoral de la commune du François), alors qu'elle était "coincée" dans la mangrove au sud-est de l'ile, avec la patte avant droit manquante.

Sa carapace présentait une colonisation d'algues importante, qui s'est fortement réduite depuis le début de son séjour au centre de soins. Des nouvelles de sa convalescence seront mises en ligne sur ce site.

Merci aux vétérinaires, soigneurs et à toutes les personnes qui se sont mobilisées pour elle.

Brève: une tortue capturée par une ligne de traîne à Terre-de-bas

Une grosse tortue à écailles, probablement une imbriquée d'après le pêcheur, a été capturée accidentellement par une ligne de traîne (leurre plongeant) à proximité du petit pâté à Terre de Bas, début avril. Le pêcheur a heureusement réussi à la libérer après une heure de patience.

Le trident de 2 cm qui garnissait la ligne est malheureusement resté logé au niveau de la base de la carapace, mais le reste du dispositif de pêche a pu être retiré, laissant la tête et le cou totalement libres, ce qui laisse présager une lésion sans gravité pour la survie de la tortue.

Merci au pêcheur pour ce signalement et la patience dont il a fait preuve pour libérer l'animal.

 

Lâcher d'une tortue imbriquée à Terre-de-Bas : Tahia, "protégée" de Maud Fontenoy

Malgré le temps pluvieux "Tahia", ainsi baptisée en référence au bateau de la navigatrice Maud Fontenoy, a rejoint la mer en fin de matinée, sous les chants entonnés par des Saintoises: un hymne en créole souhaitant bon voyage aux marins prenant la mer, pour le plus grand bonheur des nombreuses personnes présentes. La tortue mesurait 16 cm et pesait moins de 250 grammes (un poids plume comparé à celui des adultes, pouvant atteindre, chez cette espèce, 130 kilos).

C'est d'un "pas" leste que la jeune imbriquée est entrée dans l'eau sans détours, alors qu'elle n'avait connu jusque lors que la captivité. Un signe encourageant pour cette "princesse qui danse sur les vagues" (signification polynésienne de "Tahia").

 

Lacher de tortue imbriquée
Lacher de tortue imbriquée
Lacher de tortue imbriquée
Lacher de tortue imbriquée

 

Haut de page
haut de page

Nouveau sauvetage de tortue luth en mer: le récit du héros

Début avril, Jean-Jacques (CNBT) raconte:

"A hauteur de Capesterre sur 15 m de fond (1/2 mille de la côte), la patte avant droite enroulée dans un bout à hauteur de la bouée de surface, une grosse tortue luth est prisonnière d'une bouée de nasse.

Une fois passée la surprise de cette rencontre, j'ai commencé par gérer ma mise à l'eau en sécurité, les conditions de mer étant parfois difficiles sur cette côte au vent. Après avoir affalé les voiles et roulé le génois, j'ai mis une ligne de vie en traîne à l'arrière.Je me suis mis à l'eau avec masque tuba et couteau, sans palmes que j'ai un peu regrettées.

En coupant le 1er lien qui s'avérait tenir les bidons j'ai commis une erreur car la tortue se sentant soulagée, a commencé à sonder, tout en étant encore attachée au filin du casier. J'ai donc instantanément repris celui-ci avant qu'il soit tendu au fond et je l'ai refixé aux bidons. Sans cela, il m'aurait fallu descendre à près de 15 mètres, sans palme!!

La tortue a bien accepté ma proximité et j'ai pu observer précisément le noeud qui la prenait. L'animal était très fatigué; j'ai pu contrôler ses mouvements pour couper une partie des bouts et démêler le noeud qui s'était formé autour de la patte. Il n'était pas question pour moi de sectionner le bout au contact de la peau: j'ai rapproché l'animal des bidons pour relâcher la tension et dérouler la corde qui formait un noeud de type cabestan.

Dès la libération elle est repartie très calmement vers la profondeur en décrivant un large arc de cercle. J'ai profité de ces quelques secondes de "retour au calme" pour la regarder s'éloigner: quelques écorchures (sans saignement) à la jointure patte-carapace, teintaient de rose sa peau très fine, noire et blanche.

Selon moi, elle mesurait approximativent 1,50m de long avec la tête, et 1,10 m de large. Je n'ai pas eu le temps de regarder si elle était baguée, tant sa vitalité est revenue rapidement, une fois relâchée.

C'était ma première rencontre dans l'eau avec une tortue luth: un pure moment de bonheur!

Je suis très heureux d'avoir "sauvé" cet animal, d'autant qu'après la présentation de Sophie Bédel sur les tortues au CNBT en mars dernier , je crois que cela veut dire 3 à 4 adultes de préservés sur les 20 prochaines années..."

Quelques compléments d'Eric Delcroix, coordinateur du programme "tortues marines" à l'ONCFS:

"Il est assez régulier en cette période d'observer des tortues luths emmêlées dans des cordes de nasses ou de filet.

On pense que les tortues "jouent" avec les cordes, soit en cherchant à manger, soit en se grattant. Il est possible également que ce soit purement accidentel lorsqu'elle évolue en mer pour rejoindre les sites de ponte.

Il est fort probable qu'il s'agisse d'une femelle, car nous sommes en plein dans la période des pontes et les plages de Capesterre Belle Eau accueillent quelques pontes de luth entre mars et juillet (6 à ce jour sur cette côte).

Il est possible d'ailleurs qu'elle soit déjà venue pondre cette année sur les plages.

Je ne suis pas trop inquiet pour les blessures, les tortues luths sont des animaux robustes. Comme la peau est fragile, les lésions sont généralement trés prononcées mais sans gravité généralement. La chance, c'est qu'elle ce soit prise dans la partie supérieure de la corde, sans quoi elle aurait pu mourir asphyxiée. La tortue luth peut être capable de déplacer le casier jusqu'à épuisement si elle n'est pas trouvée (3 cas ces dernières années). Un grand merci à Jean-Jacques"

Remise à l'eau d'une jeune tortue marine à Terre-de-bas (Les Saintes) le lundi de Pâques

Dans le cadre de l’opération de sensibilisation « Pâques à la plage », du Plan de Restauration des Tortues Marines aux Antilles Françaises coordonné par l’ONCFS pour la DIREN Guadeloupe, et du programme de sensibilisation « Ansamn ansamn an nou sové toti »,

 L’ONCFS et les associations Kap Natirel et Karet procèderont à la remise à l’eau d’une jeune tortue marine soignée au centre de soins hébergé à l’Aquarium de la Guadeloupe, en présence de la navigatrice Maud Fontenoy, marraine de l’opération, le lundi 13 avril à partir de 9h30, sur la plage de Grande Anse, à Terre-de-Bas des Saintes.

Ce lâcher sera l’occasion pour les membres du Réseau Tortues Marines Guadeloupe de sensibiliser le public présent aux menaces pesant sur ces animaux menacés, ainsi qu’à la conduite à tenir en cas de rencontre.Par ailleurs, le Réseau Tortues Marines Guadeloupe fêtera ses 10 ans en 2009. Son coordinateur, Eric DELCROIX (ONCFS) dressera un bilan des opérations menées depuis cette date, et présentera les perspectives en matière de conservation. Une dizaine d’élèves de l’école primaire de Terre-de-bas aura ensuite l’opportunité de rejoindre le bateau de Maud Fontenoy, à la découverte des richesses et fragilités du milieu marin. 


Affiche

Cliquez pour agrandir

photo : Eric DELCROIX/ONCFS width=
La jeune imbriquée le jour de sa saisie,
en janvier 2009
Cliquez pour agrandir

Présentation du projet
Télécharger le document au format pdf (240 Ko)

Retrouvez ci-contre un document de présentation de l’opération du 13 avril, mentionnant notamment les commodités pour se rendre sur place, et des informations sur les opérations de sensibilisation menées par la Fondation Maud Fontenoy sur :

www.maudfontenoyfondation.com

 

Animations dans le cadre de la semaine du Développement durable

Les ambassadeurs ont encore frappé à Marie-Galante :

Quand les élèves de 4ème donnent un « cours » sur les tortues marines aux plus jeunes :

Les 2 et 3 avril 2009, dans le cadre de la semaine du Développement Durable, les jeunes ambassadeurs des tortues marines (élèves de 4ème - voir archives 2008) du collège Nelson Mandela de Capesterre de MG ont accueilli 4 classes au CDI de l’établissement : les 6ème 1 et 2 du collège, les CM2 de l’école du bourg, et les CM de l’école Mixte 2 de Grand Bourg.

Après un diaporama sur les espèces présentes en Guadeloupe, leur biologie et les menaces qui pèsent sur elle, les jeunes spectateurs ont visionné un reportage et réalisé différentes activités du kit pédagogique. Une intervention qui sonne comme l’annonce de la prochaine saison des pontes, sur l’île de l’archipel qui accueille le plus de femelles en nidification chaque année.

Certains 6ème du collège sont même prêts à devenir ambassadeurs « Madame, comment on fait pour devenir ambassadeur ? », a demandé Marc, déterminé du haut de ses 12 ans à accompagner les bénévoles du Réseau sur les plages. Il faut dire que Thomas Lapilus, son frère, est ambassadeur depuis 2 ans... et assure toujours ses « fonctions » avec entrain et dynamisme. De quoi donner l’envie à son petit frère de « reprendre le flambeau familial »...

Dans l’ensemble, les jeunes élèves étaient ravis de cette demi-journée:

Marilou : « Petits ou grands, ce diaporama nous a permis d’apprendre par exemple qu’il ne faut pas détruire les plages et polluer la mer. Il ne faut pas non plus embêter les tortues quand elles pondent, même si on a envie de les approcher ». D’après Emeline, « Ca nous a donné des idées sur ce qu’il ne faut pas faire, et l’envie de les rencontrer plus souvent, donc de les protéger ».

Des réactions encourageantes quand on sait combien les tortues marines sont sensibles au dérangement et à la dégradation de leurs habitats, et leur conservation, dépendante de l'implication de chacun.

 

Une projection au local du CNRBT, à Calebassier (Basse-Terre) d'un film sur les tortues marines en Guadeloupe a clotûré ces deux journées d'intervention pour la semaine du Développement Durable 2009. Merci à l'association Apnée 7 pour l'organisation de celle-ci, et au CNRBT pour son accueil.

photo : SBE/KN width=

Un des 3 ateliers proposés

photo : SBE/KN width=

Marc et Thomas, élèves au Collège Nelson Mandela

photo : SBE/KN width=

Elèves de CM2 de l'école du Bourg de Capesterre de Marie-Galante

Haut de page
haut de page


La rencontre du Widecast à St-Kitts

 

Le congrès annuel du Widecast s'est déroulé en décembre 2009, à St-Kitts, où les acteurs de l'étude et de la protection des tortues marines étaient réunis pour échanger sur les expériences caraibéennes, et notamment sur la mutualisation des données et des supports pédagogiques.

De Bonaire à Porto-Rico, en passant par la Guyane, et la Dominique, les discussions pendant 3 jours ont permis aux participants de réaliser des bilans de leurs actions, et d'ébaucher de nouvelles perspectives, grâce aux conseils d'experts et de chefs de projet expérimentés.

En particulier, des exposés innovants sur les soins naturels (à base de miel !!) à prodiguer aux tortues blessées, ou les "stratégies" employées d'île en île pour lutter contre le braconnage ont été abordées.

Le troisième jour, des ateliers thématiques (écotourisme "turtle friendly", échouages et pathologies, récolte et traitement des données...) ont permis de clôturer la session sur des séances de travail en petits groupes.

Lors de ce congrès, les Antilles Françaises étaient représentées par Louis Louis-Jean pour la Martinique et Sophie BEDEL pour la Guadeloupe.

Cela a été l'occasion pour le premier d'introduire son sujet de thèse et premiers résultats ("Limitation des captures accidentelles liées à la pêche par l'utilisation de dispositifs expérimentaux"), et à la seconde de dresser le bilan des projets "Tortues Marines Guadeloupe" 2004-2008, avec un accent tout particulier sur les résultats de suivis des pontes, et les outils pédagogiques et/ou de communication développés.

Un grand merci au Widecast pour son invitation, et en particulier à Kimberley Stewart, Karen et Scott Eckert.

 

Brève: les tortues marines à l'honneur dans un guide de randonnées


Une double page est consacrée aux tortues marines dans l'ouvrage "La Guadeloupe entre Terre et Mer", paru en octobre 2008 aux éditions Dakota.

Daniel Kempa, Corinne Gense, et Gérard Berry, les auteurs de ce bel ouvrage de ballades et randonnées naturalistes autour du littoral guadeloupéen, font la part belle à la faune et la flore des milieux traversés.

Décidemment, les tortues marines sont "à la page"!

Haut de page
haut de page

  Un mini-reportage sur le kit pédagogique en ligne sur le site de la Fondation Nicolas Hulot


Séquence de tournage de nuit

Une fois n'est pas coutume, les écovolontaires de la saison des pontes 2008 ont été "suivis": un journaliste reporter d'images a passé avec eux près de trois semaines, alors qu'ils arpentaient les plages pour suivre les pontes et traces de tortues marines.

Pour illustrer les actions du Réseau, Loïc Mauléon a tourné (en respectant les principes d'éclairage recommandés pour ne pas compromettre les pontes) pour la Fondation Nicolas Hulot des images à Fajou, Marie-Galante, St-François, Terre-de-Haut et Ste-Rose.

Le mini-reportage est en ligne sur le site de la Fondation Nicolas Hulot. Il présente notamment le kit pédagogique sur les tortues marines, boursier 2007 de la Fondation.

Un grand merci à Patrice Raveneau (FNH) et Loïc Mauléon pour cette initiative, au Coregua pour le prêt d'une caméra immergeable, et aux clubs de plongée pour leur accueil (Les Pisquettes et Tropical Sub).

 

Haut de page
haut de page

Une exposition sur les tortues marines à l’Aquarium de la Guadeloupe

Depuis sa création en 1987, l’Aquarium a été amené à recueillir des tortues blessées, à les soigner et les relâcher une fois rétablies. Les lâchés sont à chaque fois une occasion de sensibiliser la population à la protection des tortues marines.

Depuis 1999, l’Aquarium héberge le centre de soins des tortues marines de la Guadeloupe, géré par l’association KARET (membre du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe). C’est le seul des Petites Antilles.

Dans le cadre des rénovations de l’Aquarium, il avait été décidé en accord avec la DIREN et l’Association Kap’Natirel de donner une place particulière à ces reptiles.

En février dernier, l’Aquarium recevait l’autorisation du ministère de l’environnement pour la présentation au public de deux spécimens de tortues Marines (tortues verte et tortue caouanne). Après un aménagement spécifique d’un bassin et l’arrivée de deux tortues, l’Aquarium a ouvert le 29 juillet 2008 une exposition permanente sur les tortues marines.

Cette exposition permet de découvrir à travers divers panneaux pédagogiques la problématique de la protection des tortues marines en Guadeloupe, tels que leur description, leur biologie, leur cycle de vie, les menaces et leur protection.

C’est un moyen ludique d’expliquer leur vie, de prendre conscience des dangers qui les menacent et de replacer les actions à mener pour ces espèces dans le cadre de l'éco citoyenneté.

Cette exposition a été conçue par l’Ecole de la Mer en collaboration avec l’association Kap’Natirel. La conception des panneaux est le travail de l’agence Blue Marine.


La tortue caouanne


La nouvelle salle d'exposition

Le nouveau programme d'activités de l'Aquarium
Télécharger le document au format p
df (3,8 Mo)

 

-2008-

Sauvetage d'une jeune tortue imbriquée à Vieux-Bourg

Le 20 octobre 2008, lors d'un coup de senne, quelque pêcheurs de Vieux-Bourg enferment malencontreusement une jeune tortue imbriquée dans le filet. Une fois encerclée, la tortue ne peut plus s'échapper et se retrouve prisonnière avec le poisson.
Au moment de la remontée de la senne la tortue est libérée dans le bateau. Soucieux de son état de santé, les pêcheurs alertent les agents du Parc National afin qu'ils puissent diagnostiquer l'animal et éventuellement l'amener au centre de soin.
Avant l'arrivée des agents du PNG, les pêcheurs mettent la tortue dans le vivier au niveau du port.
Après une petite analyse, il s'avère que la tortue n'a subit aucun dommage, elle peut reprendre le large sans problème.
Avant sa remise à l'eau la tortue est baguée et mesurée. Les riverains, ainsi que les enfants des écoles primaires du bourg, en ont profité pour venir observer la tortue marine de près.
La tortue a été baptisée EMMA et a réjoui toutes les personnes présentes sur le site.

Merci aux marins-pêcheurs pour avoir eu les bons reflexes en appelant le Parc National.

Longue vie à EMMA....


Mesure de la carapace en présence des agents du Parc National


"Emma", une jeune tortue imbriquée

Haut de page
haut de page

Journée régionale 2008 de nettoyage du littoral et des fonds sous-marins

Dans le cadre de la journée régionale de nettoyage du littoral et des fonds sous-marins, le Coregua, co-organisateur de l'opération avec la DIREN Guadeloupe, recevait la visite de grands noms de la plongée: Alain Foret, Michel Météry et Albert Falco (ci-contre) de "l'équipe Cousteau".

Cela a été l'occasion pour les deux derniers de présenter un de leurs derniers films sous-marins. Kap Natirel a été invité à se joindre à deux animations, pour parler aux enfants des tortues marines: le 23 septembre à l'école de Vieux-Fort, et le 26 à l'école de Bragelogne de St-François.

Merci aux enseignants et aux enfants pour leur accueil, à Alain Foret pour ses photos, et au Coregua pour cette belle initiative.

 




Animation à l'école de Bragelogne


Animation à l'école de Vieux-Fort

Les "évènements noirs" de ces dernières semaines: braconnage et attaque par des chiens à Marie-Galante

Si la découverte de tortues mortes sur les plages ou en mer est malheureusement monnaie courante en Guadeloupe, les évènements du 30 août (braconnage) et du 2 septembre (attaque par des chiens) derniers ont particulièrement mis à mal le moral des bénévoles du Réseau Tortues Marines, mobilisés tout au long de l'année pour la préservation de ces animaux ancestraux.

Ils ont néanmoins renforcé la volonté d'engagement de tous, fermement décidés à ce que cela ne se reproduise plus.

Plus d'informations dans le diaporama ci-dessous (attention, certains clichés peuvent heurter la sensibilité des lecteurs).


Diaporama
Télécharger le document au format pps (
1,3Mo)

Merci à toutes les personnes qui ont manifesté leur soutien logistique ou moral au Réseau dont: Frédéric Levesque, Jérôme Coudret et l'association Karet, les bénévoles d'Ecolambda, France Antilles et RFO, les gendarmes de Marie-Galante, l'Express des Iles (pour le transport de la tortue attaquée par les chiens) et Europcar (pour la campagne contre le braconnage à venir), Gaïa Soleil, ainsi qu'à tous les auteurs de témoignages de sympathie.

 


Destruction de la carapace par un bénévole

N.B.: la carapace a été détruite pour éviter qu'elle ne soit dérobée après avoir été enterrée.


Tortue attaquée par des chiens

Elle décèdera deux jours plus tard au centre de soins, malgrè tous les efforts du soigneur.

 

Brève: quand les tigres mangent des tortues marines...


L'association Apnée 7, par l'intermédiaire de son président, François STEERS, nous a rapporté le fait suivant: un requin tigre de 2m a été péché fin juillet à 500m au large de l'epave "le fresnel" sur 30m de fond avec une petite tortue dans l'estomac.

L'occasion pour nous de remercier les apnéistes, et en particulier François STEERS, pour la veille active qu'ils mènent tout au long de l'année, que ce soit en matière d'observations de tortues marines, de captures accidentelles ou d'informations diverses comme c'est le cas ici.


  
Désorientation, tout le monde en alerte...

Les plages aménagées et éclairées ne sont pas uniquement fréquentées par les plagistes… Les tortues marines y viennent de temps en temps pour y déposer leurs œufs, même si elles « préfèreraient » nettement se hisser sur les plages plus sauvages.

 

L’aménagement croissant des plages laisse de moins en moins de place aux tortues pour qu’elles puissent pondre en toute quiétude. Samedi 9 août à 23h30 une émergence a été désorientée sur la plage de la chapelle à Anse-Bertrand à cause de la présence de projecteurs. Heureusement, plusieurs personnes sur les lieux, soucieux de la préservation de ces espèces, ont alerté les pompiers et les gendarmes afin de prendre contact avec des personnes du Réseau. Les consignes ont été données par téléphones et les bébés tortues marines ont pu reprendre le large après quelques difficultés.

Avant toute intervention sur les tortues il est préférable de contacter le Réseau (0690 81 12 34), soit pour qu’une personne habilitée se rende sur le site, soit pour obtenir les meilleurs conseils pour sauver ces espèces protégées.

En cas de désorientation (seulement), il est d’abord conseillé de rassembler l’ensemble des nouveau-nés dans un seau ou dans un grand linge, puis de les déposer sur le sable dans un coin sombre de la plage ou d’éteindre les lumières de la plage (comme cela a été le cas à Anse Bertrand).

Attention, une fois dans l’eau les nouveau-nés ne sont pas sauvés, les lumières puissantes peuvent les faire revenir sur la plage, alors éloignez les le plus possible des zones éclairées.

 

Soyez vigilants, vos appels et vos gestes peuvent sauver des tortues marines.

Ansanm, ansamn a nou sové toti !

(ED)



logo

La mairie de Port-Louis s'engage… pour le retour à la mer des tortues marines!

Suite aux pontes de tortues marines observées au cours des mois de mai et juin sur la plage du Souffleur à Port-Louis, la Mairie a eu la bienveillance d'accepter de "suspendre l'éclairage" en arrière-plage, pour minimiser les risques de désorientation des femelles après la ponte, et des bébés tortues à l'émergence (après environ 60 jours passés dans le sable).

En effet, femelles et nouveaux-nés rejoignent la mer en se dirigeant vers l'horizon le plus lumineux, qui est généralement la mer (en absence de lumière artificielle).

Les éclairages publics sur le littoral constituent donc pendant la saison des pontes, une menace importante pour la préservation des tortues marines, tant pour les femelles que les nouveaux-nés, et mettent en péril la hausse des effectifs attendue depuis l'arrêté de protection de 1991.

Aussi, le geste de la mairie de Port-Louis est un témoignage encourageant pour les tortues marines, et mérite que nous le saluions comme il se doit.

L'émergence de tortues luth observée le 19 juillet* en présence de l'animateur du Réseau a été l'occasion de sensibiliser les personnes présentes à cette problématique, et à celle, plus large, de l'aménagement des sites de ponte.

Espérons que l'exemple de Port-Louis donnera envie aux autres communes de l'archipel, de s'investir en faveur des tortues marines.

Merci à la Mairie pour son implication, ainsi qu'aux bénévoles de l'équipe Nord Grande-Terre qui patrouillent régulièrement sur les plages du secteur.

*Pour accéder à l'article en ligne sur le site d'EDEN Plongée: cliquez ici

 

Il est rappelé que la manipulation de tortues marines est soumise à autorisation préféctorale, quelle qu'en soit la taille.

En cas d'émergence, signalez-la à l'animateur du Réseau qui vous indiquera la marche à suivre en cas de difficultés rencontrées par les bébés tortue (désorientation, empêtrements, signes de fatigue...).

Ne les touchez en aucun cas!



 

   

Une tortue peut en cacher une autre…

Si à première vue cette nouvelle peut sembler mauvaise (cf.photo), l’information rapporte également un épisode heureux du quotidien des bénévoles et témoigne de leur réactivité. De celle d’Eric PARIS, bénévole sur le secteur Nord Grande Terre, en particulier.

En effet, le 31 mai dernier, alors qu’il s’approchait d’une tortue capturée accidentellement dans un cordage de casier pour relever les éléments d’informations nécessaire à son enregistrement (espèce, taille…), Eric distingue depuis la surface, une tortue luth encore en vie (à doite sur la photo, sous la surface), qui n’attendait que lui pour le rester. C’est ainsi qu’en se mettant à l’eau, il a pu libérer celle qui aurait pu être la deuxième victime du cordage...

De là à dire que la mort de la tortue verte a permis à la luth de vivre, il n’y a qu’un pas, que l’on se permettra cette fois de franchir, puisque sans elle, Eric ne se serait probablement pas approché du casier…

La leçon à tirer de cette histoire, si elle n'est pas originale, mérite cependant d'être répétée: relever les engins de pêche aussi fréquemment que l'imposent les textes en vigueur peut permettre de ne pas transformer une capture accidentelle en décès par négligence...

Merci à Eric pour son action et la transmission d'informations, ainsi qu' à tous les bénévoles pour leur investissement quotidien.

logo
Cliquez pour agrandir

 

Haut de page
haut de page

   

Brève: bilan de la Fête de la Nature à Vieux-Fort

La manifestation organisée cette année à Vieux-Fort pour célèbrer Dame Nature présage déjà une nouvelle édition, tant le public rencontré, comme les organisateurs, ont semblé satisfaits de la journée et envisagé la prochaine.

Au total, près de 150 visiteurs sont venus découvrir sur le site de l'Anse Dupuy, la faune et la flore qui composent le milieu marin et littoral de l'archipel.

Le soleil était au rendez-vous et si l'affluence était à la baisse l'après-midi (conséquence de la Fête des mères?!), les promeneurs ont été nombreux à visiter les stands d'informations et participer aux balades de découverte proposées: ornithologie, traces de tortues marines, sortie en Kayak, randonnées palmées...

Un bilan plutôt positif donc, entaché cependant d'une mauvaise nouvelle deux jours plus tard.

Une jeune tortue imbriquée, que chaque participant aux randonnées palmées effectuées par l'association Apnée 7 avait eu la chance d'observer, a été découverte le mardi suivant la fête, empêtrée dans du fil de pêche. C'est d'ailleurs François Steers, Président de l'association Apnée 7, qui a découvert le cadavre de celle qui était devenue la mascotte de la journée et du site.

L'autopsie effectuée dès le lendemain par l'animateur du Réseau, n'a révélé aucune lésion interne particulière, et laisse penser que c'est le seul fil de pêche abandonné qui a été à l'origine du décès.

Une preuve supplémentaire que les macro-déchets, s'ils sont plus visibles, ne sont pas les seuls responsables de la dégradation des écosystèmes... Soyons tous vigilants!

 

Le kit pédagogique sur les tortues marines enfin disponible pour les écoles élémentaires de l'archipel guadeloupéen

Couverture du kit pédagogique

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Dans le cadre du Plan de Restauration des Tortues Marines aux Antilles Françaises (PRTMAF), les associations membres du Réseau Tortues Marines Guadeloupe développent chaque année un important volet « sensibilisation », permettant de faire connaître au plus grand nombre, les 5 espèces de tortues marines évoluant dans les eaux de l’archipel, et les menaces qui pèsent sur elles, pour donner à chacun l’envie et les clefs pour agir à son échelle.

C’est dans ce cadre que l’association Kap Natirel, en concertation avec les membres du Réseau Tortues Marines, a élaboré depuis 18 mois, un outil à destination des enseignants et animateurs, afin de leur donner les moyens d’intégrer les tortues marines au cœur de leurs activités pédagogiques (présentation ci-contre).

Merci aux partenaires financiers du projet: DIREN Guadeloupe, Région Guadeloupe, Fondation Nature et Découvertes, Fondation Nicolas Hulot, SARA, le COREGUA et le WWF.


Contenu de l'outil
(PDF - 220 Ko)
Cliquez pour télécharger

 

Présentation du kit pédagogique
Télécharger le document au format pps (2,3 Mo)

Pour sa symbolique, l’association Kap Natirel a choisi la Fête de la Nature, pour présenter à la presse et au grand public le fruit de ce travail.

Vous êtes cordialement invités à assister à cette présentation, le

Dimanche 25 mai, à l’Anse Dupuy (Vieux-Fort) à 11 h 30.

 

Vous êtes enseignant et/ou directeur d’école, vous souhaitez obtenir le kit pédagogique sur les tortues marines, ou des renseignements sur les animations: 0590 38 68 94/0690 84 64 51 ; sophie.bedel@tortuesmarinesguadeloupe.org

 

Les tortues marines s'affichent dans l'Express des Iles

Depuis quelques semaines, les passagers de l’Express des Iles voient des tortues marines à chaque traversée, et pour cause : une tortue verte fait l’objet de la nouvelle campagne d’affichage de la compagnie, dans ses navires et points de vente.

Elle souligne le nouveau soutien de l’Express des Iles au Réseau Tortues Marines Guadeloupe (tout en mentionnant également le logo de nos homologues martiniquais).

Déjà en 2007, la compagnie avait permis à une tortue blessée découverte en Martinique de rejoindre le centre de soin hébergé par l’Aquarium de la Guadeloupe. En 2008, l’Express des Iles offre cette fois un soutien en nature au suivi des pontes de tortues marines:

40 billets de bateau aller-retour ont été mis à disposition du RTMG pour ses allers et venues entre Marie-Galante et le "continent".

 

Un grand merci à l’Express des Iles pour ce geste.

logo
Cliquez pour agrandir

 

Semaine du Développement Durable et Réseau Tortues Marines

Chaque année, la semaine du Développement Durable est l’occasion, pour les associations du Réseau Tortues Marines Guadeloupe de redoubler d’énergie en matière de sensibilisation

 

A Bouillante, les enfants de l’école de Malendure ont eu la chance de participer à une sortie à la découverte des cétacés et du milieu marin, organisée en prolongement de travaux effectués en faveur de l’environnement (participation à la journée de nettoyage du littoral, travail sur la réduction des déchets émanant du goûter, étude de la fragilité des écosystèmes auxquels appartiennent cétacés et tortues marines…).

 

Cette opération, baptisée «  Gwadloup an-nou two bel pou nou Sali i » a été menée par l’Association Evasion Tropicale, grâce au soutien de la DIREN Guadeloupe et de la Région, dans le cadre de l’appel à projets « Mon archipel, mon environnement ».

 

 


Affiche de l'operation

 

L’association Kap Natirel est intervenue dans deux établissements : l’école de Petit-Paris à Basse-Terre, où les enfants ont pu découvrir les 5 espèces de tortues marines présentes en Guadeloupe grâce à un mini-film et des jeux. Ce sont près de 150 élèves qui ont été sensibilisés au cours de la journée. Merci à Alice Marie pour la préparation de la journée.

L’équipe de Kap Natirel s’est également rendue au collège de Capesterre de Marie-Galante, pour effectuer des animations auprès de deux classes de 6ème, et une classe de 5ème.

Cette dernière intervention était un peu particulière, puisque une dizaine d'élèves avaient été choisis par l’équipe pédagogique pour être formés par Eric et Sophie, et devenir de véritables "ambassadeurs des tortues marines" à Marie-Galante.

L'objectif pour eux: acquérir les connaissances nécessaires pour réaliser eux même des animations auprès des écoles élémentaires de l’Ile sur le thème des tortues marines.

L'objectif pour l'équipe pédagogique : offrir aux plus motivés d'entre eux, un projet en plusieurs volets, à suivre a minima pendant les quelques années qui les séparent du lycée.

Au programme, un diaporama complet et une sortie terrain à la découverte des traces de tortues marines en ponte, de leur habitat et de la problématique de l’aménagement des plages.

Deux semaines plus tard, les 24 et 25 avril, les élèves avaient préparé chacun quelques diapositives sur un thème choisi, pour les présenter à leurs premiers auditeurs, les élèves de l’école d’Etang noir. Ils ont également co-animé les séquences de jeux en classe, et en extérieur.

Un « Diplôme de jeune ambassadeur des tortues marines » a été remis à chacun à l’issue de leur intervention. Nul doute qu'ils auront l'occasion de l'honorer, sur une île où tant de tortues marines viennent pondre chaque année...

La saison ne fait que commencer, souhaitons leur bon courage!

Merci à Monsieur Campillo et Mlle Cotellon pour leur dynamisme qui a permis à cette opération d’être une réussite.

 

Lacher de tortue imbriquée



Cliquez pour agrandir

Lacher de tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Pour tout renseignements concernant les possibilités d’animation avec les jeunes Ambassadeurs à Marie-Galante, contactez Sophie BEDEL :

0590 38 68 94 / 0690 84 64 51

sophie.bedel@tortuesmarinesguadeloupe.org

      

Sauvetage d’une tortue luth en détresse

Dans la nuit du 25 au 26 avril, une tortue luth s’est hissée sur la plage de Saint-Sauveur (Commune de Capesterre Belle Eau) afin d’y creuser son nid et d’y déposer ses œufs. Des riverains de la petite plage, Eric RAMASSAMY et des membres de sa famille, passant la soirée au bord de l’eau aperçoivent la tortue et se font un plaisir à l’idée d’assister à la ponte.

Après une première tentative de creusement, la tortue abandonne son trou en raison du tassement du sable, et se dirige en haut de plage peut-être attirée par les lumières de la route. A ce moment la tortue se coince entre deux cocotiers et ne parvient plus à avancer, il est 23h15. Conscient que la tortue est en difficulté, Eric RAMASSAMY cherche à joindre les membres du Réseau Tortues, il appelle alors la Gendarmerie qui lui donne les coordonnées de l’Animateur et deux gendarmes sont envoyés sur place pour prêter main forte. Aussitôt alertés, Eric et Sophie accompagnés d’Axel prennent le matériel d’intervention pour se rendre sur les lieux, pendant ce temps la tortue est régulièrement arrosée avec de l’eau de mer. 0h20 arrivée sur la plage, la tortue est toujours coincée et rapide bilan est fait : La tortue est fatiguée et s’est fait quelques blessures superficielles en essayant d’avancer, mais il semble facile de la sortir de son piège.

Photo Sophie Bedel
Tortue luth coincée entre 2 cocotiers
Cliquez pour agrandir

La tortue est aussitôt baguée aux deux pattes arrières (FWI 3038/ FWI 4858), mesurée (148cm de carapace) et du sang est prélevé. La tortue présente 2 cicatrices de bague ce qui signifie qu’elle a déjà été baguée et probablement dans un autre pays au regard de la position des cicatrices. Aussitôt après le baguage, avec l’aide de l’ensemble des personnes présentes la tortue est soulevée et tirée vers l’arrière, après quelques manœuvres la tortue est libre. Elle est de nouveau arrosée et semble reprendre doucement des forces. Perturbée par la lumière de la route la tortue luth a du mal à retrouver la mer. A l’aide des lampes de poche elle trouve doucement le bon chemin, il est prêt de 1h00 la tortue regagne enfin l'océan sous les encouragements. Elle remontera probablement le lendemain pour accomplir sa ponte, mais certainement sur une autre plage vu le petit souci qu’elle a rencontré cette nuit à Saint-Sauveur.

Eric RAMASSAMY témoigne qu’il est régulier de voir une Karet ou une luth sur cette plage, mais malheureusement la bande de sable est très réduite cette année et ne facilite pas les succès de ponte. Eric Rapporte qu’il y a une dizaine d’année il avait sauvé des bébés luths sur cette plage et appelé le Centre de Soin pour un soutien. Cette plage verra l’objet d’un suivi de juin à septembre, en attendant Eric, sa famille et ses voisins vont veiller sur les tortues et appeler le Réseau lors d’observations.

Photo : Sophie Bedel
Bagues FWI 3038/FWI 4858
Cliquez pour agrandir

Photo : Sophie Bedel
Retour assistée à la mer
Cliquez pour agrandir

Photo : Sophie Bedel
Les derniers mètres avant la mer
Cliquez pour agrandir

Le sauvetage de la tortue luth a été un succès grâce à la bonne réaction des riverains et au relais de l’information assuré par la Gendarmerie. Merci à tous pour votre investissement dans la sauvegarde des tortues marines.

Protocole INAScuba : les nouvelles recrues !

La parution d’un article de quatre pages couleur dans le numéro de mars-avril du magazine de la FFESSM*, Subaqua (actuellement en kiosque) est l’occasion pour nous de vous présenter les clubs de plongée qui ont rejoint le protocole INAScuba (suivi des tortues en alimentation) entre fin 2007 et aujourd’hui :

La Note Bleue /Piton Plongée à Deshaies,

UCPA de Bouillante,

Le Centre de Plongée des Ilets à Malendure,

Gwadive à Port-Louis,

Noa Plongée à St-François,

Couleur Plongée à Ste-Anne.

* Fédération Française d’études et de sports sous marins

 

Lacher de tortue imbriquée
Carte des clubs participants en 2008
Cliquez pour agrandir

Un grand merci à tous les participants (voir carte ci-contre), anciens et nouveaux, plongeurs et apnéistes, pour leur contribution à une meilleure connaissance des tortues marines en alimentation autour de notre Archipel. En particulier, merci aux nouveaux clubs participants de Grande-Terre, qui vont nous permettre d’en savoir davantage sur ce secteur où nous n’avions que très peu de données jusque lors.

Merci également au comité régional de la FFESSM qui, par l’intermédiaire de la Commission Biologie et Environnement, apporte son soutien logistique, humain et désormais financier** au Réseau et à ses actions d’étude et de sensibilisation.

**Le Coregua financera cette année l’édition du kit pédagogique « Ansanm, ansanm an nous sové toti », distribué dans les écoles élémentaires de l’Archipel.

Rappelons que les clubs participants au protocole Inascuba reçoivent chaque année un poster synthétisant leurs données, ainsi que divers supports de communication sur les tortues, et peuvent valoriser leur implication auprès des plongeurs, en arborant fièrement les couleurs du Réseau Tortues Marines Guadeloupe.

La synthèse des données 2006 sera bientôt disponible en version intégrale sur ce site.

Voici d’ores et déjà deux figures qui en sont extraites, permettant d’envisager l’évolution générale des populations de tortues marines en Guadeloupe :

Lacher de tortue imbriquée


Lacher de tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Lacher de tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

Pour tout renseignements concernant le protocole INAScuba ou les possibilités d’animation sur le thème des tortues marines, contactez Sophie BEDEL :

0590 38 68 94 / 0690 84 64 51

sophie.bedel@tortuesmarinesguadeloupe.org

    

Deux nouvelles tortues libérées pour de nouveaux bénévoles

Le 21 février dernier, la plage du Bourg de Port Louis était en effervescence, et pour cause : deux tortues marines soignées à l’aquarium de la Guadeloupe étaient attendues par de nombreux écoliers, touristes et résidents, pour assister à leur remise à l’eau.

Il s’agissait d’une tortue verte et d’une petite tortue imbriquée ; une chance pour les spectateurs, qui ont ainsi pu distinguer de visu les deux espèces dont les différences morphologiques et écologiques venaient de leur être exposées.

Seule la tortue verte a pu être baguée, et baptisée, la tortue imbriquée étant encore trop petite.

L’école Maternelle 1 de Port-Louis a donc choisi le nom d’  « Axel » pour cette tortue de 43,5 cm et 10 kilos, qui portent désormais une bague sur chaque patte avant : 4855 FWI (droite) et 4857 FWI (gauche).

Celles-ci permettront d’identifier et reconnaître « Axel » si elle est un jour observée.

 

Cet évènement a été l’occasion pour Eric Delcroix, animateur du Réseau, d’animer une séance d’informations à destination de tous les curieux, avec un objectif précis cependant : mobiliser de nouveaux bénévoles pour assurer le suivi des pontes sur le secteur de Port-Louis, au local de l’Amicale des pêcheurs, qui ont répondu présents et ont réservé un accueil des plus convivial aux participants.

Merci à eux pour leur soutien !

photo : Terre d'Avenir

Elèves de l'école maternelle 1 de Port-Louis


photo : Terre d'Avenir
Mobilisation des bénévoles
Nord Grande Terre



Certificat de baptême remis aux élèves de l'école

.

Pour rejoindre l’équipe de suivi de Port-Louis, contacter Alain Goyeau.

Lien vers l'article en ligne de Terre d'Avenir


La lettre du Réseau Tortues Marines de Martinique «  La Gazette des Karets » de janvier est téléchargeable.


Cliquez pour télécharger la
Gazette des Karets

PDF (2,45 Mo)

Haut de page
haut de page

-2007-

Remise à l'eau d'une tortue imbriquée à Trois-Rivières : cadeau de Noël pour près de 100 écoliers du Sud de Basse-Terre, et pour la tortue, qui retrouve l'océan après 11 mois de soins passés à l'aquarium.

Même si l'on ne peut se réjouir du fait que l’Aquarium de la Guadeloupe continue à accueillir chaque année des tortues blessées, leur remise à l’eau est toujours un grand moment de joie pour les personnes qui y assistent.

Le jeudi 20 décembre, à 10h30, les élèves de l’école Maternelle des Quatre-Chemins à St-Claude, et de l’école de Grande Anse à Trois-Rivières, attendaient impatiemment l’arrivée de la tortue, qui chose peu commune, venait de Gosier par la route !!

Apportée à l’Aquarium en janvier dernier par des particuliers qui l’avaient trouvée affaiblie dans le secteur de l’Ilet Caret, la jeune tortue présentait depuis quelques jours, tous les signes de guérison qui permettaient sa remise en liberté. L’école des Quatre-Chemins ayant travaillé sur les tortues dans le cadre de la Fête de la Science, et celle de Grande-Anse ayant un projet pédagogique sur le thème de l’eau, c’est tout naturellement que les enseignants ont accepté l’invitation du Réseau Tortues Marines.

Lacher de tortue imbriquée
Arrivée de la tortue imbriquée
Cliquez pour agrandir

D’abord baguée, puis mesurée (longueur courbe de la carapace : 39,5cm), la tortue a été déposée sur le sable noir de la plage de Grande Anse, très étroite depuis l’ouragan Dean en Août dernier.

Au moment du lâcher, bien que paraissant un peu « fatiguée » par le voyage en voiture, c’est en moins de deux minutes que l’ancienne convalescente a gagné les vagues, pour y disparaître sous les applaudissements des enfants émus par le spectacle.

Pendant son séjour au centre de soins dont s’occupe l’association Karet à l’aquarium, « Karet » (c’est le nom qui lui a été donné en l’honneur du centre de soins et des 20 ans de l’Aquarium) a pris environ 10 cm et 5 kilos.
Des chiffres qui sonnent comme autant de bons présages pour un animal ayant une cinquantaine d’années de croissance et de migration devant lui…

Lacher de tortue imbriquée
Lâcher de la tortue imbriquée à Trois-Rivières
Cliquez pour agrandir

Lacher de tortue imbriquée
Lâcher de la tortue imbriquée à Trois-Rivières
Cliquez pour agrandir

Lacher de tortue imbriquée
Lâcher de la tortue imbriquée à Trois-Rivières
Cliquez pour agrandir

Renseignements et signalement des tortues blessées au :
0690 81 12 34.


Falbala, la 4ème tortue de l'archipéel guadeloupéen suivie par balise Argos.

 

La voici, la voilà, on l'attendait tous...on vous la présente....FALBALA !!!!

Le Réseau Tortues Marines de Guadeloupe a le plaisir de vous annoncer le lancement du suivi par satellite de la 4ème tortue verte de l'archipel guadeloupéen.

 

Chloe Marien
Falbala équipée d'une balise Argos
Cliquez pour agrandir

En 2006, 3 tortues vertes nommées Miss Ti-Tè, Laeticia et Coccinelle nous ont fait découvrir leurs zones d'alimentation après leurs pontes sur l'archipel guadeloupéen. Equipées de leur balise Argos, nous avons pu suivre leur trajet migratoire jusqu'à Antigue pour l'une et jusqu'à St Kitts and Nevis pour les deux autres. (voir détails du projet) .

Cette année, c'est au tour de FALBALA de nous faire voyager !

Pour savoir tout sur Falbala, qui est quand même aussi belle que la Falbala d'Obélix, cliquez ici cliquez ici


Haut de page
haut de page


Nouvelle étude disponible

Dans le cadre de son stage de Master 2 Biodiversité Tropicale à l’UAG, Valérie HOUMEAU a réalisé une étude sur les tortues marines en alimentation à partir notamment de l’important travail effectué par les Clubs de Plongée depuis 2002 qui participent au protocole INA Scuba. Le stage a été encadré par le professeur Marc GIRONDOT du Laboratoire Ecologie, systématique et évolution – Université Paris Sud – Equipe de conservation des populations et des communautés et Eric DELCROIX animateur du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe.

Le rapport est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous.


Rapport à télécharger
(Cliquez sur l'image : 2,35Mo - pdf)

photo : Franck MAZEAS
Tortue imbriquée

Cliquez pour agrandir
photo : Franck MAZEAS
Tortue imbriquée

Cliquez pour agrandir

Un grand merci à la FFESSM et à l’ensemble des clubs qui coopèrent de manière active au suivi des populations de tortues marines.

Un grand merci aussi au Clubs de Plongée qui ont accueilli Valérie et ses binômes : Eden Plongée (Port-Louis), Anse Caraïbe Plongée(Pointe Noire) , Tropical Sub(Deshaies), Pisquettes(Les Saintes), La Dive Bouteille(Les Saintes), Le Centre de plongée des Ilets(Bouillante) et Objectif Plongée(Vieux-Habitants).

Une publication scientifique est en cours de préparation par Valérie et Marc.

Haut de page
haut de page

Bilan de la première partie de saison de ponte sur la commune de St François


par Laurent Malglaive, tête de réseau
19 juillet 2007

Contrairement à la saison de ponte 2006, il y a eu seulement une seule ponte de tortue Luth recensée sur les plages de St-François contre 14 pontes l’année passée.

Concernant les tortues imbriquées, nous avons à ce jour :
- 5 activités de pontes observées dont 4 tortues différentes
- 16 activités de pontes observées par comptage de traces

Nous estimons qu’il y a eu 12 ou 13 femelles de tortues imbriquées différentes jusqu’à aujourd’hui.

 

photo : Kap'Natirel
Colombine, une tortue imbriquée pondant à Saint François
Cliquez pour agrandir

Braconnage :

  • une tortue a certainement été braconnée à l’Anse à la Gourde (nous n’avons pas vu de trace de descente de la tortue)
  • un nid était ouvert et il manquait beaucoup d’œufs. Il n’y avait aucune coquilles vide autour du nid ce qui apparemment exclu la prédation qui auraient pu être faites par des chiens errants ou mangoustes.

Animation

Le 6 juillet, Coline Naudy, Sophie Bédel, Céline, Jessica et moi-même avons fait une animation sur les Tortues Marines dans un centre aéré à Ste-Anne. A la suite d’une projection nous avons organisé différents ateliers avec des jeux de la mallette pédagogique réalisée par Coline Naudy.

Nous tenons à remercier les stagiaires ( Céline, Jessica et Vincent) pour leur aide précieuse ainsi que tous les bénévoles.

photo : Kap'Natirel
Les enfants à la découverte des tortues
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

 

ACTION CORAIL 2007 : Terre d’avenir et le Réseau Tortues Marines sur les plages

Sensibiliser les usagers des plages à la fragilité et la richesse des récifs coralliens, informer petits et grands des risques que nous faisons courir au milieu marin par nos comportements quotidiens, tels sont les objectifs du stand itinérant ACTION Corail mis en place par la Diren et l’IFRECOR (Initiative française pour les récifs coralliens) en 2006.

Cette année, la « tournée » des plages s’est déjà arrêtée à Port-Louis et Le Moule. Les animateurs de l’association Terre d’Avenir s’apprêtent à fouler les plages de la Perle à Deshaies (fin juillet) et Rivière Sens à Gourbeyre (début août).

Le Réseau Tortues Marines s’est associée à cette deuxième édition pour aborder avec les visiteurs, la biologie des tortues et leur place dans la Biosphère, en expliquant son travail de terrain pour leur protection :

Faune et flore, menaces et comportements alternatifs, les écosystèmes côtiers sont à l’honneur : panneaux pédagogiques, brochures explicatives, coloriages éducatifs, tels sont les ingrédients permettant aux enfants comme à leurs parents de découvrir mangrove, herbiers et récifs coralliens et d’ouvrir la réflexion sur notre éco citoyenneté.

C’est d’ailleurs équipés de masques et de tubas, que les enfants des nombreux CLSH venus rendre visite au stand tenu par l’association Terre d’avenir, ont été conviés à découvrir l’extraordinaire vie sous-marine qui peuple les eaux de l’archipel.

Outre la poursuite des éco plongées, Action Corail a enrichi la deuxième édition de cette « croisade » de nouveaux outils de sensibilisation.

Notamment, une maquette réalisée dans le cadre du programme IFRECOR, permet aux visiteurs de visualiser l’impact des actions humaines sur le littoral et les fonds sous-marins. Divisée en deux parties, la maquette dresse la comparaison entre une utilisation respectueuse des plages, et l’exploitation irraisonnée que l’on observe bien trop souvent. Le tableau est saisissant et suscite un grand nombre de questions de la part des plus curieux.

C’est l’occasion pour les animateurs de faire comprendre l’importance des éco gestes, pour que les plages restent agréables et accueillantes pour tous, notamment pour les tortues.

A cet effet, deux panneaux sur leur biologie et les travaux du réseau tortues marines Guadeloupe, ainsi que des photographies s’ajoutent à ceux présentés par Terre d’Avenir.

La mallette pédagogique en cours de réalisation par le réseau sera prochainement testée avec les enfants à cette occasion.

Au total, ce sont plus de 500 enfants des CLSH de Guadeloupe qui auront été sensibilisés à la nécessité de préserver le riche patrimoine naturel que constitue le littoral guadeloupéen.

photo : Terre d'Avenir
Stand Action Corail (Le Moule)


photo : Terre d'Avenir
Ecoplongée en compagnie de Fred,
un des animateurs de l'association Terre d'Avenir

Test de la mallette pédagogique du réseau tortues :
le jeu de l’oie qui sera distribué dans les écoles élémentaires à l’horizon 2008

.

Sans compter les centaines de personnes, venues passer une journée à la plage, reparties sans coraux dans les poches, mais l’esprit chargé de bonnes intentions… à transformer en actions !...

Contact: www.terredavenir.com

Haut de page
haut de page


 

Les bénévoles de Marie-Galante observent un étrange phénomène

Au cours d’un suivi nocturne en juin sur une plage de Marie-Galante, les bénévoles ont observé une tortue imbriquée en ponte au bord de l’eau. La plage où était la tortue imbriquée est une plage très érodée, en effet ces deux dernières années la quantité de sable sur cette plage n’a cessé de diminuer. On constate à de nombreux endroits de la plage qu’une falaise de sable s’est constituée (la hauteur atteint parfois 100 cm) et empêche par moment la montée des tortues en haut de plage à l’abri de la houle. L’ensemble des œufs a été pondu dans l’eau ce qui ne leur laisse presque aucune chance de se développer.

Est-ce la nouvelle configuration de la plage qui a amené la tortue à pondre ses œufs si proche du rivage ? Est-ce un comportement étrange propre à cette tortue ?

Les observations de pontes proches du rivage, voire dans les vagues, semblent plus communes chez les tortues luths. En Guadeloupe, c’est la première fois que ce phénomène est observé chez la tortue imbriquée.

Même si cette ponte dans l’eau n’est pas directement liée à la nouvelle configuration de la plage*, il est très important de tout mettre en œuvre pour limiter l’érosion des plages et du littoral et cela pour nous et les tortues. Les travaux d’aménagement sur le littoral doivent intégrer l’impact sur l’érosion du littoral et le limiter au maximum, voire l’éviter, le prélèvement de sable doit être interdit, la végétation du littoral préservée (les racines constituent un véritable treillis limitant l’érosion), les récifs coralliens intégralement protégés,…

* Cette année sur cette plage de nombreuses tortues sont retournées à la mer en ayant rencontré la falaise de sable. Toutefois, il y a eu aussi de nombreuses tortues qui ont réussi à escalader la falaise et à se hisser en haut de plage pour pondre (Observation d’une tortue ayant monté une falaise de sable à pic de 90cm de hauteur)

 

photo : Réseau Tortues
Tortue imbriquée et bénévoles

Cliquez pour agrandir
photo : Réseau Tortues
Tortue imbriquée nid immergé

Cliquez pour agrandir
photo : Réseau Tortues
Tortue imbriquée entre mer et terre

Cliquez pour agrandir


La lettre du Réseau Tortues Marines de Martinique «  La Gazette des Karets » n°4 est téléchargeable.


Cliquez pour télécharger la
Gazette des Karets

PDF (645 ko)

Compte rendu du projet de la semaine du développement durable : "Un petit geste pour les tortues marines"

Pour la semaine du développement durable qui s'est déroulée du 26 au 30 mars, l'association Kap'Natirel et l'entreprise SARA (Société Anonyme de Raffinerie des Antilles) ont proposé un projet à l'école Poirier Château Brun à Sainte-Anne.

Coline NAUDY, animatrice bénévole de l'association, est intervenue deux heures par jour auprès des élèves des classes de CE2-CM1 et CM1-CM2. affiche - cliquez pour agrandir
L'objectif était de rendre les enfants acteurs du projet et capable d'informer leur entourage avec la réalisation d'une affiche "tortues marines".
Ce projet était aussi l'occasion de tester les jeux de la mallette pédagogique en cours de conception pour le Réseau Tortues Marines.
La motivation des enfants a permis de faire du bon travail.
Deux séances ont été consacrées à la sensibilisation des enfants avec des diaporamas interactifs et des jeux collectifs.
Lors des deux dernières séances, les enfants se sont répartis en groupe de travail pour la réalisation de l'affiche.
Enfin, une heure a été prévue pour valoriser l'œuvre des enfants et leur remettre les diplômes chartes "protecteur des tortues marines".
Cet enthousiasme des enfantspour les tortues marines facilite les échanges et est une ouverture pour la sensibilisation à l'environnement. Au travers du message de la protection des tortues marines, l'association sensibilise à des gestes éco-citoyens pour protéger les tortues, la biodiversité, la nature, l'avenir.

 

Haut de page
haut de page

Le dernier numéro d'Eko des Kawann est disponible !!!
Voici le numéro 13... Il s'agit d'un journal diffusé au sein du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe.
Il permet de vous tenir au courant des actions du Réseau, des événements autour des tortues marines,...


Cliquez pour télécharger le dernier numéro de l'Eko des Kawann
PDF (4,35Mo)

Pour lire les anciens numéros de l'Eko des Kawann, reportez-vous à la "bibliothèque" cliquez ici.

Si vous souhaitez intégrer la liste de diffusion du Réseau Tortues Marines, contactez l'association Kap'Natirel cliquez ici. Vous recevrez ainsi l'Eko des Kawann dès sa parution et resterez informé tout au long de l'année de nos actions et d'événements.

Haut de page
haut de page

Des tortues baguées en Guadeloupe retrouvées sur différents sites de la Caraïbe.

- Recherche tortues baguées -

bagues - cliquez pour agrandir Les tortues marines sont des espèces migratrices, leurs zones de ponte sont distantes de quelques dizaines à plusieurs milliers de kilomètres de leur zone de résidence où elles s’alimentent. A chaque saison de ponte, une partie des animaux en âge de se reproduire (20 à 30 ans) entreprennent cette migration.
Un programme de baguage des tortues en ponte a débuté en 1999 et a permis d’identifier plus de 500 animaux dont la majorité sont des karets (tortue imbriquée),
80 tortues vertes ont pu être marquées. Une bague est un morceau de métal (ou de plastique) accroché aux pattes antérieures de la tortue comportant sur une face un numéro (Identifiant de la tortue) et sur l’autre face une adresse (Adresse du responsable du programme de baguage). En Guadeloupe, comme en Martinique les bagues utilisées comportent 4 chiffres précédés de la mention « FWI » ou « F » (Ex : FWI 1360), au verso plusieurs adresses peuvent y figurer. Celle utilisée depuis 2 ans est « DIREN 97100 Guadeloupe FWI ». Les bagues utilisées par les autres pays sont conçues de la même façon.


tortue baguée - cliquez pour agrandir Le programme de baguage permet de suivre les tortues sur un site de ponte, mais aussi d’étudier leur aire de distribution, lorsque la bague est retrouvée. Le baguage donne des résultats moins rapides que le suivi par satellite. En effet il faut compter qu’environ 10% des bagues sont retrouvées en dehors de la zone de marquage.

Les premières tortues baguées en Guadeloupe ont pu être observées sur différentes zones. Une imbriquée baguée en juin 2005 à Marie Galante a été pêchée et mangée au Nicaragua en novembre 2006 ( 2500 km) malgré la protection de cette espèce. Au Nicaragua seules les karets et les caouannes sont protégées, les tortues vertes sont légalement pêchées au nombre de 11 000 chaque année. 2 tortues vertes baguées en ponte en Guadeloupe (2000 et 2002) ont été observées en ponte sur l’île d’Aves en 2006 ( 200 km à l’Ouest de l’archipel). Une des tortues vertes a même été contrôlée en ponte en 2006 en Guadeloupe avant d’être observée à Aves quelques semaines plus tard. Même si les tortues sont fidèles à leur zone de ponte, ces informations permettent de souligner la présence d’échanges qui sont à prendre en compte dans la stratégie de conservation.

Les 3 tortues vertes équipées d’une balise Argos depuis septembre 2006 ont fini leur migration. 2 sont localisées à St Kitts and Nevis ( 200 km) et 1 à Antigua ( 150 km).

Les tortues en ponte en Guadeloupe peuvent donc être présentes sur l’ensemble de la Caraïbe pour s’alimenter. La protection de ces animaux nécessite qu’elle soit faite sur l’ensemble de leur aire de distribution pour qu’elle soit efficace.

Vous pouvez tous contribuer à améliorer les connaissances de l’aire de distribution des tortues marines. Pêcheurs, plongeurs, plaisanciers, plagistes, vous pouvez être amenés à rencontrer une tortue morte ou vivante avec des bagues. Ces informations peuvent être envoyées au Réseau Tortues Marines (Eric Delcroix : 0690 81 12 34) afin d’identifier l’animal et d'identifier sa zone d’origine. Pêcheurs c’est certainement vous qui pouvez recueillir le plus d’informations, notamment lors de captures accidentelles, comme c’est le cas dans de nombreux pays. Si vous le souhaitez, toutes les informations relatives à la méthode de capture accidentelles de l’animal resteront confidentielles. Les contrôles de bagues sont très importants, nous comptons sur vous.

Une étude intitulée  « Importance du facteur alimentaire sur la répartition des tortues imbriquées (Eretmochelys imbricata) sur les zones récifales guadeloupéennes » va débuter en 2007.

Cette étude s’effectuera dans le cadre du stage de l’étudiante Valérie HOUMEAU (Master 2 Biologie Tropicale de l’Université Antilles Guyane) de janvier à juin 2007. L’Etude sera encadrée par Marc GIRONDOT du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris et de l’Université d’Orsay et suivie par Claude BOUCHON de l’Université Antilles Guyane.

« Depuis 2002, de nombreux clubs de plongée de l’archipel guadeloupéen participent activement à la mise en œuvre du protocole INA Scuba qui permet de dénombrer à chaque plongée le nombre de tortues observées. Ces données permettent d’établir un indice d’abondance et ainsi de mesurer l’évolution du nombre de tortues en mer. Ce point est très important étant donné qu’il permet d’évaluer l’impact des mesures de conservation prises dans le cadre du Plan National de Restauration des Tortues Marines des Antilles françaises.

En 2007, une nouvelle étape commence. A partir des différents indices d’abondance, nous allons commencer à étudier les facteurs déterminant l’abondance des tortues marines sur différents secteurs. L’un des premiers axes de recherche sera l’étude de la corrélation entre la disponibilité en ressource alimentaire et l’abondance des tortues marines.

Cette étude permettra de mieux appréhender la population de tortues marines s’alimentant dans nos eaux, de valoriser les données recueillies dans le cadre du protocole et d’entrevoir la mise en œuvre d’actions de conservation. L’étude, une fois validée, sera disponible.  

Valérie HOUMEAU est niveau PADI Rescue Diver depuis 2005 et a plus de 200 plongées à son actif. Valérie a déjà réalisé pendant plusieurs mois des plongées « étude » sur la même thématique à Barbade dans le cadre du programme de conservation des tortues marines de Barbade. »
photo : Franck Mazéas
Mazarin et éponge

Cliquez pour agrandir
photo : Franck Mazéas
Tortue imbriquée à Saint-Barthélémy

Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

La participation des clubs de plongée pour le suivi des tortues marines.

• 2007, 6ème année du suivi des tortues marines en alimentation. En effet, depuis 2002 les clubs de plongée participent activement au suivi des tortues marines en alimentation en mettant en œuvre le protocole INA Scuba (Protocole 2007 disponible en téléchargement).

Les données ont permis de recueillir des données permettant d’établir un indice d’abondance sur 5 grands secteurs de la Guadeloupe (Informations disponibles dans l’Eko des Kawann n°12).


Protocole Ina Scuba 2007
(PDF - 929Ko)
Cliquez pour télécharger

 


Protocole Ina Scuba 2007
pour les apnéistes

(PDF - 906Ko)
Cliquez pour télécharger

• 2007 est l’année de l’extension du suivi des tortues marines en alimentation grâce à la mobilisation de l’Association Apnée 7 (plus d'informations Cliquez ici) qui mettra en œuvre un protocole du type protocole INA Scuba adaptée aux conditions d’apnée (Protocole 2007 disponible en téléchargement).

Les apnéistes recueillerons des données sur des sites et des secteurs non couverts par les clubs de plongée ce qui permettra d’avoir une vision plus globale de l’état des populations en mer. Souhaitons la bienvenue aux apnéistes au sein du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe.


 

photo : Franck Mazéas
Tortue imbriquée à Saint-Barthélémy

Cliquez pour agrandir
photo : Franck Mazéas
Tortue imbriquée à Saint-Barthélémy

Cliquez pour agrandir
Haut de page
haut de page

-2006-

La lettre du Réseau Tortues Marines de Martinique «  La Gazette des Karets » n°3 est téléchargeable.


Cliquez pour télécharger la
Gazette des Karets

PDF (1,43 Mo)

Haut de page
haut de page

Témoignage :

Le centre EDEN PLONGEE à Port Louis est membre du réseau tortues et recueille des données, comme de nombreux autres centres de plongées en Guadeloupe afin d’étudier l’évolution des effectifs des populations de tortues marines.
Les sites de plongées que nous fréquentons régulièrement se trouvent entre Petit Canal et Anse Bertrand. Au début entre 1998 à 2003 les rencontres avec des tortues restaient exceptionnelles pour ne pas dire anecdotiques.
Dans le Grand Cul de Sac Marin la pêche au filet est couramment pratiquée et ce n’est pas sans conséquence sur la population des tortues marines.
Pourtant en 2004, plusieurs tortues élisent domicile au nord de la Pointe d’Antigues et les rencontres se font alors plus fréquente à la grande joie des plongeurs.
L’une d’elle, une petite tortue imbriquée d’environ 60 cm dort systématiquement sous le même rocher sur le site de « l’Oeil ». En plongée de nuit nous l’avons surprise de nombreuses fois dans son sommeil.
Une autre beaucoup plus grosse, environ 100 cm, est observée occasionnellement vers la Pointe Plate.

Et puis fin 2004 c’est l’hécatombe :

  • 3 octobre 2004, aux environs de Pointe Plate une tortue imbriquée est prise dans un filet, ne pouvant remonter à la surface pour respirer elle est morte noyée. 15 à 20 raies pastenagues sont également prisonnières.
photo : Kap'Natirel
Tortue imbriquée échouée

Cliquez pour agrandir
  • Fin novembre 2004, à la Pointe des Mangles 2 tortues imbriquées sont trouvées échouées sur la plage à 30 mètres l’une de l’autre. L’une mesure 70 cm et l’autre un peu plus de 100 cm. Pas de blessures extérieures, ni présence d’engin de pêche. Noyées ?
  • 22 mai 2005, Pointe d’Antigues. Une tortue imbriquée de moins de 50 cm est trouvée dérivante. Pas de blessure extérieure.
  • 15 octobre 2005, Pointe Gris Gris (entre Petit Canal et Port Louis). Tortue imbriqué dérivante. Présence de fil nylon très fin incrusté dans les chairs.
  • Depuis les rencontres sont devenues plus rares.

    Les chiffres que nous transmettons au réseau tortues marines sont parlants :

    • Tortues vues en 2004 : 35 – sur 470 plongées
    • Tortues vues en 2005 : 11 – sur 419 plongées
    • Tortues vues en 4 mois 2006 : 5 – sur 161 plongées

     

    Alain Goyeau

    Président de la Commission
    Régionale Environnement et Biologie (jusqu'en 2008)
    Subaquatiques de Guadeloupe
    de la FFESSM
    Accès site Internet cliquez ici
    Haut de page
    haut de page

     

    Remise à l'eau de tortues marines

    Mardi 11 février 2006, en présence des 60 enfants du CLSH de Petit Canal en formation 1 de la FFESSM au centre Eden Plongée à Port Louis, deux tortues ont retrouvé leur élément naturel après 4 mois passés dans l'Aquarium de la Guadeloupe.
    Il s'agit d'une tortue imbriquée trouvée épuisée par des plaisanciers du côté d'Antigua et d'une tortue verte en provenance de Saint François.

     

    photo : Kap'Natirel
    Tortue verte lâchée

    Cliquez pour agrandir

    Remises en forme par les soigneurs du centre de soin de l'Association Karet, elles ont retrouvé leur liberté sous le regard attentif des enfants.

    Nous leur souhaitons une longue vie...

    Photos en ligne ! cliquez ici

    Haut de page
    haut de page

    Venez découvrir en famille ou entre amis la ponte des tortues marines .

    photo : M. Godfrey
    Retour à la mer d'une tortue luth (M.GODFREY)


    Le Réseau Tortues Marines Guadeloupe représenté par les associations Kap’Natirel et Le Gaïac propose, dans le cadre de la semaine du développement durable, l’accueil du public sur des plages de ponte de tortues marines sur les communes de Sainte-Rose et de Deshaies le 2 et 3 juin. Le rendez-vous est fixé à 21h00 sur la plage de Cluny. L’animateur du Réseau et plusieurs bénévoles encadreront les groupes afin de répondre à toutes vos questions et de donner les règles d’observation des tortues marines afin de ne pas compromettre la ponte de ces animaux menacés et intégralement protégés.

    L’animateur du Réseau présente une conférence sur les tortues marines le 2 juin à 19h au lycée de Sainte-Rose. Pour vous inscrire veuillez contacter (Eric DELCROIX (Animateur Réseau/Kap’Natirel) : 0690 81 12 34 ou Fortuné GUIOUGOU : 0690 45 32 22).

    Haut de page
    haut de page


    Une tortue luth s’invite à une fête organisée sur la plage de Vieux-Habitants.

    Les participants d’une fête sur le bord de plage ont reçu une invitée surprise au milieu de la nuit. Vers 2h00 du matin une tortue luth s’est hissée sur la plage pour y déposer ses œufs. Dès que la tortue est observée, l’ensemble des personnes s’approche pour la contempler. Les pompiers du Bourg, ainsi que les Gendarmes de Saint-Claude sont avertis. Ces derniers préviennent l’Animateur du Réseau vers 3h00 du matin qui se rend aussitôt sur le site accompagné de 2 personnes de l’Association Kap’Natirel.
    photo : Kap'Natirel
    Simaho sur la plage de Vieux-Habitants

    Cliquez pour agrandir


    Pendant ce temps la tortue creuse son cylindre de ponte à la vue de tout le monde et commence à pondre. La tortue a pu être baguée. Après une demi-heure la tortue reprend la direction de la mer. Malheureusement l’éclairage de l’arrière plage amène la tortue à se diriger vers les habitations. Avec l’aide d’une lampe puissante nous arrivons à attirer la tortue vers la mer, avec tout de même un peu de mal. C’est sous les applaudissements de l’ensemble de la foule que la tortue, nommée pour l’occasion SIMAHO, regagne la mer.
    La tortue luth est l’espèce la moins susceptible au dérangement, les précautions à prendre pour l’observation d’une tortue imbriquée ou d’une tortue verte sont plus importantes (ne pas éclairer, distance d’observation d’au moins 20m). Nous pouvons nous féliciter du très bon fonctionnement du Réseau et de l’attitude de l’ensemble des personnes présentes sur le site qui a minimisé le dérangement et qui a souhaité en apprendre plus sur ces animaux magiques.

    En souhaitant, que l’incubation des œufs se déroulera bien et que les nouveau-nés ne seront pas désorientés lors de l’émergence comme leur mère. Soyons vigilants d’ici 2 mois !


    Haut de page
    haut de page

    Nouvelle étude technique disponible en ligne !!!
    L'Habitat terrestre des tortues marines - Prise en compte dans l'aménagement du littoral, et restauration écologique aux Antilles Françaises - 2006 (Office National des Forêts et Kap'Natirel)
    L'étude technique fournit une méthodologie de diagnostic écologique des sites de ponte, ainsi que les éléments techniques permettant la restauration du milieu (protection de la végétation, techniques de re-végétalisation, canalisation et gestion de la circulation,...). Ce guide a été rédigé par l'Office National des forêts et l'Association Kap'Natirel en concertation avec de nombreux partenaires (le Conservatoire du Littoral, la Direction Régionale de l'environnement, le Parc National, l'Association du Réseau Tortues Marines, les collectivités…) avec le concours financier de l’Office National des Forêts, du Conseil Régional de Guadeloupe et de la Fondation Nature et Découvertes.

    Cette étude technique est la première étape d'un plus vaste projet de protection des plages et des sites de ponte

    Cliquez pour télécharger l'étude technique
    PDF (2.36 Mo)

    Haut de page
    haut de page

    Mardi 14 mars 2006, deux tortues vertes ont regagné la mer sous les yeux admiratifs de nombreux enfants.

    Cette remise l’eau a été organisée par plusieurs associations du Réseau Tortues Marines (AEVA, Kap’Natirel, Karet, Terre d’Avenir) en partenariat avec la DIREN Guadeloupe, la Fondation Nature et Découvertes et la commune du Moule. Lors de cette manifestation, 2 écoles ont parrainé les tortues ; il s’agit de l’Ecole de Bragelone à Saint-François et de l’Ecole Cadenet au Moule.

    Les deux tortues ont été baguées et mesurées avant de rejoindre l’océan, et ont été baptisées du nom des écoles.

    CADENET

    N° de bagues : FWI 2206/ FWI 2207
    Taille de la carapace : 40 cm

    BRAGELONE

    N° de bagues : FWI 2208/ FWI 2209
    Taille de carapace : 71 cm

    Une exposition sur le thème de la mer et des tortues a été agrémentée par de très nombreux dessins d’enfants cliquez ici.
    Photos en ligne !
    cliquez ici


    Cliquez pour agrandir

    Cliquez pour agrandir


    Haut de page
    haut de page

    Diagnostic écologique des sites de ponte :
    L'Association Kap'Natirel accueille actuellement une stagiaire en Maîtrise de Biologie de l'Université Antilles Guyane (Melle Chevry Laury) dans le but de réaliser le diagnostic écologique des sites de ponte situés sur la commune du Gosier.
    Cette étude s'inscrit dans la dynamique de la prise en compte des sites de ponte dans l'aménagement du littoral (voir ci-dessous l'article sur la protection des sites de ponte). Ce travail permettra de fournir aux propriétaires des sites (principalement le Conservatoire du Littoral) des propositions de restauration.
    Une première phase de diagnostic a été élaborée précédemment par une autre stagiaire de l'Ecole d'Agronomie de Toulouse (ENSAT), Melle Mailloux Julie, et c'est au cours de ce stage que la méthodologie de diagnostic a pu être mise en oeuvre.

    Haut de page
    haut de page

    -2005-

    Protection des sites de ponte de tortues marines :
    Un projet ayant pour objectif la protection et la restauration des sites de ponte des tortues marines en Guadeloupe a été lancé en 2005 pour une durée de 5 ans.
    Ce projet est porté en partenariat par de nombreuses structures du Réseau Tortues Marines Guadeloupe regroupées en comité de pilotage. Le projet se découpe en plusieurs parties :

    Une étude technique fournissant une méthodologie de diagnostic écologique des sites de ponte, ainsi que les éléments techniques permettant la restauration du milieu (protection de la végétation, techniques de re-végétalisation, canalisation et gestion de la circulation,...). Ce guide a été rédigé par l'Office National des forêts et l'Association Kap'Natirel en concertation avec de nombreux partenaires (le Conservatoire du Littoral, la Direction Régionale de l'environnement, le Parc National, l'Association du Réseau Tortues Marines, les collectivités…) avec le concours financier de l’Office National des Forêts, du Conseil Régional de Guadeloupe et de la Fondation Nature et Découvertes.
    • Un guide méthodologique présenté sous la forme d’une plaquette regroupant 7 fiches techniques ayant pour objectif de fournir aux propriétaires, aux gestionnaires et aux aménageurs du littoral guadeloupéen les éléments techniques nécessaires à une meilleure prise en compte des habitats des tortues marines dans l’aménagement du littoral. Ce document sera largement distribué à l’ensemble des gestionnaires du littoral et des actions de communication seront engagées à cet effet. (Réalisation prévue en 2006)
    • Aménagement de deux sites de ponte. Deux sites de ponte seront aménagés. Il s’agit de la plage de Cluny à Sainte-Rose et de la Plage de Trois-Ilets à Grand-Bourg. (Réalisation prévue en 2006)
    • Suivi technique et scientifique des aménagements (Réalisation prévue de 2007 à 2009).
    photo : Kap'Natirel
    Plage de 3 îlets à Marie-Galante

    Cliquez pour agrandir
    photo : Kap'Natirel
    Plage Cluny
    Cliquez pour agrandir

    Haut de page
    haut de page

    Voici le logo du Réseau Tortues Marines Guadeloupe qui a été choisi lors du vote lancé en mai 2005 à travers l’Eko des Kawann n°10. Le logo ci-dessous a obtenu 33 voix sur 63 exprimées.
    Le logo est légèrement différent de celui présenté, car il a été modifié en prenant en considération vos remarques.

    logo
    Cliquez pour agrandir

    Haut de page
    haut de page

    Premier bilan de la saison de ponte :
    • Pendant les nuits des mois de juin, juillet et août, nous avons pu observer 129 pontes pour 91 femelles imbriquées : 87 à Marie-Galante, 3 sur la côte de Bouillante et 1 à la Désirade.
    • Eh oui, à la Désirade, la toute première tortue a été baguée ! Elle se nomme Manceline.

    photo : Kap'Natirel
    Tortue imbriquée en ponte à Trois-Ilets de Marie-Galante
    Cliquez pour agrandir

    Haut de page
    haut de page

    Points négatifs
    • Au mois d'août, à Marie-Galante, une femelle imbriquée a été attaquée par des chiens sur la plage. Elle en est morte . Elle était certainement en train de pondre, étant donné la présence d'oeufs matures dans son oviducte.

    photo : Kap'Natirel
    Tortue imbriquée attaquée par des chiens
    à Trois-Ilets de Marie-Galante

    Cliquez pour agrandir

    • Toujours à Marie-Galante, un mâle imbriqué, mort en mer, certainement victime d'une capture accidentelle par la pêche, est venu s'échouer sur une plage de Capesterre.

    photo : Kap'Natirel
    Tortue mâle imbriquée échoué
    à Capesterre de Marie-Galante

    Cliquez pour agrandir
    Haut de page
    haut de page